75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Diabolic Garden
Diabolic Garden >

Critique du Manga : Diabolic Garden

Avis critique rédigé par Lionel B. le lundi 22 novembre 2010 à 1926

L’abus de plantes peut être dangereux pour la santé

Diabolic Garden est le premier titre de Ichigo Shiraki dans lequel une jeune mangaka, Kotone,  tente désespérément d’inventer une histoire qui puisse satisfaire son éditeur. Elle décidera de transposer sa véritable histoire après son étrange rencontre avec Tsukasa et Kanon. En effet, c’est en pénétrant dans la boutique de Tsukasa et en avalant une baie, plante des enfers, qu’elle commence à être la proie des démons. C’est l’occasion pour Tsukasa, qui est en réalité un chasseur de démons, de se servir de Kotone.

Au travers de l’histoire de Diabolic Garden, la mangaka Ichigo Shiraki semble vouloir nous démontrer les difficultés à créer une œuvre originale qui puisse être éditée. Ces éléments se retrouvent dans le personnage principal qu’est Kotone, une jeune fille qui souhaite percer dans le monde de la bande dessinée et obtenir le succès. Voici le rêve de beaucoup de lycéens japonais. Il s’agit donc d’une bonne approche pour un lectorat composé principalement d’adolescent.

De plus, Diabolic Garden s’adresse principalement à un public féminin au vu de son traitement. Le personnage principal étant une jeune fille attirée par les beaux garçons, on ne pourra échapper à la rencontre de beaux jeunes hommes. Ceux-ci sont retranscrits au travers de Tsukasa et Kanon, dont le design fait gravure de mode.

L’histoire en elle-même s’avère assez originale. En effet, il n’est pas courant d’avoir recours à des plantes pour éliminer des démons. Il est également peu commun de voir une héroïne gothic lolita et frêle simplement utilisée comme proie afin d’attirer des démons. Cette dernière n’étant pas capable de se défendre toute seule.

Si le traitement de l’histoire s’oriente d’avantage vers un public féminin, le dessin est quant à lui aussi typique d’un shôjo (manga pour jeunes filles). Comme il est écrit plus haut, les designs des personnages font gravures de mode. Ainsi, on retrouve une gothic lolita en guise de personnage principal et des garçons au style métro sexuel. Les décors sont quant à eux assez minimalistes pour ne pas créer de surcharge visuelle.

Au vu de tous ces éléments, il est clair qu’un public masculin pourra difficilement trouver son bonheur dans ce titre. Diabolic Garden devient même soporifique par son manque d’action et son côté trop sentimental.

La conclusion de

S’adressant davantage à un public féminin tant par son traitement que par son dessin, Diabolic Garden s’avère assez original mais ne parviendra pas forcément à convaincre un public masculin. Personnellement, il m’a été difficile d’entrer dans l’univers de ce manga.

Que faut-il en retenir ?

  • Une histoire originale

Que faut-il oublier ?

  • Une histoire trop féminine

Acheter Diabolic Garden en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Diabolic Garden sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+