75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Téléfilm : The Lost Future
The Lost Future >

Critique du Téléfilm : The Lost Future

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 3 octobre 2011 à 2315

La critique du staff

Avec son visage d’ange et son attitude réfléchie, Caleb passe pour la chiffe molle de son clan. Il faut dire qu’au milieu de cette gente masculine, composée de farouches chasseurs à la barbe bien taillée, le jeune homme jure un peu. Comble de malheur, il ne bénéficie même pas de l’affection familiale puisque son père a quitté (trahi, dixit les Anciens) le clan en partant à la recherche d’hypothétiques autres tribus. Aussi, poussé par le désir de bien faire, d’être reconnu comme un membre à part entière de la tribu, Caleb guide une équipe de chasseurs en dehors des limites de leur territoire. Une action qui non seulement va entrainer la mort dramatique de l’un de ses compagnons, mais aussi attirer l’attention de monstres mutants qui, d’un simple contact, peuvent propager un terrible virus. Des créatures sauvages et primitives qui vont prendre d’assaut le camp du clan de Caleb.

Au cours de la mêlée qui s’en suit, Caleb, Savan (non, il n’est pas, comme je l’ai d’abord cru, le fils de papi Brossard) et la belle Dorel sont séparés des autres membres de la tribu, lesquels trouvent un refuge précaire en une caverne grossièrement aménagée. De son coté, le trio ne devra sa survie qu’à l’intervention d’un mystérieux chasseur, qui se présente sous le nom d’Amal (oui, mais où ?) et qui leur apprend que d’autres clans sont établis dans la région et qu’il existe un remède au virus, baptisé La poudre jaune...

Réalisé par le téléaste Mikael Salomon, The Lost Future est un film de SF qui, par son thème et ses éléments narratifs, ne manque pas de rappeler à la fois les grands classiques «préhistoriques" de la Hammer (Quand les dinosaures dominaient le monde, Un Million d'années avant J.C.) et les films post-apocalyptiques spaghettis des années 80. On y retrouve ce même goût pour brasser les genres (aventure exotique, horreur, anticipation, hard science, action) et cultiver les incohérences. Ainsi, dans The Lost Future, on rencontre une société humaine retournée à l’âge de pierre, dont les individus portent des vêtements de cuir soigneusement coupés et cousus, arborent des sourire Pepsodent, comprenant une gente féminine à la présentation très soignée, bien plus proche de la naïade de Malibu que de la sauvageonne crasseuse.

Cette société tribale, armée de rudimentaires lances aux pointes en plastique (l’accessoiriste a voulu nous faire croire à des pointes en os... c’est raté), va avoir à affronter des mutants bondissants, vêtus de fripes Emmaüs et grimés en orcs, qui, en plus d’être bêtes et méchants, sont extrêmement contagieux. En fait, le virus que se trimballent ces horribles êtres dégénérés (ils ne savent même pas se servir de massues, on est loin de l’intelligence cruelle des Morlocks) se transmet par les voies sanguines (suite à une morsure ou une griffure) et les voies respiratoires. La seule différence est que le deuxième processus est plus lent et insidieux, l’individu contaminé n’affichant les premiers symptômes (hémorragie nasale) que plusieurs heures après la rencontre. Evidemment, la différence tient du fait qu’il est nécessaire, pour le bon déroulement du film, que les amis de Caleb ne crèvent pas trop vite.

Accompagnant Caleb dans sa quête (trouver de la Poudre jaune pour sauver son peuple), le spectateur va alors découvrir que des communautés plus évoluées ont prospéré dans ce futur post-apocalyptique. Celle de Gagen, détenteur de la Poudre Jaune, est établie dans une vieille mégalopole en ruine. Régnant sur une bonne louche de figurants récupérés dans un épisode de Xéna la guerrière, ce dernier y a établi une sorte de gouvernement despotique, aidé par une poignée de gardes armés d’arbalètes et revêtus d’armure en mousse. Vivant en haut d’une tour inexpugnable, affichant un éternel sourire sardonique, le tyran coule une vie aussi chiante que confortable (dur de s’éclater sur dix mètres carré). Est-il donc nécessaire de préciser que Caleb va avoir le plus grand mal à convaincre Gagen de lui confier de la Poudre Jaune, d’autant plus qu’il s’agit de sauver une bande de hippies du futur? Heureusement - et là, on crie «sacré hasard!» -, Caleb possède une monnaie d’échange de choix: il sait lire! Et puis, il y a une gonzesse…

En réalité, The Lost Future n’est pas une histoire désagréable à suivre. Si l’on met de coté ses aspects cheaps, la tonne d’incohérences qui parsèment le récit et une réalisation télévisuelle qui suit des sentiers mille fois empruntés, le film de Mikael Salomon est un gentil spectacle divertissant. Les problèmes majeurs, qui pourraient amener le cinéphile à abandonner le visionnage est un total manque d’originalité (et donc de surprises) et, surtout, un aspect policé qui rapproche l’œuvre d’un téléfilm jeunesse. Amateur d’action musclée et de bains de sang, vous êtes avertis: The Lost Future n’affiche pas une seule goutte de sang, même lorsque cinq chasseurs terrassent une gigantesque créature mutante (pas trop mal digitalisée d’ailleurs) en la perçant de cent coups de lances.

Pour se qui est de l’interprétation, la production a réuni un casting composé de têtes connues des amateurs de série télé. Ils sont mignons tout plein et ont vraiment du mal à nous faire croire qu’ils ont été élevés dans un monde sans eau chaude ni huiles de bain. Le rôle principal, Caleb, est interprété par l’inoffensif Sam Claflin (le bellâtre niais du dernier opus des Pirates des Caraïbes, et le Richard des Piliers de la Terre). Franchement, on le voit mal aller chier derrière des fougères. A coté de lui, Corey Sevier, fréquemment vu dans des rôles de soutien (dans le genre qui nous intéresse, on relève les deux volets de Soeurs de glace), assure sans grande réussite celui de l’homme fort. Pour ce qui est des rôles féminins principaux, ils ont été confiés à deux jolis brins de fille ; Annabelle Wallis (Jane Seymour dans la série Les Tudors) et Eleanor Tomlinson (peu connu aujourd’hui, elle ne va pas tarder à l’etre puisqu’elle a été choisi pour interpréter le rôle de la princesse Isabelle dans la nouvelle lecture de Jack le tueur de géants, réalisé par Bryan Singer). Deux blondes qui nous ramènent aux babes de la Hammer. Enfin, il y a Sean Bean. En tête d’affiche malgré un rôle secondaire, il nous ressert une nouvelle fois la recette Boromir. Le plat est réchauffé, certes, mais il est toujours aussi bon.

La conclusion de

Petite production télévisuelle, The Lost Future est un spectacle très regardable. Mikael Salomon, en téléaste expérimenté (on lui doit une adaptation assez sympa de La menace Andromède), parvient à bien intégrer toutes les faiblesses du métrage (production cheap, scénario bourré d’incohérences, acteurs peu crédibles) dans une narration agréable, fruit d’une réalisation certes académique mais appliquée. En tête d’affiche, Sean Bean, amène le petit plus qui hisse le film dans une honnête moyenne.

Que faut-il en retenir ?

  • Un spectacle modeste et divertissant
  • Une réalisation appliquée
  • Sean Bean

Que faut-il oublier ?

  • Une production cheap
  • Rien d'original
  • Un scénario et des acteurs peu crédibles

Acheter The Lost Future en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Lost Future sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+