75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Les Chasseurs >

Critique de la Bande Dessinée : Les Chasseurs

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 25 octobre 2010 à 13:23

Bienvenu en enfer

Voilà déjà dix tomes que Walking Dead nous tient en haleine sans vaciller, allant de surprises en surprises. Arriver à parler de ce onzième tome sans trop en dévoiler n’est d’ailleurs guère aisé, mais il est si agréable de communiquer autour d'un titre comme celui-ci!

Il faut dire que depuis que Rick a repris conscience dans cet hôpital, il en a vu des vertes et des pas mûres. Survivre dans ce Nouveau Monde n’est guère évident et, si depuis peu, esquiver ou zigouiller les Zombies est devenu un art que maîtrise bien cet ancien inspecteur de police, depuis, de nouvelles menaces ont fait leurs apparitions. Car, lorsque qu'il est question de survie, jusqu'où est prêt à aller l'homme ? Mais surtout, que se passe-t-il lorsque tuer devient une sorte de routine ? Peux-t-on faire encore la différence entre le Bien et le Mal ? Voilà bien des questions que Rick et ses amis vont bien devoir se poser !

C’est surement encore se répéter de dire que Robert Kirkman a créé l'un des comics les plus sensationnels du moment. Si la base elle-même était loin de faire preuve d'originalité, elle s'articulait déjà autour de personnages solides évoluant sur 'un rythme diablement mené. Mais la véritable réussite se situe dans la continuité. Plus l'histoire avance, plus elle va trifouiller là où aucune série et aucun film n'eurent le temps d'aller. S'inscrivant dans une évolution perpétuelle, surtout par rapport au temps qui passe, Walking Dead s'éloigne au fur et à mesure d'une simple série « zombiesque ». La bande dessinée ne se penche plus seulement sur la survie d'un groupe face à des zombies, mais sur la subsistance des notions la moralité, de bien et de mal, et enfin de l'humanité telle quelle nous apparaît aujourd'hui. Robert Kirkman façonne ses personnages par étapes, se permettant même de les faire disparaître dans les moments les plus inattendus, mais aussi dans des conditions par moment surprenantes. Ce onzième tome verra donc disparaître trois personnages importants, ajoutant à la surprise une noirceur extrême, voire dérangeante.

Visuellement, ceux qui suivent la série ne verront aucune différence, du moins depuis que Charlie Adlard a remplacé Tony Moore sur le deuxième tome. On retrouve donc des traits noir et blanc épurés à la lisibilité totale. Si le dessin de Charlie Adlard pourrait réfréner quelques lecteurs par son style aux apparences simples, il a pour arme principale la capacité de rendre ses personnages particulièrement expressifs, ce qui lui permet de faire passer parfaitement les sentiments.

95

Robert Kirkman continue à nous entrainer dans son monde apocalyptique et ne semble pas encore prêt à jouer du compromis. Ce nouveau tome est d'une grande noirceur et amène ses personnages vers une déshumanisation. Ce onzième tome est une véritable réussite et possède un certain lot de grosses surprises. Vivement la suite !

Critique de publiée le 25 octobre 2010.

Acheter Les Chasseurs en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Chasseurs sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Walking Dead