75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de cartes : Dead Money [2006], par Benoît F.

Avis critique rédigé par Benoît F. le jeudi 23 juin 2011 à 10h35

Poker of the Dead

Bienvenue chez Freidey’s, le saloon des damnés. Tous les soirs, dans ce charmant établissement, le patron organise des tournois de poker qui malheureusement n’attire pas les foules de l’Ouest Sauvage. C’est alors que le gérant décide de faire jouer sa main d’œuvre mort-vivante afin d’attirer une clientèle en quête d'argent facile. Ces pauvres zombies n’ont alors qu’un seul mot d’ordre : laisser gagner le client. Pas facile d’être un zombie du Far West…

 

 

WILD WILD BRAIN

Le jeu se présente sous la forme d’une petite boîte en carton souple renfermant 112 cartes. Ces dernières sont réparties de la manière suivante : 8 cartes Cerveau et deux paquets de cartes de Poker. L’ensemble est admirablement illustré par Brian Snoddy, artiste souvent sollicité par James Ernest, l’auteur du jeu. Par ailleurs, vous aurez besoin d’un dé à six faces non fourni ; ustensile d’une banalité déconcertante qu’il vous sera facile d’extraire d’un jeu auquel vous ne vous adonnez jamais.

 

Comme tout jeu américain qui se respecte, les textes présents sur les cartes et les règles sont en anglais. Il vous faudra donc un minimum de pratique afin de capter l’humour se dégageant de l’ensemble. Cependant, la rédaction est claire et une traduction française des règles reste disponible sur le web. A noter que Dead Money s'insère dans la "Friedey's series" au même titre que Give Me the Brain!, Lord of the Fries et The Great Brain Robbery. Cette série de jeux, créée par James Ernest et illustrée par Brian Snoddy, propose aux joueurs d'incarner des zombies sous le joug d'un "American Way of life" triomphant, le tout dans la joie et la bonne humeur.

 

 

AVOIR DE BONNES MAINS…

La pratique de Dead Money s’avère relativement simple. Le jeu s’inspirant grandement des mécanismes de Give me the Brain!, du même auteur, nous vous recommandons de cliquer ici afin d’avoir un aperçu des règles de jeu.

Voici les changements notables par rapport à Give me the Brain! :

- Les cartes (Job) représentent désormais la manne financière du joueur et plus précisément les « chips » d’un tournoi de poker.

 

- Le cerveau (dé) est remplacé par huit cartes Cerveau associées chacune à une couleur (trèfle, cœur, pique, carreau). Celles-ci sont inclues dans la pioche et peuvent passer de joueur en joueur suite à des effets de carte ou à la pose d’une carte nécessitant la possession d’une carte Cerveau.

Les cartes Cerveau


- Les tours d’enchères sont remplacés par un affrontement à coups de combinaisons de poker de cinq cartes maximum. Celui qui proposera la meilleure combinaison remportera la carte Cerveau.

Comme dans Give me the Brain!, un joueur est déclaré vainqueur dès qu’il n’a plus de cartes en main, tout en ayant appliqué l’effet de sa dernière carte posée.

 

 

RESUCÉE DE CERVEAU

L’auteur ne s’en cache pas, Dead Money reprend les principaux mécanismes de Give me the Brain!. Cependant, cette remise au goût du jour, via l’intégration de mécanismes liés au Poker, ne réussira pas à convaincre pleinement les adeptes du jeu originel.

En effet, Dead Money pèche par le côté interminable de ses parties. A chaque fois que vous poserez une carte Cerveau, vous devrez piocher deux nouvelles cartes tout en rejouant un nouveau tour. Votre main n’en finira pas de s’emplir plus rapidement que vous ne la viderez. Il vous sera donc difficile de faire loger une partie dans le temps indiqué sur la boîte ; les 20 minutes seront allègrement dépassées et vous aurez l’impression de ne jamais apercevoir le bout du tunnel. En cela, Give me the Brain! demeure plus abouti.

 

De même, le côté fun du premier opus peine à s’imposer sur la nouvelle mouture. Les textes sont un peu moins savoureux et le côté « histoire sans fin » ne fait que nuire à l’ensemble.

Pourtant, l’idée d’intégrer les combinaisons de Poker paraissait intéressante. Cet aspect aurait pu renforcer la mise en scène liée à la récupération d'un cerveau. Au lieu de cela, de petits points règles peu inspirés ont été ajoutés, amputant ainsi un système qui se suffisait à lui-même.

La conclusion de à propos du Jeu de cartes : Dead Money [2006]

Benoît F.
45

Préférez l'original! Voilà ce que l'on peut dire de Dead Money. Ce dernier reste largement inférieur à Give me the Brain! et cela malgré un nombre de joueurs revu à la baisse. Non pas que les mécanismes de jeu soient mauvais, bien que peu originaux, mais les quelques petits modifications apportées finissent par handicaper l'ensemble et déséquilibrer le ratio Cartes piochées/Cartes posées. L'idée d'apporter une composante "Poker" avait pourtant de quoi séduire mais le côté interminable du jeu finira par lasser rapidement des zombies qui n'auront qu'une envie: revenir vers cette bonne vieille restauration rapide, fierté toute relative de l'art culinaire américain.

Que faut-il en retenir ?

  • Les illustrations de Brian Snoddy
  • Le côté Tournoi de Poker

Que faut-il oublier ?

  • Des mécanismes trop poches de Give me the Brain! et en moins bien
  • Le côté fun et décalé beaucoup moins présent

Acheter le Jeu de cartes Dead Money en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dead Money sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Friedey's series