75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le commencement de la fin >

Critique de la Bande Dessinée : Le commencement de la fin

Avis critique rédigé par Nicolas W. le jeudi 30 décembre 2010 à 23:15

Une petite virée au cimetière ?

"Ici Anita Bates, en direct de Crystal Bay, près de Carson City, où un spectaculaire accident a eu lieu il y a quelques heures... Un camion appartenant à l'armée aurait percuté une voiture de police, elle-même lancée aux trousses des tristement célèbres frères Blackwood."

Cette fois les choses sérieuses ont commencé ! Après de terribles expériences militaires, un malencontreux accident et le début d'une chasse à l'homme des plus sanglantes, le second volet d'Apocalypse sur Carson City a bien l'intention de faire encore mieux. Si les frères Blackwood doivent fuir devant le courroux du sheriff B.Justice, ils se voient également contraint de se coltiner trois otages pas forcément coopératifs. Entre un prêtre qui n'en est pas un, un adolescent boutonneux qui rêve de gloire et une jeune fille rebelle, le périple de nos évadés de prison s'avère plus compliqué que prévu... Et c'est sans compter sur les différentes horreurs qui envahissent la petite ville et ses environs. Morts-vivants ou piranhas zombies mutants, le programme s'avère chargé. Surtout quand la presse s'en mêle...

Avec Fuite mortelle, les éditions Akiléos avaient offert une chance à Guillaume Griffon de prouver son talent à la fois de dessinateur et de scénariste. Si le résultat s'avérait jouissif et multi-référencé, le second volume - intitulé Le commencement de la fin - continue dans cette voix en ajoutant une dose d'humour supplémentaire et des péripéties encore plus savoureuses. Ainsi, on suit toujours la poursuite entre les frères Blackwood et le Shérif B. Justice. Là-dessus viennent se greffer quelques jeunes égarés dans un cimetière ou pris en chasse par des piranhas pour le moins agressifs. Guillaume Griffon a un don inné pour développer des personnages archi-caricaturaux - tout à fait intentionnellement - mais surtout aussi cinglés qu'hilarants. Les trois frères Blackwood en constituent d'ailleurs l'exemple parfait avec le psychopathe insensible à la douleur, l'expert en armes blanches mais classe tout de même et la tête pensante qui doit tant bien que mal maintenir l'équipe soudée. Avec ce cocktail détonnant, les confrontations avec les otages se révèlent d'autant plus déjantées. Car avec Griffon, tout est amplifié : les journalistes et leur manie de fouiner partout, les jeunes et leurs bêtises, sans parler des forces de l'ordre et de leurs travers. Avec ce second tome, on entre vraiment dans le vif de l'action. Les scènes d'horreur se multiplient et les éclats de rire s'en voient décuplés. Toujours truffé de références aux différents films d'horreur comme La Nuit des morts-vivants ou Piranhas, Apocalypse sur Carson City ravit l'amateur de films de genres. On reste bien sûr dans un découpage très cinématographique à l'instar de Fuite mortelle avec notamment la fameuse présentation des personnages qui fait encore une fois mouche. Si l'on a déjà dit tout le bien que l'on pensait du graphisme de l'œuvre, on rappellera l'excellence des traits d'humour qui se glissent au sein de ce second volume. Et pas toujours de façon politiquement correcte d'ailleurs (voir la réplique avec le curé et l'enfant...). Tout est donc réuni pour passer un excellent moment de divertissement. Seul bémol, la structure de ces quatre chapitres de façon à ménager une surprise en fin de tome... Un petit jeu risqué qui ne convainc pas totalement. Attention au troisième et dernier opus...

"Dallas, vas voir.

Tu vois pas que je suis occupé ?!

Ca fait dix minutes que tu t'acharnes sur lui... Je crois qu'il a compris.

Je me suis lancé un défi... Faire sauter son appareil dentaire, en laissant les dents à leur place. C'est pas évident !"

Remerciements à Amandine V. pour la relecture.

80

Le commencement de la fin confirme tout le bien qu'on avait pu entrevoir dans Fuite mortelle. L'alliance d'un graphisme original et d'un humour décomplexé fait de ce récit un moment de fun total. Amis des films d'horreur et des aventures déjantées, vous savez ce qu'il vous reste à faire.

Critique de publiée le 30 décembre 2010.

Que faut-il en retenir ?

  • Des personnages hilarants
  • Des situations improbables
  • De l'humour à foison
  • De multiples références
  • Un rendu filmesque
  • Le dessin splendide

Que faut-il oublier ?

  • Attention à la structure du récit

Acheter Le commencement de la fin en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le commencement de la fin sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !