75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Série Télé : Les revenants
Les revenants >

Critique de la Série Télé : Les revenants

Avis critique rédigé par Vincent L. le vendredi 4 janvier 2013 à 1053

Original et convaincant...

En 2004, Robin Campillo proposait une variation intéressante autour du thème des morts-vivants dans son premier (et pour l'instant unique) long-métrage, Les Revenants. Dans l'histoire qu'il avait choisi de raconter, les morts revenus à la vie n'étaient ni des zombies anthropophages, ni des infectés voraces, mais simplement des individus souhaitant reprendre leur place dans la société. Un point de départ très intéressant, mais qui n'avait au final abouti qu'à un film assez peu convaincant dans lequel les bonnes idées (pourtant nombreuses) étaient noyées sous nombre de maladresses structurelles, le tout donnant au film une impression générale d'inachevé. Gros échec lors de son exploitation en salle, Les Revenants semblait être tombé dans l'anonymat le plus total, et ce jusqu'à ce que Canal+ ne le déterre pour en proposer une adaptation au format série.

Composée de huit épisodes, cette première saison ne duplique cependant pas tout à fait à l'identique le principe qui servait de base au film de Robin Campillo. En effet, il ne s'agit pas ici de millions de morts-vivants qui reviennent à la vie, mais seulement de quelques cas isolés. La série prenant place dans un lieu unique (on n'a pour ainsi dire jamais d'information sur ce qui se passe hors de cette communauté), cela permet ainsi aux divers épisodes de proposer deux traitements aussi différents que complémentaires : le premier est fantastique, liée à cet évènement et à nombre d'anomalies apparaissant petit à petit au fil des divers épisodes, le second joue quant à lui la carte de la dramaturgie, se concentrant sur le difficile retour de ces défunts au sein de familles dans lesquelles ils n'ont désormais plus leur place. Une double lecture du thème qui permet à la narration de parfaitement profiter du format télévisé.

Il faudra cependant que le spectateur adhère à cette dychotomie, et notamment au fait que le traitement dramatique soit largement prépondérant vis à vis de la partie purement fantastique. A l'instar du film qu'elle adapte, la série s'intéresse avant tout autre chose aux conséquences de ces retours dans les diverses cellules familiales ; et si les scénaristes ont introduit une sous-intrigue policière liée au retour d'un tueur en série, celle-ci ne reste que très secondaire vis à vis de la partie purement introspective : comment faire revenir dans son foyer une adolescente décédée deux ans plus tôt ? comment accueillir le retour de son ex-mari lorsque l'on est sur le point de se remarier ? comment se reconstruire lorsque le tueur en série qui vous a violemment agressé revient d'entre les morts ?... Malgré un ou deux petits ratés (quelques personnages - notamment celui d'Anne Consigny - sont franchement inintéressants), le tout s'avère globalement très convaincant.

Si, sur le fond, ces diverses thématiques s'avèrent bien traitées, sur la forme, cela prend bien malheureusement trop souvent la voie d'une dramatisation à outrance. Ainsi, dans Les revenants, le moindre acte du quotidien s'avère propice à de lourds silences pesants (« Tu veux un café ? » ....................................... « Oui, merci » ....................................... « Tiens, le voilà »), ce qui tend à donner au jeu des divers acteurs un côté artificiel, alors même que les diverses prestations sont loin d'être honteuses et que tous les comédiens s'avèrent finalement convaincants dans leurs divers rôles. Nettement plus ennuyeux, cette "sur-dramatisation" à également pour conséquence de générer de gros problèmes de rythme, lesquels plombent largement la dynamique de cette première saison, dont l'atmosphère quelque-peu onirique impliquait déjà, à la base, une mise en scène calme et posée peu propice à l'action inconsidérée.

Les éléments liés à la partie fantastique sont habilement disséminés tout au long des huit épisodes, et permettent de tenir le spectateur en haleine pendant l'ensemble de la saison, et ce jusqu'à l'apparition de la Horde dans l'ultime épisode. Si l'on pourra regretter que la série souffre d'un syndrôme Lost, les disparus (on en sait encore moins à la fin qu'au début et, au final, on n'est pas réellement certain que Fabrice Gobert sache vraiment où il nous emmène), cela permet cependant de poser des bases intéressantes - et cohérentes - pour developper une suite qui, désormais, disposera de suffisamment de matière pour construire une intrigue riche. Néanmoins, la qualité intrinsèque de cette première saison est désormais totalement dépendante de sa suite, et ce dans la mesure où une nouvelle saison moins bien maîtrisée en terme d'écriture en fera directement baisser le niveau qualitatif.

Visuellement, enfin, la série est un sans-faute et s'avère particulièrement agréable à regarder. Les paysages et les décors sont ainsi parfaitement mis en valeur par une direction artistique remarquable, la mise en scène met en place une ambiance onirique traversée ici et là par de belles fulgurances esthétiques (les plans sous-marin, notamment, sont tout simplement magnifiques) et la musique, signée par le groupe Mogwaï, permet de poser une atmosphère délétère très appréciable. Cela confère à cette première saison des Revenants un traitement inédit qui, en se situant loin des canons des films de morts-vivants ou de fantômes classiques, lui donne une identité bien particulière faisant toute son originalité. En cela, la série s'avère passionnante, addictive même, et l'on a désormais hâte de découvrir quelle sera la teneur de la suite que nous réservent les scénaristes.

La conclusion de

Cette première saison des Revenants s'avère être une excellente surprise, la preuve qu'il est possible, en France, de créer une série fantastique à la fois ambitieuse et intelligente, qui plus est dotée de belles qualités formelles. Certes tout n'est pas parfait, et l'on pourra pester contre certains partis pris - notamment cette dramatisation parfois très caricaturale qui entraine de gros problèmes de rythme - mais en faisant le pari de l'originalité, en imposant un traitement hors-norme et en utilisant parfaitement le format série pour développer son histoire, Les Revenants s'impose tout simplement comme une belle réussite...

Que faut-il en retenir ?

  • Histoire prenante,
  • Très bonne ambiance,
  • Traitement original,
  • Excellentes qualités d'écriture,
  • Travail esthétique remarquable,
  • Réalisations soignées,
  • Casting impeccable.

Que faut-il oublier ?

  • Des problèmes de rythme.
  • Dramatisation à outrance,
  • Un mystère très mystérieux,
  • Quelques personnages sans intérêt,

Acheter Les revenants en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les revenants sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Revenants

En savoir plus sur l'oeuvre Les Revenants