75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Mhorgoth's revenge
Mhorgoth's revenge >

Critique du Jeu de société : Mhorgoth's revenge

Avis critique rédigé par Amaury L. le vendredi 24 février 2012 à 1046

Une revanche à prendre...

Une horde de morts vivants avancent inéluctablement vers le royaume des nains. Leur progression rime avec désolation et lamentations éternelles. La terre fertile se transforme en une poussière noirâtre répugnante, où chaque pas vous enlise dans les tourments méphitiques de votre âme en détresse. Plus que quelques dizaines de nains peuvent empêcher la fin de leur monde, la disparition de leur culture, y parviendrez-vous ?

Le temps qui passe lentement et les figurines restent en place...

l'éditeur Mantic games propose des figurines à monter et à peindre dans leur gamme générique (qui s'adapte à tous les jeux médiévaux fantastiques comme Warhammer battle par exemple) Kings of war. Mhorgoth's revenge est une boîte de base qui permet à deux joueurs de s'affronter avec les règles maison de Alessio Cavatore.

Lorsqu'on ouvre la boîte, on s'émerveille de trouver autant de matériel, plus d'une centaine de figurines à monter et à peindre, pour un prix relativement modique, autour des quarante euros lors de son lancement en 2010.

Les premières désillusions surviennent dès les premiers assemblages avec aucun guide présent dans la boîte pour aider à constituer ses armées. Les feuillets en noir et blanc manquent de lisibilité et n'aident aucunement à démarrer sereinement le montage. De plus, il faut prévoir suffisamment de Champion (avec un objet distinct) afin d'organiser ses troupes et surtout jouer avec ses figurines. Une notice détaillée et en couleur aurait été la bienvenue.

Le gros point noir est la difficulté de monter les figurines. Il faut compter une vingtaine d'heures pour assembler l'ensemble car le « dégrappage » n'est pas aisé et beaucoup d'éléments risquent de se « casser » si manipulation légèrement inappropriée. Les débutants comme les habitués galèrent pour assembler proprement les nombreuses pièces de la boîte. La finition, les encastrements, la qualité du plastique demeurent en deçà de leur principal concurrent, Games Workshop.

Grosse déception au final !

Copier, ce n'est pas interdit !

L'éditeur propose élégamment des règles en français, malheureusement, en un livret de piètre qualité et des aides de jeu qui ressemblent à des photocopies ratées. On sent que tout est tiré au plus bas pour faire baisser le prix.

Pour les connaisseurs, les règles fournies jettent un doute sur l'authenticité créatrice de l'auteur Alessio Cavatore. On retrouve quasiment, en beaucoup moins bien présentées et avec de nombreuses imprécisions, des mécanismes très similaires à ceux des boîtes d'initiation de Warhammer battle.

Selon le scénario joué (seulement un seul proposé dans la boîte), on choisit en combien de points on joue la partie. Chaque unité vaut un nombre de points précis. Chaque joueur constitue une armée en respectant la limite fixée. Une partie en 2000 points durera environ deux heures.

Le premier joueur se lance dans la bataille en suivant trois phases simples, le déplacement, le tir et la mêlée.

Chaque type d'unité se déplace selon sa capacité Déplacement mesurée en pouce. Une unité peut rester sur place, pivoter, se déplacer selon sa caractéristique Déplacement et pivoter jusqu'à 90 °, se mouvoir latéralement, reculer et évidemment charger l'ennemi. A noter qu'aucune règle graduée en pouce n'est fournie dans la boîte ce qui génère une gêne auprès des débutants non équipés.

La phase Tir concerne uniquement les unités possédant des armes de Tir (arcs, arbalètes, arquebusiers...). La ligne de vue entre le tireur et la cible doit être dégagée et à portée de l'arme. On lance le nombre de dés (uniquement des D6) adéquats (en fonction de l'importance de l'unité qui tire), on note les succès par rapport à la caractéristique Tir. Ensuite, on relance les succès en les confrontant à la valeur Défense de la cible. Chaque succès engendre un point de dommage.

La Phase Mêlée suit le même cheminement sauf que l'on se réfère à la caractéristique Mêlée pour connaître les effets de son attaque.

A la fin de la phase Tir et Mêlée, l'unité qui subit des dommages effectue un test de Moral afin de savoir si elle continue de se battre, ou se désorganise, ou fuit le champ de bataille.

Quand un joueur a effectué ses trois phases, c'est au tour de son adversaire.

Une revanche bien moyenne...

Si l'idée originelle était d'offrir un jeu d'initiation pour s'immerger en douceur dans l'univers de King of war, alors le constat sonne implacablement comme un échec total. Pour le débutant, l'assemblage requiert une patience et une motivation sans failles tant le collage est fastidieux et l'assistanat absent (aucun guide de montage). Les règles floues ne facilitent pas la prise en main et mènent le néophyte rapidement vers le découragement et le sentiment d'avoir investi son argent inutilement.

En cela, les boîtes d'initiation proposées par Games Workshop écrasent (malgré la différence de prix) cette tentative de Mantic games. En voulant tirer les prix vers le bas, il manque des éléments indispensables à l'ensemble, pas de guide de montage, pas de guide des armées (des photocopies illisibles), pas de règles graduées en pouce, pas de jetons pour symboliser des objectifs, pas de marqueurs Dégâts, et des règles imprécises.

Mhorgoth's revenge est un produit bancal qui ne convient aucunement à des débutants et dont la seule utilité logique semble une alternative moins onéreuse pour former des armées importantes dans des jeux concurrents comme Warhammer battle. Il s'adresse donc à des joueurs expérimentés dans l'art de l'assemblage et bénéficiant d'une connaissance poussée dans l'application des règles de leur jeu fétiche. En effet, les mécanismes proposés ressemblent énormément à celle de Warhammer battle sans réel apport original, d'où une interrogation sur la légitimité de l'ensemble.

Heureusement, l'amateur de jeu de figurines trouve son compte dans cette gamme Kings of war si la seule motivation qui le pousse reste celle de compléter son armée préférée en dépensant moins d'argent. L'éditeur Mantic games propose un panel suffisamment riche pour séduire un public appréciant les jeux de figurines. Tout le reste est à oublier.

La conclusion de

Mhorgoth's revenge est un ratage total pour un public néophyte souhaitant s'initier aux jeux de figurines. Malgré un prix attractif, l'assemblage des figurines requiert un nombre d'heures prohibitif qui risque de dégoûter tout simplement les profanes. Les règles fournies ne cassent pas trois pattes à un canard et ne sont qu'une variation légère de celles de Warhammer battle (celles trouvées dans les boîtes d'initiation) et souffrent d'imprécisions gênantes même pour les joueurs aguerris. En tant que jeu, Mhorgoth's revenge est mauvais et sans réel intérêt. Par contre la gamme générique King of war demeure une alternative intéressante pour compléter ses armées en déboursant moins. Figurines difficiles à monter, règles imprécises, matériel indispensable absent, c'est pas cher mais on ne peut pas jouer, un jeu sans tranchant !

Que faut-il en retenir ?

  • Des figurines pas chères pour jouer à Warhammer entre autres
  • Une gamme bien développée
  •  

Que faut-il oublier ?

  • Boîte de base avec du matériel manquant !
  • Règles trop proches de Warhammer battle
  • Règles imprécises
  • Temps d'assemblage très long (par rapport à Warhammer, Warmachine...)

Acheter Mhorgoth's revenge en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Mhorgoth's revenge sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+