75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : La Reine des Neiges
La Reine des Neiges >

Critique du Roman : La Reine des Neiges

Avis critique rédigé par Manu B. le vendredi 30 septembre 2011 à 2359

Moon Marchalaube

"La porte se referma silencieusement sur eux, étouffant la musique légère et la folle gaieté de la salle de bal. La perte soudaine de la vue et de l'ouïe fit naître en lui une sensation de claustrophobie. Il crispa la main sur la trousse d'instruments qu'il portait sous son manteau..."

Sur Tiamat, l'été est sur le point de succéder à l'hiver. La planète qui orbite autour d'un trou noir, du fait de sa trajectoire erratique est donc sur le point d'avoisiner celle de l'étoile d'été et perdre son climat hivernal. A cette occasion, la reine dite d'hiver doit passer la succession à son homologue d'été, désignée au cours de la cérémonie dite du Changement. Mais depuis toujours dans toute l'histoire de ce monde, les gouvernantes refusent de laisser échapper un tel pouvoir, à cause du nectar qui confère à l'immortalité. Arienhod ne fait pas exception à la règle. Elle imagine donc un stratagème pour éviter que le Changement ait lieu, supervisé par l'Hégémonie, la confédération des systèmes galactiques.
Sur une île minuscule très loin de la capitale Escarboucle se trouvent deux enfants, deux cousins qui depuis leur plus tendre enfance ne se sont jamais séparés. Et ce jour, Moon et Sparks Marchalaube doivent subir l'épreuve qui révélera s'ils sont dignes de servir la Mère des mers et devenir des élus. Mais le sort ne désigne que la jeune Moon et c'est avec tristesse et colère que son cousin lui annonce son départ pour Escarboucle...

La Reine des neiges est à l'origine un conte du célèbre Hans Christian Andersen (on lui doit aussi le vilain petit canard, la bergère et le ramoneur, la petite sirène, le stoïque soldat de plomb tous adaptés sur grand écran) publié en 1845. Joan D. Vinge revisite le conte, transpose l'histoire sur une lointaine planète peu développée où Gerda devient une jeune fille dont le seul but est de retrouver son amour tombé dans les griffes de la reine. Ce premier volet est rassemblé avec Finismonde dans l'intégrale I du cycle de Tiamat, réédité aux éd. Mnémos. Il a reçu le prix Hugo.

En plus de réécrire ce conte dans un contexte galactique, Joan D. Vinge y intègre un élément Herbertien: l'eau de vie. Ce nectar permet de prolonger la vie aussi loin que possible. Son prix est celui du massacre des ondins, des créatures marines vivant dans les mers de Tiamat. L’eau de vie de Tiamat y est donc aussi rare que l'épice de Dune. D’où les enjeux qui dépassent le cadre planétaire.

En mélangeant ces deux oeuvres, l'auteur réussit à créer une belle histoire. D'une part parce que tous les ingrédients pour une tragédie sont présents. Même si on pourra regretter aujourd'hui que les personnages soient quelque peu manichéens. En effet, Moon est une héroïne, dans la plus pure des traditions: jeune, belle, courageuse et tellement amoureuse qu'elle est capable de parcourir des immenses espaces pour le retrouver. La reine, son double quasi démoniaque a tous les vices, sous l'apparence de la beauté.
Mais entre les deux, les autres protagonistes sont plus intéressants. Il y a Sparks, le jeune ingénu devenu un être à l'opposé de sa nature (une sorte de Dark Vador. Rappelons que Joan D. Vinge a écrit le retrour du jedi), l'inspecteur Jerucha, forcée de jouer les dures pour prouver qu'une femme peut aussi réussir.

L'issue de l'histoire n'est pas très surprenante mais des révélations viennent gonfler le background lorsqu'on comprend la nature de Moon et sa fonction de sybille. C'est ce qui a certainement poussé l'écrivain américain à écrire des suites.

La conclusion de

A part quelques longueurs en milieu de roman et malgré les années, La Reine des neiges est encore un roman très plaisant à lire, grâce notamment à un environnement qui s'enrichit au fur et à mesure de l'histoire.
C'est devenu lui-même un classique de SF à côté duquel il serait dommage de passer.

Acheter La Reine des Neiges en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Reine des Neiges sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Reine des Neiges

En savoir plus sur l'oeuvre La Reine des Neiges