75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Women in chains >

Critique du Roman : Women in chains

Avis critique rédigé par Manu B. le lundi 2 avril 2012 à 22:35

Histoires de femmes du monde

"Alors que la douanière mexicaine - en surpoids flagrant, uniforme impeccable, gants de latex aux mains, cigarette aux lèvres - fouille son sac. Sergeï ne peut s'empêcher de penser à sa mère: cette grosse vache impotente, aux énormes mamelles tombantes, ancienne rein-maquerelle de la mafia de Saint-Pétersbourg, qu'il a laissée le cul noir de merde dans son loft de Fort Worth, un téléphone portable déchargé dans un coin de la chambre, la carte sim à l'opposé, le chargeur planqué en hauteur..."

En cinq nouvelles, Thomas Day nous emmène aux quatre coins de la planète, mais ces voyages se terminent souvent en mauvais trips. Il nous invite à un voyage au bout de l'enfer, là où la souffrance a le visage d'une femme. Women in chains, publié aux éd. ActuSF coll les Trois souhaits, rassemble les nouvelles suivantes: la ville féminicide, Eros-center, tu ne laisseras point vivre, nous sommes les violeurs et poings de suture.
Un recueil coup de poing.

Si l'auteur nous avait surpris récemment avec son roman Du sel sous les paupières, et avait semblé s'assagir, ce recueil nous prouve qu'il n'en est rien. Seuls deux des titres de Women in chains ne sont pas inédits, le tout est d'écriture plus ou moins récente. CQFD, Thomas Day ne s'est pas assagi. La parution simultanée (et purement fortuite ?) montre juste deux facettes de l'écrivain français.
Et celle-ci est la plus provocatrice, avec ses effusions de violence, de sperme et de sang (comme l'explique Catherine Dufour dans la préface). Il n'aime pas tant mettre en scène ces femmes violentées pour le simple plaisir de les décrire que pour dénoncer tant d'horreur souvent inspirée de faits divers.

L'horreur se trouve donc au Groënland ou en France où il est question de vengeance, celle qui surgit de l'adolescence parce qu'on est différente ou qui naît avec la violence conjugale. Là, le vainqueur n'est pas celui qu'on croit. Poings de suture est un écho étonnant du film Real Steel.
Le viol a une place de choix dans la thématique de ce recueil. Il se déroule au Moyen-Orient aussi bien qu'au Mexique, et même en Allemagne, un pays supposé civilisé. Car si une femme est poussée de force à la prostitution, on peut considérer ça comme un viol. Nous sommes des violeurs pousse le vice assez loin: démontrer que le viol peut conduire à la libération d'un pays. La perle de ce recueil est la ville féminicide, un texte dur, comme d'autres ici. Il est écrit à partir de nombreuses références réelles et d'éléments autobiographiques pour créer une ambiance vraiment sordide dans une ville frontière. Il rappelle certains textes de Lucius Shepard en plus glauque.

80

Thomas Day est un auteur caméléon, capable d'écrire du violent, du poétique et du romantique.
Vous ne trouverez aucun des deux derniers arguments dans Women in chains. Les cinq textes sont choquants, immoraux, provocants mais sont uniquement là pour dénoncer le malin qui dort au fond de certains d'entre nous.

Critique de publiée le 2 avril 2012.

Acheter Women in chains en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Women in chains sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !