75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de rôle : Zombies
Zombies >

Critique du Jeu de rôle : Zombies

Avis critique rédigé par Vincent L. le mercredi 9 février 2011 à 1053

Une recette qui fonctionne moyennement...

Sorti il y a maintenant plus de dix ans, Zombies est essentiellement connu pour être le premier jeu de rôle français basé sur un background post-apocalyptique à base de morts-vivants. Alors que ces derniers sont des ingrédients fréquement utilisés dans les univers de jeu, il peut s'avérer étonnant qu'aucun produit n'ait exploité le filon avant ; mais à bien y réfléchir, un bakground à base de zombies semble être un concept relativement limité pour un jeu de rôle, dont la nature même est de durer le plus longtemps possible. Ainsi, dans ce style d'univers où la couleur est annoncée d'avance, l'effet de surprise est pratiquement nul (les joueurs savent ce qui va s'y passer avant même que la partie ne commence) et la durée de vie s'avère on ne peut plus limitée (jouer des survivants ne fonctionne qu'un temps). Probablement conscient de cet état de fait, les concepteurs de chez Judaprod - créateurs du jeu - ont donc décidé de contourner le problème, et ce en introduisant dans leur recette un ingrédient essentiel à son fonctionnement : l'humour.

En effet, Zombies est un jeu qui s'oriente vers une démarche résolument fun ; loin des canons du film de zombies classique, à la Romero, les concepteurs ont créé un produit qui sait jouer avec ses thèmes et ne pas trop se prendre au sérieux. Sur le papier, rien a dire quant à la démarche suivie par le jeu (sa lecture est d'ailleurs des plus agréable), mais c'est une fois mis en application que l'on se rend compte que la mayonnaise ne prend malheureusement pas. En effet, Zombies n'est pas un Brain Soda-like, et veut inscrire son background dans un contexte solide, qui permette de poser un monde suffisamment construit pour pouvoir jouer en campagne ; pas assez drôle ou peut-être trop sérieux, toujours est-il que les concepteurs n'ont pas réussi à correctement équilibrer la balance pour trouver le juste milieu. Tel quel, Zombies est ainsi trop sérieux pour un jeu potache, et trop potache pour pouvoir jouer sérieusement ; bardé de bonnes intentions, mais le cul entre deux chaises, le jeu est donc particulièrement bancal.

Le background propose donc de jouer dans un monde envahi par les morts-vivants (quelle surprise). A la lecture de l'univers dans lequel s'inscrit Zombies, on a l'impression un immense fourre-tout destiné à intégrer un maximum d'ingrédients, afin de pouvoir faire cohabiter des influences aussi variées que Vaudou, La nuit des morts-vivants ou Le Retour des morts-vivants. C'est d'ailleurs la principale faiblesse du jeu que de ne faire aucun choix, et donc d'inclure dans son univers un maximum de possibilités (l'exemple le plus parlant est ainsi le fait que cinq raisons peuvent expliquer la transformation en zombie, du virus au vaudou en passant par le concept d'âme en peine bien décidée à revenir dans le monde des vivants). En voulant manger à tous les rateliers, peut-être pour plaire à tout le monde, les concepteurs ont ainsi fait l'erreur d'un background trop hétérogène, certes nécessaire pour pouvoir englober toutes ses possibilités, mais qui s'avère, à la lecture, être à la fois trop brouillon et souvent incohérent (l'ignorance des populations notamment est difficilement crédible).

Malgré tout, Zombies n'est pas à proprement parler un jeu désagréable, ces défauts, en fait, n'apparaissant comme vraiment génant qu'au regard de son format. En effet, dans le cadre d'un gros livre de base, format A4, à couverture rigide, on s'attendait à quelque chose de plus construit (à l'instar du récent Z-corps). La réalité est tout autre, car si le jeu est difficilement exploitable dans le cadre d'une campagne, il s'avère pourtant être efficace dans le cadre de parties one-shot. Doté de règles fonctionnelles et simples à prendre en main - une variante du système Basic RolePlaying - il permet au joueur de créer des personnages construits, potentiellement plus profond qu'un vulgaire concept sans profondeur, et de proposer un système de résolution d'action somme toute assez complet. Il faut ainsi que le maître de jeu maîtrise ces mécaniques, mais cela permet d'ancrer le jeu dans des parties techniquement cohérentes, où le système de jeu n'est pas un simple alibi pour ne proposer que des personnages funs.

Enfin, reconnaissons que l'aspect bourrin totalement assumé dans lequel s'inscrit le jeu (background et règles) rend le tout particulièrement jouissif. Vous rêviez de nettoyer un supermarché de ses envahisseurs morts-vivants ? Zombies a pensé à vous et vous permet de le faire. Il y a ainsi un côté complètement rétrograde dans le style de jeu proposé, à savoir du défouloir mélangé avec une bonne dose de scénarios référenciels, et dans lequel on pourra ajouter, au besoin, quelques petits ingrédients bien bis. Les amateurs de films de zombies trouveront donc dans ce jeu une sorte de produit oldschool, qui mise plus sur le plaisir primaire proposé que sur la richesse de l'univers. Si on peut donc facilement lister tous les défauts qui nuisent au jeu, il ne faut pourtant pas oublier qu'une fois mis en place, avec des bières et des cacahuètes, le tout ne fonctionne pas si mal que ça. Au final, Zombies a très certainement été victime de ses apparences trompeuses - le jeu n'est actuellement plus édité - il n'en demeure pas moins qu'il était un jeu sympathique.

La conclusion de

Si Zombies contient intrinsèquement énormément de défauts, il n'en demeure pas moins être un jeu fort sympathique, capable de transposer sur table de nombreux délires cinématographiques à base de revenants bouffeurs de cerveau (entre autres). Il ne faut cependant pas se laisser tromper par le format sous lequel a été édité le produit ; en effet, malgré son look "sérieux" (format, prix de vente), il est avant tout un jeu destiné à du one shot, pour jouer des scénarios très fun faisant la part belle au bourrinage. En campagne, en revanche, il trouvera bien trop vite ses limites, piégé entre un humour qui s'accomode mal du sérieux et un background trop lacunaire.

En one-shot : 07/10
En campagne : 03/10

Que faut-il en retenir ?

  • Un concept de base sympathique et efficace,
  • Des règles simples et fonctionnelles,
  • Un côté bourrin pleinement assuré,
  • Fun en one-shot.

Que faut-il oublier ?

  • Un mélange humour/sérieux qui fonctionne moyennement,
  • Essaie de plaire à tout le monde, en faisant un minimum de choix.
  • Univers de jeu très classique,
  • Ne Fonctionne pas du tout en campagne,

Acheter Zombies en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Zombies sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+