75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Scream 4 >

Critique du Film : Scream 4

Avis critique rédigé par David Q. le dimanche 17 avril 2011 à 1319

Quel est votre film d'horreur préféré ?

Dix ans après Scream 3, Wes Craven revient sur sa franchise devenue culte : Scream. Sorte de suite-remake Scream 4 nous raconte encore une fois l’histoire d’une série de meurtres sanglants perpétrés par Stab lors du dixième anniversaire de l’histoire d’origine. Sans être original sur le scénario, Scream reste un slasher-movie, Wes Craven assure un rythme et une dérision de tous les instants sur la totalité du film, laissant loin derrière ses concurrents qui prennent au passage une bonne rasade de coups de couteaux dans le dos. Et on se retrouve plongés dans Scream 4 avec une facilité déconcertante, comme si l’opus précédent n’avait qu’un an. La magie Wes Craven est bien là et on ne s’en plaindra pas.

Une équipe de choc !

A l’instar des autres films, la scène d’ouverture est cruciale et absolument géniale. Wes Craven s’amuse avec les codes du slasher tel un maestro à qui on demanderait de jouer « Au clair de la lune ».  Le spectateur est littéralement happé dans  le film et l’humour noir, l’humour potache à la Scream ne va cesser de vous poursuivre jusqu’à la scène finale. L'ensemble du film étant à voir au second degré, il faut vraiment se mettre dans cet état d'esprit pour l'apprécier. Ne vous attendez pas à un film sérieux, Scream n'en est pas un.

Les bimbos du début vont-elles s'en sortir ?

Scream 4 est bourré de références aux autres films d’horreur à succès qui sont sortis depuis le numéro 3.  Ainsi Saw, Destination Finale, [REC.] ou encore Hostel vont être la cible des quolibets des personnages de Wes Craven qui vont habilement les démonter en deux ou trois répliques bien formulées. Peut-être est-ce une façon de démontrer qui est le boss? En tout cas, les références du genre inondent le film grâce à ces personnages fans amateurs de films et à des moments clés vraiment bien trouvés. Certaines répliques vont devenir rapidement culte et on s’en rend compte dès qu’on les entend. Retenez bien le « I got powers » et revenez lire cette critique dans 4-5 ans, vous verrez que j’avais eu raison.

 

Tout est traité de manière parodique dans Scream 4, tel un remake sans saveur qu’il aurait pu devenir si le réalisateur et son scénariste n’avaient pas été là. C’est le cas des acteurs principaux de la saga qui font leur retour avec 10 ans de plus dans la vue. Sidney est toujours aussi énervante avec ses attitudes de victimes, Gale (Courteney Cox-Arquette) veut reprendre son titre de journaliste impétueuse et Dewey (David Arquette) est toujours aussi mollasson. Notez la venue de Hayden Panettiere (Heroes) qui apporte un souffle nouveau.

Les nouveaux dans Scream 4 !

Encore plus gore et toujours aussi drôle dès que Stab poursuit ses victimes (Qu’est ce qu’il se prend dans la tête tout de même), Scream réussit aussi le passage à l’époque du numérique. L’utilisation de Facebook, des téléphones portables ou de la webcam sont vraiment intégrés au scénario et apportent toujours quelque chose. La logique (à la Scream) reste bonne et on ne se retrouve pas avec un personnage qui n’a plus de réseau en pleine ville ou qui ne sait pas quoi faire avec son téléphone alors qu’il pourrait appeler un ami (merci Jean-Pierre). En tant que geek, on ne peut qu’apprécier.

Oulà j'ai peur !

Difficile de ne pas trop vous en révéler car dès qu’on sort de la salle on n’a qu’une envie c’est d’en discuter avec ses amis pour confronter toutes les répliques et les scènes qu’on a retenues. Il faut bien évidemment avoir vu les anciens Scream pour apprécier à sa pleine valeur ce quatrième volet. Wes Craven se moque de son propre film en incluant des petits bouts d’anciennes scènes juste pour ridiculiser certains personnages et nous induire en erreur sur le meurtrier. On pourrait peut-être reprocher à ce film de trop nous cacher l’identité du tueur sous un tas de fausses pistes, ne laissant presque aucune chance au spectateur de le trouver. Mais est-ce vraiment là le propos du film ? N’est-il pas plus intéressant de se laisser porter par l’humour noir et la culture de Wes Craven et d’apprécier ce slasher grâce à son approche complètement différente des autres ?

La conclusion de

La saga Scream est de retour pour une suite-remake remarquable à tous points de vue. Wes Craven nous démontre qu’il reste le maitre du genre et que les autres films ne sont là que pour sublimer le sien. Film à l’humour décalé, aux scènes gores mais tellement drôles, Scream n’a pas d’équivalent pour vous faire passer une soirée géniale sans avoir mal au cœur. Certaines répliques vont vite devenir cultes alors n’en ratez rien !

Que faut-il en retenir ?

  • Une auto-dérision assumée
  • Une culture et connaissance du genre inégalée
  • Des répliques (déjà?) cultes
  • Des scènes de poursuite avec Stab toujours aussi réussies

Que faut-il oublier ?

  • Une fin difficile à anticiper

Acheter Scream 4 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Scream 4 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Scream

  • Voir la critique de Scream 4 : Le retour raté de Ghostface
    40

    Scream 4 - Critique du film par Nicolas L.

    Le retour raté de Ghostface : Scream 4 est un film qui repose à la fois sur le potentiel nostalgique de cet vieille franchise et sur les bienfaits d’un relectur…

  • Voir la critique de Scream 4 : Première règle du remake : on ne déconne pas avec l'original...
    65

    Scream 4 - Critique du film par Vincent L.

    Première règle du remake : on ne déconne pas avec l'original... : Au final, bien qu'ouvertement issu d'une démarche opportuniste, Scream 4 se trouve être une suite de qualité, et s'impose d'ailleu…

  • Voir la critique de Scream 2 : Le retour de Ghostface
    30

    Scream 2 - Critique du film par Nicolas L.

    Le retour de Ghostface : Scream 2 reprend exactement les mêmes principes que le premier volet tout en édulcorant le coté horrifique et augmentant son aspec…

  • Voir la critique de Scream : Bienvenu dans l’ère du Burger Quizz
    65

    Scream - Critique du film par Nicolas L.

    Bienvenu dans l’ère du Burger Quizz : Je vais en étonner plus d’un qui connaît depuis longtemps mon avis sur Scream ; l’un des films que j’ai le plus, durant un bon mom…

En savoir plus sur l'oeuvre Scream