75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de société : Zombie State, par Benoît F.

Avis critique rédigé par Benoît F. le lundi 28 février 2011 à 06h05

« IF I RULED THE WORLD »

Le virus MV1 s’est propagé sur la surface de notre bonne vieille planète. Les gouvernements doivent agir en conséquence et gérer le moral de leurs administrés. Il ne s’agit pas d’une mince affaire car ce virus possède quelques particularités intéressantes dignes d’apparaître dans un épisode de « Il était une fois la vie ». En effet, ce charmant petit MV1 tend à transformer les contaminés en zombies voraces, le tout via une toute petite morsure de rien du tout. Le destin de l’humanité est donc entre vos mains : Nicolas, Barak, Benoît, sa Majesté Zabou II, Mahmoud, Hugo, Hu Jintao et bien d’autres, donnez-vous la main et luttez ensemble contre le chaos qui s’abat sur ce monde de gens ordinaires…

 

UN PETIT QUI VOIT GRAND

Zombie State Games est un petit éditeur américain dont le premier jeu n’est autre que celui présenté ici même. A l’inverse de bon nombre d’éditeurs qui préfèrent se lancer dans l’aventure en produisant des jeux en petit format, John Werner (auteur, illustrateur et éditeur) a choisi l’assaut massif en proposant un jeu plutôt conséquent. Ainsi, nous avons affaire à une boîte imposante dont l’illustration ne respire pas l’envie d’aller plus loin. Bref, une fois cette sensation dépassée et le contenant éventré, le matériel proposé s’avère peu engageant d’un point de vue esthétique, sans être totalement repoussant. Néanmoins, l’ensemble demeure pratique tout en manquant de clarté. Le plateau de jeu et ses nombreuses couleurs laissent entrevoir des problèmes de lisibilité en cours de partie auxquels on finira par s’habituer bon an mal an. Mais c’est sans compter sur la soixantaine de dés déclinée en cinq couleurs qui seront autant d’indicateurs de niveau de population dans chaque région du monde. Soit dit en passant, le plateau de jeu représente une carte du monde victime d’un découpage géographique des plus étranges, mais l’action se déroulant dans un futur proche, nous passerons sur l’exactitude des informations.

La planche de référence présentant les technologies communes à tous les joueurs

 

Revenons-en au matériel : cinq grandes planches cartonnées sont également incluses. Celles-ci présentent les technologies auxquelles les joueurs auront accès en cours de partie tout en servant d’aide de jeu. Enfin, le reste de matériel comprend 141 cartes (Ressource et Évènement), de nombreux jetons cartonnés (Mutation, Ressource, Quarantaine, Zombie, Technologie) et de mignons petits chars représentants les unités militaires.

Les petits chars et les petites murailles

 

Le livret de règles est en langue anglaise mais sa rédaction demeure relativement claire et jonchée d’exemples pour chaque phase de jeu. Les grandes planches de technologie seront également là pour faciliter la perception de l’ensemble.

 

« JE VOUS AI COMPRIS… »

En tant que chef de gouvernement, vous allez devoir tout faire pour protéger la populace qui vous a porté au pouvoir. Pour cela, on attribue à chaque joueur une région de la carte ainsi que les dés de population et les marqueurs de liberté associés. Ensuite, chacun perçoit les ressources (Métal/Bois, Nourriture/Population, Fuel et Chimique) dont il dispose sur son territoire. Chaque dé placé sur un pays détermine son niveau de peuplement qui variera en fonction des attaques de zombies.

Un tour de jeu comprend six phases que les joueurs devront accomplir à tour de rôle avant de passer à la phase suivante :

1. Phase de ressources : perception des cartes Ressource en fonction de la présence de population dans les pays concernés.

2. Collecte des points de liberté : selon le taux de peuplement actuel indiqué sur l’échelle de popularité. Plus les gens sont nombreux, plus ils sont contents, plus vous aurez de marge de manœuvre.

3. Pioche de trois cartes Évènement dont les effets sont à résoudre les uns après les autres.

4. Phase des zombies découpée en trois segments : prolifération, mouvement et combat. Lorsqu’un jeton Zombie se trouve sur un pays peuplé, il retire une unité sur le dé de population qui se transforme aussitôt en un nouveau jeton Zombie. Concernant le déplacement de ces pions, les morts-vivants sont évidemment attirés par les régions les plus peuplées et n’ont que faire des frontières. Pour les combats, la résolution est simplissime à raison de 1 pour 1 (un jeton Zombie et un pion Char s’annihilent simultanément).

5. Phase d’actions : chaque joueur va utiliser ses points de liberté (Freedom Points) afin de réaliser les actions suivantes : piocher des cartes Ressources ; acheter des unités militaires ; déplacer, barricader ou faire attaquer ces dernières ; tester et utiliser des technologies.

6. Phase finale : les jetons Zombie sont replacés sur leur face Active ; le marqueur de mutation de chaque joueur est déplacé sur l’échelle adéquate en fonction des avancées technologiques faites pendant le tour, déclenchant ainsi des effets le plus souvent néfastes. Le prochain tour commence et le nouveau « premier joueur » est désigné.

