75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Sherlock Holmes 2 >

Critique du Film : Sherlock Holmes 2

Avis critique rédigé par Jonathan C. le samedi 21 janvier 2012 à 02:55

Holmes most famous

Sherlock Holmes 2 affiche

Le premier Sherlock Holmes, relecture à la sauce gadgets/kung-fu de l’œuvre de Sir Arthur Conan Doyle, était une agréable surprise et prouvait que l'excité Guy Ritchie n’était jamais aussi bon que lorsqu’il était cadré (sous le poids des limites et des responsabilités) par un gros budget (90 millions de dollars) et un producteur puissant (Joel Silver, qui aura décidément foutu des arts martiaux partout depuis la fin des années 80) qui l’empêchent de partir dans tous les sens. La structure narrative y était bien plus solide que dans les autres films du Guy. Ce dernier, moins en roue libre que d’ordinaire, pouvait enfin raconter une histoire (même si elle commence sur un trip de magie noire/arts martiaux puis part dans un grand n’importe quoi encore plus invraisemblable) et y caser quelques scènes d’action carrées, tout en restant dans un cinéma poseur, stylisé et bavard (ça cause, ça vanne, et ça punch-line). Désinvolte et sophistiqué comme son Sherlock Holmes, le cinéaste anglais apportait surtout au projet une fantaisie débridée plutôt bienvenue tout en conservant le charme de l’esprit serial. L’œuvre d’Arthur Conan Doyle ayant été amplement adaptée sur tous les supports, que ce soit de façon sérieuse ou détournée, ce Sherlock Holmes à la Guy Ritchie avait la bonne et hérétique idée de s’éloigner du matériau d’origine, avec l’intention de « prendre des distances avec l’image un peu poussiéreuse du personnage à laquelle s’attendent en général les gens », dixit le réalisateur de Snatch, toujours prompt à viser un public adolescent.

Sherlock et Watson

Gros succès oblige, le célèbre détective privé est revenu à la mode (cf. la série de Steven Moffat, qui replace le personnage dans notre époque) et, comme on pouvait s’y attendre à la fin du premier Sherlock HolmesL’enquête est rouverte ! »), une suite est donc mise en chantier, avec exactement la même équipe. Mais l’effet de surprise est passé, et Sherlock Holmes 2 n’a plus grand-chose à apporter ni à montrer. Tout ici est déjà vu, et le film réussit l’exploit d’être moins spectaculaire (mais avec un plus gros budget) que le premier opus. Il y avait dans le premier film un soupçon de (fausse) magie noire/occulte qui rendait l’aventure plus surprenante et plus ludique, en plus d’amener une petite réflexion sur l’illusion au cinéma et de nous donner un argument, chez Scifi-Universe, pour chroniquer le film dans nos pages. Ici, l’intrigue gagne en ampleur (ce que résume assez bien Sherlock avec son flegme habituel, en parlant du méchant : « Si nous le retrouvons et que nous l’arrêtons, nous empêcherons la chute de la civilisation occidentale. Mais ne nous mettons aucune pression. ») ce qu’elle perd en folie. Il n’y a plus rien du registre fantastique ou science-fiction (mais bon, le caractère fantaisiste de l’aventure suffit à justifier la présence de Sherlock Holmes 2 sur notre site), place ici à un bad guy old school (et pour cause, c’est le professeur James Moriarty, ennemi juré et némésis de Sherlock Holmes) qui veut semer le chaos dans le monde sans qu’on sache trop pourquoi (devenir le Maitre du Monde ?) ni comment (ha si, avec des attentats), son plan machiavélique et ses motivations diaboliques demeurant bien vagues, ce qui colle paradoxalement à ce portrait d’un fou incontrôlable et insaisissable agissant dans toute l’Europe (cf. la map de ses crimes). L’enquête d’envergure mondiale aura beau amener les personnages d’un pays à l’autre pour une raison ou pour une autre, elle est beaucoup moins captivante et intriguante que celle du premier film. Le parfum de mystère s’est évaporé, remplacé par une banale poursuite aux terroristes à travers l’Europe. Le « jeu d’ombres » promit dans le titre est totalement absent du film (mais bon, ça sonne bien) et s’appliquerait même plus au premier Sherlock Holmes, tandis que le récit passe à coté de ce qui faisait tout son intérêt sur le papier, à savoir le duel stratégique tant physique que psychologique entre deux puissances intellectuelles, celle de Sherlock et celle de Moriarty (le « Napoléon du crime »), duel qui ne s’exprime que dans une petite poignée de dialogues et une partie d’échecs métaphorique. A vrai dire, le raisonnement déductif légendaire de Sherlock Holmes est ici traité par dessus la jambe, avec un je-m'en-foutisme insultant pour le travail de Sir Arthur Conan Doyle. Tout cela manque d’énigmes, de rebondissements, et les enjeux peinent à ressortir et à peser dans la balance de la morale et du suspense.

