75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Le dragon du roi
Le dragon du roi >

Critique du Roman : Le dragon du roi

Avis critique rédigé par Amaury L. le samedi 2 juin 2012 à 0833

Un dragon qui perd ses écailles...

« Il y avait un bruit étrange, comme le grognement d'une bête sauvage (…), sur le mur une ombre immense, celle d'une main ou d'une griffe qui s'étendait et le plus étrange, c'est que cette main comptait vraiment beaucoup trop de doigts. »


Cette nouvelle aventure du Doctor Who se passe dans une cité médiévale qui se nomme Geath. Celle-ci parvient depuis plus de douze mille ans à vivre en paix et en harmonie avec ses voisins frontaliers. Malheureusement, un grain de sable s'est glissé et des événements sombres menacent fortement cet équilibre sociétal.

Le dragon du roi propose de suivre un Doctor Who parachuté à l'instant T à la veille de problèmes colossaux insurmontables pour une civilisation médiévale. D'ailleurs, une introduction explicative de quelques pages aurait facilité la compréhension de l'intrigue en expliquant les raisons de la venue du doctor Who et de ses acolytes dans cette cité selon les dires du héros « extraordinaire ». On suppute avec les quelques indices indirectement disséminés tout du long du roman que le doctor voulait offrir un cadeau romantique aux futurs mariés, Rory et Amy, Le dragon du roi se déroulant la veille de leur mariage.

Toutefois, les premières parutions étant plutôt agréables, on se lance sans appréhension dans cette aventure plutôt historique. Les désillusions surviennent vers la moitié du roman avec la révélation d'éléments moyennement accrocheurs, et une lutte pour un métal, le Charmant, aux propriétés hypnotiques instables sur les esprits humains. L'enjeu pour ce dernier, malgré une écriture satisfaisante de Una Mc Cormack, sombre dans un imbroglio galactique malvenu et absconse. On se demande comment et pourquoi une relique (très volumineuse) requiert autant d'attention, surtout qu'apparemment elle est oubliée depuis des millénaires. Finalement, l'histoire dans sa globalité manque d'intérêt et ne passionne pas outre mesure le lecteur.

« La cité s'étendait de la rivière jusqu'aux collines au nord, offrant un panorama époustouflant. C'était comme si ses habitants n'avaient aucune appréhension à montrer leur superbe foyer au monde extérieur. Comme s'ils voulaient que tout le monde contemple ! Et pourquoi pas ? Ils resplendissaient sous ce coucher de soleil, entre le lumière tardive piégée sur les tuiles écarlates, les bâtiments jaune vif, l'or... »

La conclusion de

Le Dragon du roi est une aventure du Doctor Who qui semble moins réussie. La trame scénaristique s'avère embrouillée et ne captive pas véritablement le lecteur. L'écriture agréable de Una Mc Cormack sauve ce petit roman de l'ennui, malgré une volonté de faire durer le suspense jusqu'au dénouement final. Un dragon asthmatique !

Que faut-il en retenir ?

  • Écriture agréable.
  • Quelques passages bien rythmés.

Que faut-il oublier ?

  • Intrigue globale confuse et peu passionnante.

Acheter Le dragon du roi en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le dragon du roi sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Doctor Who

En savoir plus sur l'oeuvre Doctor Who