75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de cartes : Imagia
Imagia >

Critique du Jeu de cartes : Imagia

Avis critique rédigé par Vincent L. le vendredi 22 mars 2013 à 1528

Un accessoire original, bizarre et utile...

Essentiellement connus pour leur activité d'éditeur de jeux de rôle, Les XII Singes s'aventurent parfois en dehors des sentiers inhérents à leur métier principal pour proposer quelques produits ludiques ayant pour particularité de mettre en avant, d'une manière ou d'une autre, la narration (citons, en guise d'exemple, Adventure Party, Brunan - L'aventure au comptoir ou Hollywood Party). Leur dernière parution, Imagia, réussit à entrer dans les deux catégories en même temps, à savoir être à la fois un accessoire générique utilisable pour tout jeu de rôle et un outil pour mettre en place un aspect narratif dans les parties.

De fait, le premier contact avec Imagia fait une impression bizarre, son aspect hybride rendant sa prise en main quelque peu étrange. On ne sait de prime abord pas comment se placer vis à vis de ce produit aux allures de jeu de carte, et ce ne sont pas les quelques règles inscrites sur les cartes, ou les diverses illustrations (jolies, mais quelque peu austères) qui aident à vraiment faciliter la première approche. Au final, ce sont les exemples de jeu et, bien entendu, l'utilisation concrète en partie, qui permettent de réellement comprendre l'étendue des utilisations possibles, et ainsi correctement saisir l'étendue du potentiel d'Imagia via ses quatre modes de jeu différents.

Le mode "narration" permet d'introduire la narration partagée dans une partie de jeu de rôle que l'on classifiera de "classique". Les cartes sont ici utilisées pour que les joueurs puissent enrichir le récit en développant une histoire ou un évênement directement lié à l'objet ou au motif représenté sur la carte en leur possession. Ce faisant, ils peuvent donc intervenir directement sur l'histoire grâce à un ou plusieurs éléments concrets à placer dans le scénario, le moment et la teneur de leur intervention étant laissé à leur initiative. Imagia est ici utilisé en soutien, à la fois pour cadrer et faciliter la prise de parole, se posant dès lors comme un accessoire pertinent dans son utilisation.

Le mode "altération", quant à lui, donne au groupe la possibilité de s'accorder sur un pouvoir qui va permettre d'altérer le cours du scénario (et non plus simplement de l'enrichir). Ce faisant, ils vont obliger le maître du jeu à prendre en compte cet élément et ainsi à modifier le cours de son histoire pour s'adapter. Si cette utilisation peut introduire un élément amusant dans le déroulé des parties - et, pourquoi pas, briser la linéarité d'un scénario - elle relève cependant plus du gadget qu'autre chose. De plus, un maître du jeu débutant pourra être destabilisé, voire réellement perdre ses moyens, face à cette intrusion pouvant enrayer une mécanique jusque là bien huilée.

Les maîtres de jeu qui s'y sont frottés - et ils sont nombreux - le savent bien : un pouvoir de divination entre les mains d'un joueur clairvoyant est le meilleur moyen de casser tout le suspens et les surprises d'un scénario. Le mode "divination" d'Imagia propose un moyen très sympathique de jouer cette capacité : plutôt que de révéler directement des éléments, le meneur va donner un certain nombre de cartes correspondant aux informations qu'il pourra avoir, au joueur de les interprêter. Très sympathique, cette utilisation reste toutefois quelque peu limitée et ce dans la mesure où il suppose que l'on des personnages disposent de ce pouvoir.

Le mode "création" permet enfin, comme son nom l'indique, de fournir une méthode pour créer rapidement des scénarios. En donnant au maître de jeu les éléments clés (protagoniste, fait central, décor essentiel, conclusion), Imagia est ici utilisé pour stimuler l'imagination, soit rapidement lorsque l'on doit improviser (ou presque) un scénario, soit en terme de défi pour un meneur de jeu qui souhaiterait s'essayer à la création sous contrainte. A la fois utile (dans le premier cas) et plutôt fun (dans le deuxième), ce quatrième et dernier mode permet de compléter avec brio le panel d'utilisations possibles d'Imagia.

La conclusion de

Simple mais efficace, Imagia est à la fois une une aide de jeu générique pour tous les univers, un générateur de scénarios et un appui narratif pour faire vivre les parties de jeu de rôle. Ce concept, relativement inédit, en fait finalement un véritable OVNI dans le paysage ludique qui risque de déstabiliser les débutants, mais qui s'épanouira dans toute sa quintessence entre des mains expérimentées. Le tout étant vendu pour un prix très correct, il serait dommage de passer à côté de cet outil original et ambitieux.

Que faut-il en retenir ?

  • Concept original,
  • Plusieurs utilisations possibles,
  • Aide de jeu générique,
  • Bon rapport qualité/prix.

Que faut-il oublier ?

  • Pour MJ/joueurs expérimentés,
  • Certains modes un peu moins intéressants.

Acheter Imagia en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Imagia sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+