Le vrai souci, c’est que Sherlock Holmes 2 souffre de graves carences narratives et donc rythmiques, et ce dés le début (rien que le générique d'introduction se lance mollement). La première demi-heure est même particulièrement laborieuse et bavarde, et il faudra attendre une bonne heure avant de se laisser embarquer par l’histoire, à coups de voyages (à partir de la virée en France) et de scènes d’action un peu pépères mais suffisantes pour éveiller l’attention, et la tension. Le final en Suisse est agréablement tendu, mais il aura fallu y arriver, à ce final. Guy Ritchie tenait son récit en laisse avec le premier film, mais il cède ici à ses vieux démons : un récit confus et foutraque qui n’a rien à raconter et s’appesantit sur des dialogues lourdingues et quelques fights-gunfights (et un zeste de torture, bien entendu) anecdotiques filmées à l’arrache mais paradoxalement dans un style branché. Guy Ritchie va même nous repiocher des gitans, histoire de rappeler qu’on est bien dans un film de Guy Ritchie. La déception ne se situe d'ailleurs pas seulement dans ce manque de péripéties spectaculaires, mais aussi dans l'humour : c'est rarement drôle, et les dialogues censés faire rire provoquent au pire un ennui poli et au mieux un léger rictus.

Sherlock Holmes

Sherlock Holmes 2 répète inlassablement les mêmes figures au point de provoquer rapidement lassitude et agacement. Ceux qui étaient gênés par les prévisualisations en flashfowards (baptisées la « Holmes-o-vision »  par le réalisateur) de Sherlock dans le premier film, lorsqu’il anticipe tout par pure intuition, le seront encore plus dans cette suite, puisque chaque scène d’action se repose sur ces flashforwards répétitifs et tarabiscotés, torchés comme un clip vidéo (montage cut, ralentis-accélérés…).  Si le principe est parfois contrecarré (il ne se passe pas toujours ce qui est prévu), on a l’impression au bout d’un moment de ne voir l’action qu’au travers de ces prévisions mentales d’affrontements physiques à venir (le combat final a d’ailleurs lieu en flashforward et non en vrai !). « Je n’aime pas me répéter, il y a donc quelques variations autour de la Holmes-o-vision », tente de se convaincre un Guy Ritchie trop content de pouvoir filmer ces visions avec une Phantom  (une caméra numérique à haute vitesse), seuls moments ou il semble sortir de sa torpeur, hélas pour nous. Par ailleurs, les scénaristes (le couple des Mulroney, qui ont réalisé en 2009 le Paper Man avec Jeff Daniels, Emma Stone et Ryan Reynolds) nous font deux fois le coup (et sur-dramatisé, en plus) du héros qui meurt mais qui, ô miracle, n’est en fait pas mort, d’autant plus prévisible que le réalisateur de Revolver et RockNRolla, dans son souci du détail aussi subtile qu’un rhinocéros dansant la Polka dans un spectacle de ballerines, met bien l’accent sur certains objets dont on sait d’avance quand et comment ils vont être utilisés ; un peu comme quand, dans un RPG, le héros acquiert une potion de résurrection. Sherlock est donc méga-intelligent, il pratique le close-combat, il évite les balles en bullet-time, il anticipe tout et il est invincible ; à partir de là, difficile de s’en faire pour lui (même quand il se fait torturer), et on ne croit pas une seconde à ses deux fausses morts. Et quand on ne s’en fait pas pour le héros, c’est mauvais signe…

