75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du musique : Hordes of zombies [2012], par Amaury L.

Avis critique rédigé par Amaury L. le mardi 9 avril 2013 à 15h47

Les zombies en marche linéaire...

Hordes of Zombies est le dernier album en date de Terrorizer, un groupe de death grind mythique de la fin des années 80. En quelques heures, ils enregistrent le fantastique World Downfall (1989), un monument de death métal étasunien croisé avec le hardcore grind britannique (Napalm Death, Extreme noise Terror...), un « skeud » toujours aussi encensé par les fans de la première heure.

Après un retour mitigé en 2006 avec le très moyen Darker days ahead, la bande à Pete Sandoval (membre de Morbid Angel) remet le couvert près de six ans après sa dernière offrande. Pour suppléer la tragique disparition de Jesse Pintado, en août 2006 quelques jours après la sortie de l'album, Pete Sandoval a fait appel à la la guitariste de Resistant Culture, Karina Culture.

Hordes of zombies est dans la droite lignée du précédent opus où on se retrouve avec un death métal plutôt classique dans ses fondements et sa composition. Les quatorze morceaux qui peuplent cette galette menée lourdement manquent cruellement d'identité musicale afin de le distinguer des multiples groupes qui assènent un death correctement exécuté mais sans grande inspiration.

Toutefois, le chant de Anthony Rezhawk donne une puissance vocale intéressante aux différentes odes qui composent cette descente « zombificale ». On apprécie cette énergie dispensée tout du long de l'album qui ne fléchit jamais. Le groupe bastonne sévère et quelques titres haussent le niveau comme « Radiation Syndrome » et ses ponts mélodiques du plus bel effet. Il est vrai que les titres passent et l'attention trépasse tant on a du mal à distinguer certains fusibles des autres, ce qui n'est pas le signe d'une qualité satisfaisante. Après une introduction quelconque, le titre éponyme de l'album ouvre les hostilités avec un son « propre » (trop propre diront certains) et un riff bien senti dans la rugosité et la puissance, la meilleure composition de l'album. Sinon, rien de bien graveleux à ses mettre sous le médiator. Des zombies bourrins mais sans âme (ce qui est logique en soi).

La conclusion de à propos du Musique : Hordes of zombies [2012]

Amaury L.
55

Ce Hordes of Zombies manque de titres fracassants avec une inspiration plus sentie. A part quelques titres tranchants (Hordes of zombie, Radiation syndrome, wretched), une linéarité se dégage malgré un son puissant, des vocaux assez agressifs. On attendait mieux de la bande à Pete Sandoval , géniteur du formidable World downfall, une pépite de death grind. Le zombie marche trop droit.

Que faut-il en retenir ?

  • ça bastonne sévère.
  • Pas de temps morts.
  • Quelques titres bien accrocheurs.

Que faut-il oublier ?

  • Trop linéaire.
  • Trop classique.

Acheter le Musique Hordes of zombies en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hordes of zombies sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+