75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : C'était demain [1980], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 1 mars 2011 à 20h53

Jack l'éventreur et HG l'inventeur

"Le gentleman descendit du train à la gare de Mile-end en début de soirée et gagna la rue d'un pas rapide, un sourire crispé aux lèvres. Son visage, mince mais séduisant, contrastait avec sa carrure musclée et sa démarche athlétique. Il portait un chapeau melon crânement incliné vers l'avant qui accentuait sa prestance..."

En 1893, à Londres, HG Wells est sur le point de montrer à son cercle d'amis la dernière de ses inventions. Un peu plus tôt dans la soirée, un crime sanguinaire est une fois de plus commis sur une prostituée. Jack l'éventreur a encore frappé. Alors que la soirée chez Wells tire à sa fin, le savant, à même de révéler le fruit de ses travaux, est dérangé par les agents de Scotland Yard qui se présentent à sa porte. Ils sont venus pour venir arrêter Leslie John Stephenson, l'un de ses invités. Celui-ci étant introuvable, Wells comprend alors qu'il n'a pu disparaître qu'à bord de l'invention qu'il allait montrer, la machine à voyager dans le temps. Il n'a d'autre choix que de se rendre lui-même à l'époque où s'est rendu Leslie John Stephenson, alias Jack l'éventreur, pour le ramener en 1893. Il se retrouve alors en 1979, à San Francisco dans un futur qui l'émerveille à chaque coin de rue...

Comme expliqué en quatrième de couverture, Karl Alexander a exercé de nombreux métiers avant d'écrire. Il y a assez peu d'informations sur lui disponibles sur le réseau. On apprend quand même qu'il a écrit trois romans au début des années 80 (dont C'était demain qui vient d'être réédité aux éditions Mnémos) et deux autres ces dernières années: Jaclyn the ripper (la suite de C'était demain) et Papa and Fidel.

Pour beaucoup d'entre nous, C'était demain est un film et bien peu savaient que c'était un roman avant tout. Les souvenirs que l'on a du film sont marquants, même quelques décennies plus tard: le bruit du scalpel sur la peau du prologue et la scène quasi finale où les policiers découvrent un appartement entièrement tapissé de sang.

A la lecture du livre, on comprend que le ton était aussi plein d'humour, grâce à la naïveté de HG Wells découvrant le monde 86 ans dans son futur. On comprend aussi que l'intrigue ne tournait pas en fait autour de la traque du boucher. L'idée était de confronter le savant du XIXe au futur un peu utopique qu'il imaginait. Et cela bien avant que Wells ne devienne l'écrivain qu'on connaît.
Sans être un grand roman, C'était demain bénéficie de qualités qui rendent le roman sympathique: on a déjà cité l'humour, mais aussi une bonne connaissance biographique de l'auteur et un certain sens du rebondissement.
On aurait pu s'attendre à un style un peu plus Wellsien (Stephen Baxter s'y est frotté dans la suite de La Machine à explorer le tempsles vaisseaux du temps) ce qui aurait donné un cachet supplémentaire à l'oeuvre. L'hommage aurait été plus grand pour ce grand pionnier de la science-fiction.

La conclusion de à propos du Roman : C'était demain [1980]

Manu B.
75

Le roman à l'origine du film de Nicholas Meyer démontre que les intentions de l'auteur dépassent largement celui du film, thriller SF que Malcolm McDowell éclabousse de son talent. Evidemment, c'est aussi le média qui veut cela. Mais on se rend compte que le phénomène Jack l'éventreur passe au second plan, au profit d'une intéressante réflexion de Karl Alexander sur le progrès scientifique.

Acheter le Roman C'était demain en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de C'était demain sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de C'était demain

  • Voir la critique de C'était demain : C'était demain
    80

    C'était demain Critique du film par Emmanuel G.

    C'était demain : Léger mais passionnant, C’était Demain est un beau film à redécouvrir, qui mêle avec beaucoup de bonheur plusieurs types d’ambianc…
    Temps de lecture : 2 mn 33