James Moriarty

S’il semblait s’amuser en 2009 en réalisant Sherlock Holmes, dont la mise en scène ne manquait pas de panache, Guy Ritchie a cette fois plutôt l’air de s’ennuyer, peinant à retrouver de l’inspiration. Au mieux, sa mise en scène est plan-plan, sans idées mais carrée. Ca pourrait tout aussi bien être du Brett Ratner. Au pire, le Ritchie sombre dans des effets stylistiques de mauvais goût à la Zack Snyder dés que l’action se pointe, se rapprochant ainsi de son style bien à lui, idéal dans ses films de gangsters chaotiques et branchouilles mais inapproprié dans un film d’aventures à l’ancienne comme Sherlock Holmes 2. La fusillade dans la forêt (les trois héros coursés par les militaires), absolument incompréhensible, assourdissante et bordélique au possible, témoigne d’un grand n’importe quoi stylistique, entre du 300 (Ritchie fut d’ailleurs un temps pressenti pour réaliser la suite de 300) et du Matrix (également chapeauté par Joel Silver). Sherlock Holmes 2 souffre d’ailleurs d’un montage à la serpe qui, associé à des effets tape-à-l’œil complètement gratuits, rend les scènes d’action difficiles à suivre, là ou celles du premier film étaient plus claires, plus jouissives et plus diversifiées, et même plus spectaculaires, y compris les passages en « Holmes-o-vision », plus fluides car moins surdécoupées. On pouvait retenir du premier film des morceaux de bravoure (le combat contre le géant français, le climax sur le pont en construction, Sherlock au milieu des explosions), mais il sera difficile de retenir la moindre scène d’action dans Sherlock Holmes 2, dont le programme se compose de bastons toutes établies sur le même schéma en prévisualisation (contre les molosses dans la rue au début du film, contre le ninja-assassin cosaque chez la voyante, contre les bad guys dans le train, contre Moriarty), une poursuite acrobatique à pattes, un peu de destruction (l’attentat en introduction façon Une Journée en enfer, le phare qui s’écroule), 2-3 fusillades (dans le train, la forêt), puis un duel psychologique en guise de final. Les scènes de la baston-poursuite pendant la fête, du traquenard dans le train, de l’évasion en Allemagne ou du climax dans les Alpes Suisses sont « sympas », mais rien de très spectaculaire, même quand Ritchie joue de la frime et quand Downey Jr., entrainé depuis des années au kung-fu Wing Chun, pratique son style de combat instinctif et réalise lui-même certaines de ses cascades. Guy Ritchie parle de « scènes que le public n’avait encore jamais vues » et Joel Silver de « scènes plus spectaculaires, plus drôles et plus explosives que dans le premier opus » (quelle belle promo mensongère), mais il n’y a pourtant ici rien d’exceptionnel ni même de mieux que dans le premier film, pas de trucs « encore jamais vus », il y a juste le strict minimum pour que ça se laisse suivre, un strict minimum que ne vient pas rattraper un scénar qui se traine en longueurs et se perd dans la confusion. Bref, c’est pépère.

Sherlock s'amuse

Si Sherlock Holmes 2 perd aussi de ce mélange réussi d’esprit serial et de sophistication (un parfum de steampunk, en somme) qui faisait le charme du premier film, il conserve cependant une prod design agréable, très européenne, entre les pays traversés, les nombreux et chouettes costumes (par la chef costumière Jenny Beavan, citée neuf fois à l’Oscar, qu’elle remporte grâce à Chambre avec vue) et la photo (qui manque tout de même de nuances) du prestigieux chef opérateur français Philippe Rousselot (déjà à l'oeuvre sur le premier film). Le caractère international de l’intrigue, petit plus par rapport au premier film qui restait à Londres, permet de visiter la France, l’Allemagne, la Suisse et l’Angleterre dans un monde en pleine transformation industrielle (la fabrication des armes, l’évolution des transports…), époque de changements heureusement pris en compte dans l’histoire et dans les déplacements des héros (Sherlock au volant d’un des tout premiers véhicules automobiles, un train de l’ère victorienne…). Les décors urbains et industriels ne manquent pas de charme, même quand ils sentent le studio ou le fond vert à plein nez (quasiment tout a été tourné en Angleterre, une partie de la France a par exemple été reconstituée dans les quartiers de Greenwich), et les quelques plans larges en 2.35 ont de nouveau de la gueule (mention à la ville au milieu des Alpes Suisses, avec la cascade). Il faut préciser cependant que s’il y a une Tour Eiffel sur l’affiche, elle fait tout juste un « caméo » dans le film (la France est réduite à un sous-sol et des forêts, alors qu’il y a l’Opéra de Paris à disposition), mais passons. Bien que soignée, l’atmosphère se veut « plus sombre », alors qu’elle ne l’est pas (le Londres teinté de sorcellerie du premier film était bien plus sombre). Guy Ritchie a le sens du détail, et son film en fourmille (avec son lot de gadgets), peut-être même trop puisque le cinéaste semble plus s’attarder sur les détails que sur l’intrigue (ce qui participe d’ailleurs à rendre l’ensemble bordélique, à l’image du 221B Baker Street) et en fait parfois des tonnes (cf. les objets qui serviront à annuler les deux fausses morts, on les voit venir à des kilomètres).
Quand à Hans Zimmer, quand il ne laisse pas noblement la place à du Mozart, il s’amuse (contrairement au réalisateur), fait dans les sonorités tziganes (il y en avait déjà un peu dans le premier film) et rend hommage au génial Sierra Torride avec Clint Eastwood en reprenant le thème d’Ennio Morricone (sur le moment, ça fait plaisir), le film prenant des airs de western (cf. le look de nos trois héros) dés le périple en Allemagne, qui adopte même l’esthétique d’un film de guerre (on pense à la Seconde Guerre Mondiale lorsque les héros fuient l'usine d'armement avec les soldats allemands à leurs trousses). Zimmer ne parvient cependant pas à créer un nouveau thème marquant (hormis les deux exceptions citées ci-dessus, on croirait entendre le score du premier film et Zimmer reprend le thème principal à toutes les sauces) ni même un morceau plus puissant qu’un autre. A sa décharge, il n’y a pas grand-chose dans le film sur quoi caser une musique épique, mais les Daft Punk étaient bien arrivés à combler cet inconvénient dans Tron : l'héritage. Le compositeur allemand fait beaucoup de bruit sur du vide, ce qui s’applique d’ailleurs au film en général.

