75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Cthulhu rising
Cthulhu rising >

Critique du Jeu de société : Cthulhu rising

Avis critique rédigé par Amaury L. le jeudi 12 juillet 2012 à 0133

Cthulhu coule à pic !

Les astres sont propices. Cthulhu s'éveille aux cris blasphématoires de ces adorateurs. L'heure de son retour a sonné même si quelques intrépides investigateurs osent contrecarrer les incantations favorables à sa venue sur Terre.

Un matériel qui se fout de ta goule !

Cthulhu rising est très en retrait par rapport aux productions habituelles de l'éditeur Twilight creations, à qui l'on doit Zombies !!!. Le maigre matériel proposé déçoit forcément les adeptes de l'univers de Lovecraft, un plateau pas franchement beau, des pions en carton numérotés horribles et avec l'impossibilité de différencier le 6 du 9 !

En bref, on n'est pas loin du foutage de goules !

Vue du matériel.

Des règles pour Azathoth !

Chaque joueur représente un camp, les serviteurs de Cthulhu ou les investigateurs. Le but du jeu est de remporter la confrontation. Un curseur est placé sur le zéro (case centrale) de la piste Contrôle, qui va de un à dix de chaque côté du zéro. A la fin de la partie, si le curseur est de votre côté, vous gagnez la partie.

Chaque joueur reçoit ses trente pions Agent, les mélange et les dispose en une pile face cachée. Le curseur est placé sur le zéro de la piste Contrôle. Le plateau représente deux tabliers (plateaux) de cinq cases sur cinq. A son tour, on pioche au hasard un de ses trente pions et on le place où l'on souhaite sur un des deux tabliers.

Quand on pose le cinquième pion sur une rangée ou une colonne, un décompte se déclenche. On regarde celui qui a le plus de pions, ce joueur reçoit la récompense ou le malus correspondants. L'objectif est de parvenir à faire des combinaisons.

- aucune combinaison : le curseur se déplace de trois cases vers l'adversaire.

- une paire (deux chiffres identiques) : on déplace le curseur d'une case vers soi.

- un brelan (trois chiffres identiques): on déplace le curseur de trois cases vers soi.

- un carré (quatre chiffres identiques): on déplace le curseur de six cases vers soi.

- une quinte (cinq chiffres identiques) : on déplace le curseur de dix cases vers soi.

Si un joueur emmène le curseur sur la case 10 de son camp, il gagne immédiatement la partie. Sinon, le jeu se termine quand toutes les cases sont occupées par des pions Agent.

Partie en cours.

Les mites de Cthulhu !

Cthulhu rising est la deuxième coopération entre Reiner Knizia et Twilight creations. La première proposition Mmm... Brains (lire la critique ici)n'engendrait pas un enthousiasme débordant, et malheureusement, cette nouvelle offrande suit le même chemin. On a vraiment l'impression que ce auteur talentueux n'hésite pas à refourguer ses fonds de tiroirs à des éditeurs simplement soucieux d'ajouter à leur catalogue des jeux de ce créateur mondialement reconnu, fussent-ils mauvais.

On se demande pourquoi le choix d'une thématique aussi emblématique que celle du mythe de Cthulhu. L'inanité du thème ne se fait que renforcer le discrédit et l'opprobre des joueurs sur ce jeu aussi immersif qu'un mur en béton enclavant un parterre de fleur. A aucun moment, on ressent l'univers pourtant fort de Lovecraft. Si le matériel parvenait à gommer cette frustration, avec une beauté rendant hommage aux Grands Anciens, le pardon temporaire serait envisageable. C'est encore une fois, l'inverse qui se produit, avec la livraison d'une horreur sans nom, sans âme, sans respect pour le potentiel acheteur. Tout est raté, moche, sent le carton bon marché, la recherche de l'économie. Si on excepte l'illustration pour la couverture, rien ne rend hommage au grand Cthulhu.

Mise en place terminée, le duel peut commencer !

On s'accroche aux mécanismes avec l'espoir infime de découvrir un jeu sans personnalité mais qui toutefois procure sa dose de plaisir, aussi minime soit-elle. La supercherie fonctionne le temps de quelques parties, environ quatre ou cinq, et la déception l'emporte cruellement. Le hasard régit tout, on ne maîtrise pas vraiment sa partie, on se laisse guider par l'intuition et l'aléatoire. De plus, Cthulhu rising s'enferme dans une monotonie préjudiciable, l'ennui devenant rapidement un partenaire privilégié. Aucune tension ne se dégage de ce petit jeu de combinaisons épuré, peut-être trop. On finit par rejeter totalement ce rejeton ludique, tant la médiocrité transpire de partout. On assiste à une descente irrémédiable vers l'ennui, la fadeur et le mépris envers les potentiels acquéreurs. A oublier !

Les 30 pions de votre faction (ici, les investigateurs).

La conclusion de

Cthulhu rising est la seconde collaboration entre Reiner Knizia et l'éditeur Twilight creations et c'est encore un raté, peut-être encore plus frappant. Le thème est totalement artificiel à en frôler l'indécence, le matériel minable et mal étudié, les mécanismes d'une pauvreté affligeante. Rien à sauver dans ce désastre ludique et à moins d'être un collectionneur fou du mythe de Cthulhu, Cthulhu rising est à éviter, même si on le trouve à des prix modiques. Une horreur sans nom !

Que faut-il en retenir ?

  • Agréable 2 ou 3 parties.

Que faut-il oublier ?

  • Tout (matériel, thème, mécanismes)
  • Un vrai ratage !

Acheter Cthulhu rising en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Cthulhu rising sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'Appel de Cthulhu

En savoir plus sur l'oeuvre L'Appel de Cthulhu