75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Série Télé : V
V >

Critique de la Série Télé : V

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 3 mars 2011 à 1852

Les Visiteurs sont de retour !

S’il est vrai que l’on parle souvent de X-Files ou Twin Peaks comme références télévisuelles, l’œuvre qui à bouleversé toute une génération d’adolescents est sans aucun doute « V ». Comment oublier cette introduction où Mike Donovan découvre au-dessus de sa tête un gigantesque OVNI, alors qu’il se trouve en pleine guérilla au Salvador ? Les maquillages, les maquettes, le casting, le scénario, tout était si remarquable que jamais un produit télévisé n’a atteint un tel niveau d’excellence (enfin, pour ce qui était de la partie supervisée par Kenneth Johnson).

Même si l’on espérait plus se voir offrir une séquelle qu’un remake, l’annonce de la mise en production d’un nouveau show TV fit sensation ; le retour des reptiles venus de l’espace, cela faisait  plus de vingt ans que toute une génération l’attendait… que je l’attendais !

V saison 1

Soyons honnêtes, cette version 2010 de « V » est très loin d’égaler en qualité la série originale. Mais cela en fait-il une mauvaise série pour autant ? Certainement pas ! S’il faut comparer cette nouvelle version à son aînée, deux choses jouent particulièrement à son encontre. Tout d’abord, quand le « V » de Kenneth Johnson arriva sur les écrans, personne ne s’attendait à voir des effets spéciaux dignes d’une production cinématographique pour un simple « pilote » télévisuel, et encore moins une invasion extraterrestre aussi bien écrite. L’effet de surprise était total, ce qui n’est incontestablement pas le cas ici. Ensuite, « V la série originale » profitait d’un casting parfait,  avec des « gueules » qui nous ont marquées comme rarement dans une production télévisuelle. Il allait être difficile, voire impossible, de faire oublier aux spectateurs Jane Badler, Marc Singer, Robert Englund, Faye Grant ou encoreMichael Ironside. Pour preuve déjà deux des acteurs de la série originale ont répondu présents pour faire partie du casting de la saison 2 du remake.

« V, la nouvelle série » a tout de même la bonne idée de s’adapter à son époque et d’essayer de s’éloigner le plus possible de sa grande soeur. Si Scott Peters et les sept autres scénaristes chargés de cette première saison reprennent quelques idées phares de l’ancienne série comme l’enfant hybride, les Aliens reptiles, ou encore le « spécialiste en guérilla » (difficile de ne pas voir en Kyle Hobbes une sorte de Ham Tyler), le reste la série se démarque autant par son traitement visuel que par son côté post-11 septembre. On pourra tout de même reprocher aux scénaristes de n’avoir pas su instaurer des enjeux et un rythme dès le commencement. Il se passe ainsi dire pas grand-chose sur les quatre premiers épisodes et si le spectateur ne se montre pas persévérant il pourrait passer à côté d’épisodes qui s’améliorent au fur et à mesure, pour atteindre son apogée sur l’excellent onzième épisode intitulé « Une ère nouvelle », quant au « cliffhanger final » il rendrait l’attente de la saison 2 presque insoutenable.

V saison 1

Pour ce qui est de l’ambiance « V, nouvelle génération » fait ainsi partie de cette nouvelle vague s’encrant dans le post-11 septembre. En cela on pourra lui trouver des points communs avec d’autres shows TV tels « Heroes », « Lost»  ou « Battlestar Galactica». Comme ceux précités, on y retrouve plusieurs personnages qui s’entrecroisent et essayent de découvrir les secrets qui leur sont dissimulés. De même, le terme « rebelle » est souvent remplacé par celui de « terroriste ». D'ailleurs, il est assez intrigant de voir que ces  « terroristes »  sont ici perçus comme les héros de l’histoire, ceux qui se battent pour la cause, les seuls à faire face aux mensonges des visiteurs. Une idée que l’on retrouvait d’ailleurs aussi sur la troisième saison de « Battlestar Galactica ». Reste à déterminé si les scénaristes ont créé cela par inadvertance en voulant employer ce terme ou est-ce une réelle manière d’interpeller le spectateur ?

« V » étant de la science-fiction, c’est aussi et surtout des effets visuels avec des vaisseaux gigantesques, des navettes, des extra-terrestres et aussi pas mal de pyrotechnie. Plus de vingt années s’étant écoulées entre les deux séries, les maquettes et décors ont été remplacés par le tout  numérique. De l’ancienne méthode, il reste pour ainsi dire plus que quelques prothèses et maquillages. Au final, si les plans extérieurs offrent en effet plus de souplesse et de crédibilité, 80% des plans se déroulant dans la navette des visiteurs se montrent perfectibles. Les prises de vue sur écrans verts pechent par un certain manque de profondeur, l’éclairage réel n’est pas toujours en adéquation avec celle créée par ordinateur et les acteurs ne sont pas toujours à l’aise avec ces plateaux vides. Ce « tout numérique » est donc au final la plus grosse faiblesse de cette nouvelle génération de visiteurs et il parait certain aujourd’hui que la série en raison de cet aspect vieillira bien plus mal que son aînée.

La conclusion de

Si « V saison 1» est une série plutôt agréable à suivre et s’améliore au fil des épisodes - pour offrir trois derniers épisodes particulièrement captivants -, elle souffre aussi de la comparaison avec sa grande soeur qui avait su bouleverser le monde de la télévision en se montrant plus ambitieuse que ses contemporaines, ce qui est très loin d’être le cas avec cette nouvelle génération.

Que faut-il en retenir ?

  • Les trois derniers épisodes de la saison,
  • Quelques idées intéressantes,
  • Morena Baccarin évite habilement la comparaison avec Jane Badler.

Que faut-il oublier ?

  • Les moins Les décors numériques perfectibles,
  • Des acteurs qui n’ont pas le charisme de leurs aînés,
  • La série est lente à se lancer.

Acheter V en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de V sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de V, les visiteurs

En savoir plus sur l'oeuvre V, les visiteurs