Sherlock, Sim et Watson

Dans un genre et mélange très similaires (buddy-movie + arts martiaux + le Londres du 19ème siècle + enquête révélant une conspiration, etc.), un Shanghai Kids 2 (qui adressait d’ailleurs un clin d’œil au personnage créé par Conan Doyle), pourtant antérieur, enterre sans problèmes les Sherlock Holmes de Guy Ritchie, car il y a dans Shanghai Kids 2 une folie, des gags burlesques et des couleurs qui manquent cruellement à ce morne Sherlock Holmes 2, dont les scènes d’action font pâle figure à coté de celles du film avec Jackie Chan et Owen Wilson. En parlant de tandem, celui (re)formé par Robert Downey Jr. et Jude Law manque de panache, malgré la complicité affichée (et clamée) par les acteurs. Cette suite semble avoir perdu l’alchimie magique du premier film. Les deux personnages sont exactement les mêmes, leurs rapports stagnent, ils n’évoluent pas même quand Watson se marie à Mary ou quand Sherlock apprend la mort (supposée) d’Irene Adler. Jude Law fait toujours le loyal larbin, témoin et parfois victime des péripéties de son ami, et toujours partagé entre l’envie d’une vie familiale paisible et l’excitation d’une aventure trépidante (Sherlock lui pose d’ailleurs la question en pleine action : « Etes-vous heureux, en ce moment-même ? »). Le Dr. Watson est le sidekick typique, mais le réalisateur le définit aussi très justement comme « l’homme simple tenté par l’aventure », ce qui le rend peut-être plus attachant que Sherlock Holmes. Robert Downey Jr. continue de la jouer cool/cynique/flegmatique, au point qu’on se verrait presque confondre Sherlock Holmes et Tony Stark. Guy Ritchie parle d’un « personnage aux multiples facettes » pour évoquer son héros, mais c’est toujours la même facette qui nous est montrée dans les deux films, celle du détective célibataire, misogyne, cynique, inventif, effronté, audacieux, égoïste, farfelu (pour ne pas dire fou), combattant aguerri, travesti occasionnel (ses déguisements sont assez drôles), obsessionnel ou même chaétophobe (la peur des chevaux), de quoi aligner les gags et donner à Robert Downey Jr. plein de raisons pour cabotiner et gesticuler, un peu comme Johnny Depp en Jack Sparrow dans les Pirates des Caraïbes (il n'y aurait d'ailleurs pas eu ce Sherlock Holmes excentrique sans Jack Sparrow). Tout juste un brin de mélancolie émerge rarement de son visage, par exemple ici lorsqu’il jette le mouchoir d’Irene Adler à la mer. Le réalisateur anglais adresse un petit clin d’œil au personnage d’origine, en faisant porter brièvement une pipe à son Sherlock (mais pas plus, sinon ça devient « trop poussiéreux »).

Moriarty et Sim

Mais revenons à la distribution, qui ne manque cependant pas de surprises. En voyante bohémienne qui prend part malgré elle à l’intrigue, Noomi Rapace, la Lisbeth Salander culte du Millénium suédois, illumine l’écran par son regard ténébreux et son physique hypnotique qui change un peu des bimbos habituelles dans les blockbusters. Elle n’est pas spécialement belle, mais elle a du charme et du charisme. Dommage que Guy Ritchie loupe l’occasion d’en faire une femme d’action, puisqu’elle se contente de suivre comme un toutou Sherlock et Watson, ne participant que peu aux scènes d’action alors qu’elle pouvait physiquement s’y prêter. Dans le premier film, Rachel McAdams (qui disparait ici un peu trop rapidement, supprimant ainsi le petit jeu du chat et de la souris qui animait les rapports entre Irene Adler et Sherlock) avait plus d’importance tant dans l’action que dans l’intrigue. Toujours dans le rôle de la fiancée de Watson, Kelly Reilly n’est, elle aussi, pas très bien servie à partir du moment où Sherlock la balance d’un train. On avait de toute façon compris depuis un bail que Guy Ritchie fait du cinéma viril dans lequel les femmes ont peu de place ; vous vous souvenez des rôles féminins dans Revolver, RockNRolla, Snatch et Arnaques, crimes et botanique ? La seule fois qu'il a confié un rôle principal à une femme, c'était à son épouse Madonna et c'était pour le mélo raté A la dérive, d'ailleurs tombé dans l'oubli. Le cinéaste est toujours plus doué dans les portraits de salauds. Succédant au classe Mark Strong en Lord Blackwood dans le premier Sherlock Holmes, Jared Harris (le publicitaire Lane Pryce dans Mad Men) fait un Moriarty inquiétant, imprévisible et coriace (mais aussi séduisant et posé) dont les rencontres avec Sherlock Holmes sont particulièrement tendues, les deux génies intellectuels se jaugeant mutuellement jusqu’au duel psychologique final censé les départager. L’acteur shakespearien campe avec brio et tout en rictus ce prof de maths à priori banal qui est en fait l’un des premiers grands méchants maléfiques de la littérature anglaise ; paradoxalement, le Lord Blackwood de Mark Strong, pourtant un méchant de moindre envergure, semblait bien plus puissant et dangereux que le Moriarty de Jared Harris. Dans le rôle du raffiné, feignant et misanthrope Mycroft Holmes, frère ainé de Sherlock et autre personnage célèbre dans l’œuvre de Conan Doyle, ce bon vieux Stephen Fry apporte un humour appréciable et un peu de nouveauté qui ne fait pas de mal. Quand à Eddie Marsan (V pour vendetta, Hancock, Jack the Giant Killer), qui reprend la panoplie de l’inspecteur Lestrade, il a beau être crédité parmi les rôles principaux (y compris sur l’affiche, décidément bien mensongère), il n’apparait que quelques secondes ! Le charismatique Paul Anderson (vu dans le survival A Lonely place to die et dans Docteur Who) joue le bras droit du méchant avec style, et Thierry Neuvic (Derrière les murs, Au-delà) et Affif Ben Badra (acteur-cascadeur vu dans Dobermann, Truands, Danny the Dog, Taken, Mesrine : L’Instinct de mort, 10 000 BC et Colombiana) assurent brièvement la fonction des "comédiens français de service censés authentifier l’illustration de la France dans une grosse production américaine". Il y a donc toujours autant de bon goût dans le casting, mais tous ces excellents acteurs n’ont pas grand-chose à faire ici, coincés dans un script figé en panne d’audace et de bonnes idées. Guy Ritchie réalise un pur film de Guy Ritchie et c'est bien ça le problème : c'est à la fois hyperactif et flâneur, frimeur et fainéant, linéaire et foutraque.

