75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Armageddon rag
Armageddon rag >

Critique du Roman : Armageddon rag

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 13 mai 2012 à 1850

Tempête sur le Mordor

"Ce n'était pas une journée que Sandy Blair aurait pu marquer d'une pierre blanche. Son agent avait réglé l'addition, d'accord, mais cela ne compensait pas le refus essuyé au moment de solliciter un report de la date de remise de son manuscrit. Le métro avait fait son plein de beaufs et prenait son temps, une éternité pour le ramener à Brooklyn..."

Sandy Blair est un écrivain dont l'inspiration semble le quitter.
Il n'a pas toujours été auteur, plutôt habitué dans sa jeunesse à écrire des piges pour le Hedgehog, dont il est aussi le fondateur, un journal spécialisé dans la musique, et dont il a été gentiment viré il y a des années. Peu de temps après que Jamie Lynch, l'impresario de l'ancien groupe culte des années 70, les Nazgûl, ait été retrouvé mort chez lui, il est contacté par Jared Patterson, le boss de l'Hedgehog, pour un ultime papier sur l'affaire. D'abord réticent du fait de l'urgente date de remise du manuscrit de son dernier roman, il finit par accepter de se rendre sur les lieux du décès de Lynch. La scène qu'il découvre ne souffre d'aucune ambiguïté: il ne s'agit pas d'un suicide. Cela a tout l'air d'un sacrifice humain, au nom de dieu sait quelle raison. Sandy décide de recontacter ses anciennes relations du milieu hippie...

On a pu le lire ces derniers mois, George R. R. Martin est bien plus que l'auteur du Le Trône de Fer. Capable d'écrire du polar et du fantastique, il excelle également dans le format court. Armageddon rag nous replonge dans les années 60 et 70, au moment où l'on manifestait contre la guerre et l'on faisait l'amour sans se soucier du reste. Il est réédité aux éd. Denoël.

Le côté fantastique n'est au fond pas très important. Pendant un bon tiers, il n'en est d'ailleurs pas question. L'accent est mis sur ce qui avait changé entre les années hippies et les années 80. Ecrite en 1983, l'histoire raconte cet auteur qui se rend compte que le monde qu'il s'imaginait changer par son militantisme quinze ans plus tôt a effectivement été modifié mais pas dans le sens qu'il voulait. D'où cette amertume et cette aigreur qu'il ressent quand il se replonge dans ses jeunes années. Le monde a changé mais sans cette génération d'idéalistes.
On sent ce livre très proche du témoignage. On se demande quelle part d'autobiographie réside dans ce texte.

Ceci mis à part, l'histoire est passionnante à suivre. Entre les descriptions de la tournée effectuée par ces musiciens à moitié cramés (ou camés), dont le leader charismatique est un albinos, et le mystère qui entoure le manager, c'est une atmosphère très sombre, très rock qui plane tout au long du roman.
Les nostalgiques de cette période, les amoureux du rock et les amateurs de polar devraient adorer.

La conclusion de

Cette enquête qui nous ramène au milieu des années soixante parmi le milieu hippie est très instructive de la mentalité et de l'état d'esprit de cette période où l'on pensait plus à se droguer qu'à servir son pays.
L'histoire est menée de main de maître par George R. R. Martin, un auteur au talent littéraire décidément multiple.

Acheter Armageddon rag en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Armageddon rag sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+