75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Chevaucheur d'ouragan
Chevaucheur d'ouragan >

Critique du Roman : Chevaucheur d'ouragan

Avis critique rédigé par Manu B. le samedi 25 septembre 2010 à 1445

Abel de Tyr

"Nuit noire sur la mer Egarn, même les astres ont fait naufrage. Seule la lune bleue se débat encore avec les nuages qui ont noyé sa jumelle argent dans les eaux froides d'un ciel sans étoiles..."

Dans un des coins sombres d'une auberge paumée du port de Kraal se tient un homme au costume de plumes et aux cheveux d'argent. Abel de Tyr est Chroniqueur et Arkange Cyclonide. Et comme tous les Arkanges, il a un don qui est à la fois une bénédiction et une malédiction. Il ne peut mourir d'une quelconque manière de la main de qui voudrait le tuer, protégé qu'il est par les dieux. En revanche, il ne peut porter une arme pour attaquer un ennemi ou défendre une autre personne. Il est condamné à être spectateur dans tous les conflits. D'où son métier de Chroniqueur. Mais ce soir, il fait la rencontre d'une astrologue, une dame qui l'émeut au point qu'il n'hésite pas longtemps avant d'accéder à sa requête: gagner la mer à bord du bateau le Souffle de l'âme. Son capitaine n'est autre que Trestan Vortigern, le dernier des princes de la maison Vortex, dont le destin est d'ores et déjà scellé. Les enfers au mieux...

Premier roman de Sam NellChevaucheur d'ouragan est décrit en quatrième de couverture comme récit qui rend librement hommage à Elric de Michael Moorcock.

Pour un premier roman, l'auteur français peut s'enorgueillir de piquer la curiosité du lecteur dès les premières pages. Il ne plante pas son décor tout de suite, préférant distiller les informations au fur et à mesure et préserver une once de découverte à chaque chapitre.
Comme Elric, le héros Abel de Tyr n'a pas le charisme d'un Conan, n'est pas un grand guerrier, pas un guerrier du tout. Il est même pleutre malgré lui, puisque le simple fait d'attenter à la vie d'autrui le condamne inévitablement. Ceci dit, on retrouve du Elric dans l'autre héros, Trestan Vortigern, prince damné et contraint de parcourir le monde à bord de son "avire".
Question décor, Chevaucheur d'ouragan s'inscrit dans les univers typiques de sword and sorcery, peuplés de dragons, de méchants pyromants, capables des plus abominables atrocités (la scène d'avilissement d'une minotaure est très réussie), de dryades, d'amazones, de minotaures, de golems etc etc. Inévitablement, certains passages doivent soutenir la comparaison d'oeuvres de référence (la bataille finale a un air de déjà vu, celle du gouffre de Helm, entre autres). On pourra reprocher le manque d'innovation, de s'appuyer sur un univers plus ou moins connu (Donjons & Dragons) si ce n'est quelques idées originales (dont ces "avires" volants).

Ce bémol ne remet pas en cause la qualité de l'oeuvre car l'ensemble forme un tout cohérent. Les personnages sont vraiment intéressants (Drago incarne un adversaire à la hauteur de Trestan) et les scènes de batailles sont dantesques. Il y a matière à faire un cycle de référence, charge à l'auteur de compléter judicieusement son histoire.

La conclusion de

L'univers de Sam Nell attise la curiosité: les combats épiques, les rebondissements hauts en couleur et les personnages à fleur de peau offrent un spectacle qui dépasse le simple divertissement. On devine un background riche mais incomplet. Chevaucheur d'ouragan appelle une suite sans l'ombre d'un doute.

Acheter Chevaucheur d'ouragan en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Chevaucheur d'ouragan sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+