Sherlock Holmes 2 en Asie

50

Agréable à suivre pour le travail d’orfèvre en production design et pour la visite touristique de l’Europe (Angleterre, France, Allemagne, Suisse) d’un XIXème siècle en pleine mutation industrielle, Sherlock Holmes 2 est pourtant une grande déception pour quiconque avait été au minimum agréablement surpris par le premier opus, dynamique et fantaisiste. Beaucoup moins spectaculaire, plus bavarde et plus avare en action, perdant d’ailleurs le parfait équilibre action/humour qui faisait tourner le premier Sherlock Holmes, cette suite manque de magie, d’énigme, de mystère, bref : elle manque de Sherlock Holmes. Redevenu glandeur, Guy Ritchie se love dans sa cool-attitude (faut dire que Robert Downey Jr.. joue Sherlock Holmes comme il joue Tony Stark) et se repose, du moins quand il ne se contente pas d’une illustration plan-plan, sur des effets boursouflés répétitifs qui occupent chaque scène d’action (toutes anecdotiques), comme ces prévisions mentales encore plus envahissantes que dans le premier film. Rien de neuf (l’effet de surprise est passé), rien d’exceptionnel, rien qu’on retiendra sur le long terme, et même rien de très captivant (si ce n’est peut-être le climax, et encore) malgré la présence du légendaire bad guy James Moriarty : Sherlock Holmes 2 est une baudruche qui se dégonfle pendant 2 heures en faisant beaucoup de bruit pour rien. Et le spectateur la regarde se dégonfler avec lassitude, se remémorant le panache du premier film, mais aussi la fraicheur et l’imagination du Le Secret de la Pyramide de Barry Levinson, ou la finesse psychologique et le flegme mélancolique de La Vie privée de Sherlock Holmes de Billy Wilder, pour ne citer que des relectures elles aussi décalées du même personnage.

Critique de publiée le 21 janvier 2012.

Que faut-il en retenir ?

  • La prod design
  • Des airs de western à mi-chemin
  • La visite touristique et historique
  • Un casting bien vu (Noomi Rapace et Jared Harris)
  • Un final un peu plus palpitant

Que faut-il oublier ?

  • Plus aucune inspiration, que de la répétition (le Holmes-o-vision)
  • Des effets boursoufflés à la Zack Snyder
  • Une intrigue confuse et peu captivante
  • De l'action anecdotique
  • Manque de fantaisie et de mystère

Acheter Sherlock Holmes 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sherlock Holmes 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Sherlock Holmes