75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de cartes : Fairy tales [2013], par Amaury L.

Avis critique rédigé par Amaury L. le mercredi 13 mars 2013 à 14h23

Prendre le jeu à son conte...

Dans une taverne proche d'un cimetière où personne n'osait s'aventurer la nuit venue, vivait une sorcière dont jamais on ne vit le visage. Son long appendice nasal suffisait à la reconnaître et créer l'effroi chez ceux qui avaient le malheur de croiser son chemin. Du ciel, chevauchant son balai volant magique, elle perçut avec acuité trois tentes princières qui se dressaient majestueusement dans un prairie aux alentours de son repère. « Que me veulent-ils ? » croassa-t-elle avec un rictus mauvais... A vous d'imaginer la suite !

Les contes sont ronds.

Derrière un packaging cartonné se cache une jolie boîte ronde qui renferme, outre une règle de jeu, soixante cartes recto/verso illustrées par Hervé Gourdet. L'intégralité des illustrations reprennent des images fortes transpirées des contes des 1001 nuits et autres princesses en détresse. On remarque que ces dernières se destinent vers un public enfant, avec un style très coloré et « sage », très classique.

Les règles tournent en rond.

Les règles proposées ne servent pas réellement, ce sont juste des propositions pour utiliser le matériel. Pas de but du jeu, pas de gagnant, il faut simplement raconter des histoires à l'aide des images révélées aléatoirement.

Il existe quatre modes de jeu (storyboard, ça tourne, l'heure du show, la tour). Le principe général demeure, avant de coucher un enfant (paramètre non obligatoire toutefois), on tire des cartes au hasard (ou pas) et on improvise une histoire avec.

Les histoires finissent bien en général.

Fairy tales ne représente pas à proprement parler un jeu avec un but, un objectif et éventuellement un vainqueur et un perdant. Il s'agit surtout d'une boîte à outils pratique pour improviser des histoires inédites à ses enfants en quelques minutes. Fairy Tales rappelle exactement dans le même esprit l'excellent Story Cubes, un jeu d'improvisation avec des dés (cliquez ici pour lire la critique). Donc, le concept change, les dés sont remplacés par des images et finalement ça fonctionne tout autant. Toutefois, les illustrations cadrent et brident davantage l'imagination des participants, on invente « moins » que dans Story cubes où les symboles laissaient plus de place à l'interprétation, le « délire » narratif.

Fairy Tales se dirige plus vers les jeunes enfants et finalement, ce sont eux qui s'approprient les cartes afin de « vivre » leurs histoires propres, un peu comme si celles-ci se transformaient en petites figurines. On regrette que l'épaisseur des cartes soient si fines car en de petites mains brouillonnes, l'état global se dégrade extrêmement vite, une seule manipulation maladroite et la pliure reste définitivement.

En l'état, Fairy Tales qui est une déclinaison simplifiée de Speech, ne révolutionne strictement rien dans ce style de jeu narratif. On observe les mêmes ficelles, aimer « broder » des histoires sans queue ni tête, apprécier de prendre la parole en groupe, ne pas être introverti ou peu inventif. Les illustrations moyennes et sans originalité, reprenant des situations convenues (une sorcière, un château, un prince, un génie...) de Hervé Gourdet ne transcendent pas vraiment la verve poétique et narrative. On préfère une histoire ou un conte authentiques écrits par un auteur et un illustrateur talentueux que cette boîte à outils sans grand intérêt, surtout si on possède déjà un de ces jeux Story cubes, Il était une fois, Carabistouille ou l'original Cat & chocolate (lire la critique ici). De plus, les enfants adorent s'endormir avec leurs histoires préférées que leurs parents leur narrent des dizaines de fois. Avec Fairy tales, à moins de s'enregistrer, la chose devient compliquée.

La conclusion de à propos du Jeu de cartes : Fairy tales [2013]

Amaury L.
50

Fairy tales est surtout une boîte à outils pour aider les parents à raconter des histoires avant d'aller coucher un enfant par exemple. Ce n'est pas un jeu avec un objectif à atteindre. On improvise un récit à partir de cartes tirées selon ses envies. Les différents modes proposés n'apportent pas une réelle plus-value à cette jolie boîte ronde, les illustrations trop classiques non plus. Les enfants s'amusent à se « raconter » des histoires mais le moment venu se détournent rapidement de Fairy tales pour aller chercher leurs livres préférés. Une histoire qui tourne en rond !

Que faut-il en retenir ?

  • Improviser.
  • Les enfants aiment bien.

Que faut-il oublier ?

  • Rien de neuf.
  • Illustrations Classiques.
  • Ce n'est pas un jeu.
  • Cartes trop fragiles.

Acheter le Jeu de cartes Fairy tales en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Fairy tales sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+