75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Débilbo le hoplite [2012], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 31 décembre 2012 à 01h08

Petit comme un gland, fort comme un chêne !

L’heroic fantasy a toujours été un genre apprécié des pasticheurs en tout genre, de par le fait qu’il s’adresse à un public geek, et que les artistes en question en sont souvent les représentants les plus enthousiastes. Le genre restait cependant une activité de niche, réservée aux initiés, aux accrocs du jeu de rôle. Hors, depuis une dizaine d’années, le succès public de quelques œuvres majeures aidant (le Seigneur des Anneaux au cinéma, le MMORPG World of Warcraft en jeu vidéo…), la quantité d’œuvres parodiques, suivant l’augmentation du nombre de fans,  n’a donc cessé de croître… pour le meilleur, et, assez souvent, pour le pire. Si cette mode a touché tous les secteurs, celui de la bande dessinée n’a pas été le dernier à suivre cette mouvance, certains éditeurs (comme Kantik ou, dans une moindre mesure, Clair de Lune) se faisant même spécialistes dans le domaine. Débilbo le hoplite se pose comme le parfait représentant de cette vague de créations parodiques surfant sur la mode, autant de par ses éléments référentiels que par son aspect opportuniste.

Débilbo le hoplite n’aurait peut-être pas existé sans la toute récente sortie en salle du premier volet de la nouvelle trilogie de Peter Jackson. En effet, le scénario de Jean-Luc Sala est une version parodique du roman de J.R.R. Tolkien, Bilbo Le Hobbit. Le récit suit donc d’assez près celui de l’œuvre littéraire – il ne manque en fait que l’étape de la rencontre avec Beorn – hormis que la compagnie fond comme neige au soleil en cours de route. Accompagné de nains crétins et d’un mago trouillard, Débilbo va donc affronter des trolls, un doppelganger poussif de Gollum, les araignées géantes et les elfes sylvains de Mirkwood (ici, c’est Rohlywood), le dragon Smoke, pour enfin assister à une reconstitution un peu bâclée de la Bataille des Cinq Armées.

Autant le dire tout de go. Si le ton est léger et que l’œuvre séduit par son absence de prétention, les passages vraiment drôles se comptent sur les doigts d’une main. Alors, certes, quelques jeux de mots vont faire sourire les fans de l’œuvre originelle, certaines cases nous offrent des situations amusantes, mais, la plupart du temps, les gags font long feu, souvent par excès de facilité, et l’atmosphère qui accompagne les héros est un brin trop naïve. On aurait d’ailleurs pu considérer Débilbo comme un album destiné au jeune lectorat… si un ou deux gags n’avait pas été trop salace (et incompréhensibles) pour nos chères têtes blondes.

Par contre, on peut accorder à l’œuvre sa belle homogénéité entre l’ambiance, le récit et les dessins. Geoffroy Rudowski propose ici des graphismes humoristiques sans grande personnalité mais de qualité, les personnages affichant tous des trombines bien sympathiques, puisées dans la grande veine de la BD belge. Le découpage est également bien pensé, avec une bonne harmonie de lecture. Ce qui n’était pas gagné d’avance vu la densité du récit – qui déroule à cent à l’heure.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Débilbo le hoplite [2012]

Nicolas L.
50

Œuvre opportuniste, Débilbo le hoplite n’en est pas pour autant un album sans intérêt. En fait, sa principale faiblesse est de proposer un récit à l’efficacité parodique très inférieure (c’est même parfois bien poussif) à celle des ténors du genre, avec des situations aptes à ne faire sourire que le lectorat le plus jeune. Par contre, des graphismes de qualité assurent un bonne homogénéité de l’ensemble et une lecture aisée.

Que faut-il en retenir ?

  • De lecture facile
  • Des dessins sympathiques
  • Quelques jeux de mots

Que faut-il oublier ?

  • Un humour poussif
  • Un impact parodique peu efficace

Acheter la Bande Dessinée Débilbo le hoplite en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Débilbo le hoplite sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Seigneur des Anneaux