75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
A l'est du cygne >

Critique du Recueil de nouvelles : A l'est du cygne

Avis critique rédigé par Manu B. le jeudi 11 novembre 2010 à 15:08

Une vie consacrée à la SF

"Je ne sais pas, dit grand-père Schmidt, je ne sais pas si cela me plairait tellement.
- Mais grand-père, c'est pour moi que tu le ferais, pour moi seulement !
Flat Schmidt sourit à son petit-fils, sortit la vieille pipe qu'il portait toujours dans une poche de sa veste et se leva.
- Bien sûr, bien sûr, garçon, ce serait pour toi.
Galmi attendait, les yeux pleins d'espoir. Il avait huit ans et des joues que le matin frais rendait rouges..."


Certains des plus jeunes lecteurs connaissent certainement Michel Demuth, le traducteur du cultissime Dune (celui de Frank Herbert, on ne parle pas des autres "livres" écrits par son fils et l'autre prolifique "auteur" qui se déroulent dans le même univers, ceux que Michel Demuth qualifie de "deux étudiants qui connaissent mal leur langue maternelle"), de 2001, L'Odyssée de l'Espace, Croisière sans Escale, Elric le Nécromancien, Etoiles, garde à vous !, Mars la rouge ou un Paysage du temps.
Il a aussi traduit d'autres romans pour des raisons disons plus alimentaires.
Il est connu pour avoir entre autres dirigé le CLA ou la revue Galaxie, où il a publié les textes de nombreux auteurs à l'aube de la célébrité, même outre atlantique.
Mais c'est avant tout un auteur de nouvelles dont plus de quatre-vingt ont été publiées dans diverses revues et anthologies. Son recueil de nouvelles les Galaxiales a aussi été récompensé par le Grand Prix de l'imaginaire e 1977. Les éditions le Belial' nous proposent de découvrir cet auteur-traducteur-éditeur qui a eu une influence considérable en France au travers du recueil A l'est du cygne.

L'interview de Richard Comballot éclaire le parcours de ce boulimique d'activités autour de la SF. Il aurait à ce propos été judicieux de la placer en début de recueil juste après les touchantes préfaces de Richard Comballot et Gérard Klein. Pour que le monsieur puisse lui-même retracer son parcours et accompagner la lecture des textes.

Michel Demuth a souvent consacré 150% de son temps dans son activité du moment. Au détriment de sa vie personnelle et de l'écriture qu'il a dû interrompre pendant de longues années. Ainsi, on s'en rendra compte pendant la lecture, existent ici plusieurs périodes dont la thématique, le style et la construction sont si différentes qu'on doute que les textes aient été écrits par le même auteur.
La première rassemble cinq des six premières nouvelles où l'on ressent l'influence des auteurs anglo-saxons. On pourrait retrouver du Simak dans Les climats, du Asimov dans Les années métalliques (une histoire qui ressemble à la cité des robots), du Vance dans Translateur et Mnémonique (des enquêtes planétaires) et du Sheckley dans un texte plein d'humour intitulé la route de Driegho. Ce sont des textes parfois un peu naïfs, des nouvelles old school qu'on qualifiera de jeunesse mais assez représentatives de l'époque.
A partir de 1963, c'est le temps de la maturité, notamment avec le magnifique A l'est du cygne, l'histoire de cet explorateur qui arrive dans la constellation du cygne pour établir un avant-poste en prévision de la prochaine colonisation du secteur. Intervention sur Halme est l'une des premières incursions dans le voyage dans le temps, une thématique qu'il revisitera souvent par la suite. On appréciera aussi lunes de feu, sorte de replay et variation sur les univers parallèles. Dans cette période, le style s'enrichit d'une poésie et les histoires contiennent quelques beaux passages inspirés des souvenirs de la jeunesse de l'écrivain.
Ensuite, on arrive aux textes écrits dans les dernières années où Michel Demuth décrit avec une grande nostalgie Barcelone. Il y retranscrit aussi ses amours passés et présents dans des nouvelles néanmoins obscures. Ce sont des tableaux (la peinture étant une autre de ses passions), des instantanés où l'action des premiers textes fait place à la sensation et aux souvenirs. Exit on passeig de Gracia en est la parfaite illustration.
Enfin, car on finit toujours par le meilleur, se trouvent en fin de recueil une nouvelle où il n'y a que d'infimes traces de SF, The fullerton incident, fortement autobiographique et d'une grande nostalgie, et la plus belle nouvelle d'A l'est du cygne: Dans le ressac électromagnétique, l'histoire d'une navigatrice qui en compagnie de l'IA de son vaisseau interstellaire, doit affronter une effroyable tempête magnétique.

80

Ce recueil rend un bel hommage à Michel Demuth. On y découvre là tout sa carrière d'écrivain et au-delà; on y trouve ses thèmes préférés, ses périodes littéraires, sa poésie, ses passions artistiques et une belle interview qui relate son implication et son influence dans le genre. C'est l'un des grands artisans de ce qu'est devenu la SF aujourd'hui en France.

Critique de publiée le 11 novembre 2010.

Acheter A l'est du cygne en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de A l'est du cygne sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !