75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le cas Howard Phillips Lovecraft >

Critique du Documentaire : Le cas Howard Phillips Lovecraft

Avis critique rédigé par Vincent L. le dimanche 12 février 2012 à 10:54

Lovecraft vu par Lovecraft...

Lovecraft, sa vie, son oeuvre... A priori, rien d'exceptionnel dans Le cas Lovecraft, documentaire sur la vie du romancier réalisé en 1998 dans le cadre de la série Un siècle d'écrivain. Auteur devenu classique de la littérature fantastique américaine, Howard Phillips Lovecraft aura en effet suscité nombre de biographies, de reportages et d'essais relatifs à son oeuvre et à sa vie aussi courte que particulière. En arrivant en bout de course après tant de prédécesseurs (si nombreux qu'il est impossible de tous les nommer), Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic avaient donc fort à faire pour proposer quelque chose d'un tant soit peu original qui parvienne à sortir des productions documentaires habituelles.

Au final, ce film réussi pourtant à aller au delà de nos espoirs les plus fous. Ainsi, en sortant volontairement des canons du documentaire, Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic sont parvenus à proposer un film original, remarquable sur nombre d'aspects, qui propose, au delà d'une construction finalement assez classique dans le fond, une approche véritablement originale : raconter la vie de Lovecraft à la manière de Lovecraft. N'attendez donc pas de documents d'époques ou de témoignages divers vantant le talents de l'écrivain, vous n'aurez simplement qu'un moyen-métrage en noir et blanc se déroulant dans un lieu unique, uniquement rythmé par une voix de narrateur.

Au niveau de la forme, Le cas Lovecraft est une réussite brillante. Ainsi, loin du classique documentaire canonique sur la vie de l'écrivain, le film prend le parti - assez osé - de transformer sa biographie en une histoire lovecraftienne. Si les amateurs n'apprendront rien sur l'auteur (mais y a t-il encore des choses à apprendre sur lui ?), ils pourront cependant être bluffés par l'ambiance dans laquelle s'ancre le film. La narration, très maîtrisée, reprend nombres de codes des nouvelles de l'écrivain, et transforme sa biographie en récit d'horreur, dupliquant ainsi nombre de thématiques chères à Lovecraft tout en se dirigeant, doucement mais surement, vers le funeste destin qu'il connaîtra en fin de vie.

Avec une réelle économie de moyen (tout se passe dans un lieu unique, une réplique de l'appartement New-Yorkais de l'écrivain), et en utilisant une simple silhouette noir et nombre d'extraits de vieux films (souvent documentaires), Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic ont réalisé un documentaire dont la plus grande force se trouve avant tout dans l'ambiance qu'll dégage. Dans Le cas Lovecraft, les longs silences et les passages oniriques sont finalement aussi importants que les informations biographiques transmises. Ce faisant, les deux réalisateurs sont parvenus à donner à la vie de Lovecraft la saveur d'une de ses nouvelles : sombre, souvent désespérée et peuplée de monstres effrayants.

Ces "monstres effrayants" se trouvaient le plus simplement du monde dans la vie de tous les jours, et contraignaient Lovecraft à ne quitter que très peu son domicile. Ouvertement raciste et antisémite, fortement misanthrope et monstre d'égoïsme, l'écrivain n'était pas à proprement parlier quelqu'un de très sympathique. Le force du Cas Lovecraft est ainsi de proposer un portrait réaliste de l'auteur (sans tenter de le rendre un tant soit peu sympathique pour le spectateur), tout en proposant une analyse assez fine de la façon dont sa xénophobie a été un moteur dans l'écriture de ses nouvelles, et dont sa haine des étrangers a permis la naissance de nombreux chefs-d'oeuvres littéraires.

Mas au delà de cette pléthore de quaiités, on pourra cependant mettre un gros bémol sur le fait que l'oeuvre de Lovecraft ne soit que très peu évoquée dans le film. Contrainte de durée oblige (il s'agit d'un documentaire destiné à une diffusion télévisée), le contenu des écrits de l'écrivain a été mis de côté. Si le documentaire évoque assez longuement L'Affaire Charles Dexter Ward, le reste de ses nouvelles n'est pas presque pas évoqué (pas même L'appel de Cthulhu, pourtant réconnue comme fondatrice de l'oeuvre). Il aura fallu faire un choix entre biographie, bibliographie et ambiance, et Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic n'ont pas fait le plus mauvais ; tout au plus pourra t'on regretter que Le Cas Lovecraft n'ait pas pu durer plus longtemps.

70

En sortant des canons du film documentaire, Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic ont réalisé un film sur la vie de Howard Phillips Lovecraft passionnant de bout en bout. L'idée de base (raconter la vie de Lovecraft à la manière de Lovecraft) tient ses promesses du début à la fin, et abouti au final à un film ambitieux, réussi, doté d'une belle mise en scène et s'appuyant sur une narration impeccablement maîtrisée. Si l'on pourra reprocher au Cas Lovecraft de ne s'intéresser que trop peu à l'oeuvre de l'écrivain, on préférera malgré tout ne retenir que son excellente ambiance ainsi que sa manière de mettre en avant quelques thématiques très intéressantes.

Critique de publiée le 12 février 2012.

Que faut-il en retenir ?

  • Un documentaire misant sur l'ambiance,
  • Une belle mise en scène
  • Une narration très maîtrisée,
  • Des thématiques bien mises en avant.

Que faut-il oublier ?

  • Ne fait que survoler l'oeuvre de Lovecraft.

Acheter Le cas Howard Phillips Lovecraft en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le cas Howard Phillips Lovecraft sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !