75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : L'essayeur des anneaux
L'essayeur des anneaux >

Critique de la Bande Dessinée : L'essayeur des anneaux

Avis critique rédigé par Richard B. le samedi 22 novembre 2003 à 0324

Essayer, c’est accepter l’Unique !


Quelle bonne idée en cette fin d’année de nous remettre dans le bain de l’Anneau en le parodiant ! Surtout que si la parodie existait déjà dans le domaine du livre avec « Lords of the Ringards », je n’ai pas le souvenir de l’avoir vu en bande dessinée. Nous avons donc 11 histoires tournant autour de l’Anneau vus par 25 artistes des Editions Delcourt.
La couverture à elle seul mérite le détour, puisque illustrée par un maître en la matière « Civelio (Korrigans) », et elle met de suite en appétit ! On retrouve d’ailleurs Civelio et Mosdi dès la première histoire, et certainement la meilleure à tout point de vue : l’histoire est surréaliste et loufoque, quant au dessin il est tout simplement merveilleux et surprenant. « La foire de l’Anneau » n’est pas en reste puisqu’on retrouve des belles imitations tout en couleur de personnages connus ainsi que la bonne humeur de Clavery, un très bon récit. Le sketch le moins réussi à mon goût est celui de la « forme olympique », le dessin semble légèrement brouillon et peu inspiré, quant à l’histoire on a connu Corbeyran plus inspiré. « Contrefaçons » se distingue par un dessin expressif et aux couleurs vives, le seul regret se situera dans la péripétie, pas déplaisante mais pas des plus marquantes. A l’inverse « Oups » possède un dessin basique mais le récit est assez amusant. « L’Anneau de force » comblera autant les fans de « StarWars » que du « Seigneur » puisqu’en plus de faire référence à 2 des plus grandes trilogies il est accompagné d’un dessin très soigné et détaillé. « Le seigneur de la carte aux Anneaux »nous transforme les personnages de Tolkien en candidats façon « Fort Boyard », si l’idée est amusante elle ne fait pas totalement mouche, de même que le dessin qui malgré un agréable trait, il possède un manque de personnalité par rapport aux autres auteurs. « Autar héros de troisième zone » se laisse lire et regarder mais possède un style bien particulier dans son graphisme qui ne plaira pas forcément à tout le monde, même s’il convient de signaler que la force première de cet album vient justement du fait que chaque récit possède un style de crayonné et de couleur bien particulier. Pour finir « ça tourne en rond » et « Le Che-gneur » sont amusants et se laissent lire mais ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable.

La conclusion de

L’Essayeur des Anneaux est vraiment un album unique, car tout le monde y appréciera au moins un récit et un type de graphisme. Alors oui, à confronter différents auteurs aux types d’écritures et au traits variés, forcément, tous ne feront pas l’unanimité, mais c’est aussi la meilleure façon de connaître et d’apprécier chaque talent, et voir auquel on est le plus réceptif…

Acheter L'essayeur des anneaux en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'essayeur des anneaux sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Seigneur des Anneaux

En savoir plus sur l'oeuvre Le Seigneur des Anneaux