Révélation >

Critique de Mass Effect : Révélation [#1 - 2012]

Ecrit par Sylvain T. le samedi 4 septembre 2010 à 00:50

L’ascension d’un ennemi

Jamais sorti en France, la série des romans Mass Effect est pourtant d’excellente qualité, voyez pourquoi.

« Approching Arcturus. Disengaging FTL drive core. »

Après que l’humanité ait découvert le relais cosmodésique sur Mars, elle commence à rencontrer d’autres peuples aliens, bien aidé par une technologie de pointe élaborée par un peuple aujourd’hui disparue : les Prothéens. On retrouve le commandant Anderson examinant les débris d’une ancienne station de recherche qui a était mystérieusement détruite. Envoyé par le Conseil et par l’humanité sur place, il est aidé par un agent étranger du nom de Saren qui ne va pas lui faciliter la tâche.

L’action se déroule en grande partie à bord du SSV Hastings, un vaisseau de la flotte humaine flambant neuf dont le lieutement est David Anderson. Pour ceux qui connaissent la saga vidéoludique, on le voit à bord du SSV Normandy avant qu’il ne penne une retraite forcée. Et ces élucubrations au sujet de Saren n’ont jamais vraiment été la source d’une quête, tout juste arrive-t-on à lui tirer quelques phrases de la bouche afin d’en apprendre plus sur cette relation conflictuelle. Pour en savoir davantage, il faut donc se plonger dans ce roman se déroulant bien avant Mass Effect et il peut être lu avant ou après avoir débuté l’aventure, ne serait-ce que pour avoir une vision plus ou moins bonne de cet univers passionnant.

Et le roman est placé sous le signe de l’action puisqu’Anderson va tenter à la fois de retrouver une jeune femme disparue, et faire face aux attaques incessantes du responsable de l’attaque sur Sidon, la station de recherche désormais devenue poussière. Entre Krogan et manipulations, l’intrigue en place nous projette en plein dans un conflit multi-ethnique des plus prenants. La structure narrative des différents personnages est vraiment fascinante à suivre et l’on ne peut que saluer le travail effectué en amont pour que tout colle avec les évènements qui seront racontés plus tard dans le jeu (il faut en effet noter que Mass Effect : Revelation est sorti avant Mass Effect). L’univers narré dans le roman permet vraiment d’en savoir plus sur la licence et sur le fonctionnement des protagonistes et races que Sheppard suivra par la suite. La relation entre Anderson et Saren tantôt amicale, trop souvent conflictuelle est au premier plan d’un combat épique et d’une aventure à couper le souffle. Tout juste regrettera-t-on la taille du roman. Il faut en effet compter sur 324 pages seulement pour s’imprégner de cette ambiance unique qu’est celle de Mass Effect.

Les dernières critiques de Sylvain T.

Voir toutes les critiques de Sylvain T.