Trois conditions peuvent provoquer la fin de la partie :

- Si un joueur n’a plus aucun jeton Zombie sur son territoire à la fin du tour, tout en ayant découvert une technologie de niveau 3.

- Si un joueur n’a plus aucun dé de population de sa couleur sur le plateau. Dans ces conditions, chacun décompte sa population restante (= faces des dés). Celui qui en détient le plus est déclaré vainqueur.

- Si un marqueur de mutation atteint la quinzième case évoquant la diffusion du virus dans l’atmosphère et l’impossibilité de l’éradiquer. Chacun compte alors sa population restante et on détermine le gagnant de cette manière.

 

SI TOUS LES ZOMBIES DU MONDE SE DONNAIENT LA MAIN

Sous ses airs de jeu concocté par un passionné pour des passionnés, Zombie State n’est pas pour autant un objet ludique dénué de qualité, bien au contraire. Malgré un habillage plutôt austère qui fleure bon l’amateurisme, vous serez très étonnés de découvrir un jeu qui maîtrise son sujet, autant d’un point de vue thématique que mécanique.

D’une manière générale, l’adaptation ludique de ce genre de thème est souvent liée à une bande de survivants luttant corps et âme contre des zombies pas propres sur eux. Avec Zombie State, les joueurs incarnent des dirigeants, des gouvernants…en bref, ceux qui vous cachent la vérité. Voici donc une approche très originale d’un thème souvent traité du même point de vue. Chacun devra prendre des décisions sous la pression constante des hordes «zombiesques » tout en surveillant le taux de satisfaction de sa population. Ici, point de sondages SOFRES pour mesurer le mécontentement de vos électeurs, les morts se chargeront de vous rappeler à l’ordre. Et c’est là que la mécanique de jeu vient relayer la thématique.

En effet, une chute brutale de la démographie aura des retombées brutales sur votre capacité d’action. Dès lors qu’un dé de population disparaîtra suite à une attaque de zombies, celui-ci viendra se placer sur votre échelle de popularité entamant par la même occasion votre réserve de points de liberté. Voici un principe très astucieux reflétant admirablement le thème. Dans le même ordre d’idées, l’activité des morts-vivants (prolifération et déplacement) s’inscrit totalement dans une ambiance oppressive se situant à l’échelle mondiale.

En outre, le panel d’actions réservé aux joueurs est relativement riche sans être trop exhaustif. Malgré tout, le développement technologique demeure la pierre angulaire de toutes stratégies et son application dans le jeu se veut aisée et plutôt futée. Vous devrez dépenser des points de liberté ainsi que des cartes Ressource dans le but de découvrir une technologie ; tout cela sera soumis au jet d’un dé à douze faces modifié en fonction des recherches déjà effectuées dans le même secteur scientifique par vos chers camarades et vous-même. Tout échec récurrent sera autant de danger potentiel pour votre population qui, en attendant que vous trouviez des solutions, devra subir les assauts incessants des morts.

Enfin, le jeu peut se pratiquer de 2 à 5 joueurs, la taille de la carte se modulant en fonction du nombre de participants. Cependant, plus il y aura de monde plus le déplacement des zombies créera de l’interaction entre les joueurs. En dehors de ces vagues migratoires ignorant toutes formes de frontières, chacun aura l’impression de gérer ses problèmes sans s’occuper de ceux des autres. Certaines zones du plateau de jeu sont relativement simples à isoler grâce à des murailles, contrairement à d’autres plus exposées et ouvertes sur les pays alentours. Sans oublier le fait que le zombie est un Johnny Weissmuller en puissance, capable de traverser des océans sans prendre de pause déjeuner. Il est donc recommandé de surveiller vos frontières terrestres et aquatiques. On notera également la présence d’évènements venant saupoudrer l’ensemble d’une petite pincée d’imprévisible aux conséquences diverses. Cette pile de cartes sera soumise à l’évolution des marqueurs de mutation qui viendront véroler la pioche des cartes Évènement par l’injection de cartes Éruption (Oubreak) ayant pour effet l’apparition de zombies tout nouveaux tout beaux.

La conclusion de à propos du Jeu de société : Zombie State

Benoît F.
85

Zombie State vous procurera la sensation de subir, de résister tant bien que mal avec les moyens du bord. Même si cela peut paraître frustrant pour certains, d'autres se délecteront du rendu thématique proposé. Malgré tout, Zombie State n'est pas un jeu qu'on épuisera jusqu'à la lie, le plaisir ludique étant principalement lié à l'implication des joueurs dans le thème. Le premier né de John Werner ne se pose pas en véritable jeu de gestion. Il faudra optimiser ses actions tout en comptant sur un tirage d'évènements favorable. Le challenge est relevé mais les conditions de fin de jeu seront là pour enrayer des parties potentiellement interminables. Au final, Zombie State demeure réservé à un public averti et aguerri, de par son thème, son matériel et son système de jeu.

Que faut-il en retenir ?

  • Un point de vue original
  • Une bonne mécanique de jeu aisément appréhendable
  • Des règles en parfaite adéquation avec le thème

Que faut-il oublier ?

  • Le design graphique...
  • Une pioche abondante de cartes Evènement

Acheter le Jeu de société Zombie State en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Zombie State sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+