75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Dimension Russie >

Critique du Roman : Dimension Russie

Avis critique rédigé par David M. le lundi 12 juillet 2010 à 21:38

en orbite avec Soyouz

Avec ce recueil, les éditions Rivière Blanche continuent leur exploration géographique de la littérature fantastique et de science-fiction. Ainsi, après la Suisse, l'Espagne, l'URSS et la littérature latino, ce sont les productions russes misent à l'honneur. URSS, russe, n'est-ce pas la même chose, me demanderez-vous ? Oui et non. Si l'origine géographique peut paraître assez semblable, la chute du mur et l'ouverture de la Russie aux influences occidentales ne furent pas sans effet sur le travail des auteurs russes et c'est en ce sens que cette anthologie a toute sa raison d'être.

Les neuf nouvelles qui composent ce recueil diffèrent fortement l'une de l'autre tant au niveau du thème exploité que de la forme et du style. Une réelle variété donc qui n'est néanmoins pas exempte de points de convergences. Ainsi, la solitude, le désespoir se révèlent être, sous diverses formes, des éléments centraux des textes. De même, les immeubles d'habitation dans le plus pur style communiste sont également présents à plusieurs reprises. Il y a donc une certaine homogénéité dans les nouvelles choisies qui souligne leur origine temporelle et géographique commune (homogénéité qui faisait défaut dans le recueil Dimension Suisse, par exemple).

Des nouvelles, retenons la première Le Rayon Vert (et aussi la plus longue avec la nouvelle de clôture) qui est un hommage à la littérature anglaise façon Agatha Christie, à la sauce fantastico/SF bien entendu. Les Ailes et La Fête sont mes coups de cœur, sans véritablement être originales, ces deux courtes nouvelles se lisent avec un réel plaisir, à la fois touchantes et désespérées. Basket Ball intrigue et propose une bien mystérieuse et douloureuse partie de basket. Sirène, space-opéra humoristique, ou que faire lorsque l'ordinateur de bord de votre vaisseau tombe éperdument amoureux d'un satellite et n'en fait, dés lors, qu'à sa tête. Enfin Viens me voir dans ma solitude lorgne du côté de la fantasy sans pour autant oser franchir totalement la rivière des genres.

Des auteurs, disons simplement que la plupart d'entre eux ont déjà une certaine expérience de l'écriture (façon détournée de dire qu'ils ne sont plus très jeunes, à une exception près), et le dictionnaire des auteurs inclus dans le recueil liste les autres productions de ces auteurs disponibles en français.

Que faut-il en retenir ?

  • Un ensemble qui tient la route
  • Quelques perles

Que faut-il oublier ?

  • Seulement neuf textes
75

Dimension Russie parvient à réunir des textes variés qui pourtant forment un ensemble cohérent de part leur spécificité historico-géographique (la Russie post-soviétique). D’un très bon niveau général, certains textes sont de véritables petites perles.

Critique de publiée le 12 juillet 2010.

Suis nous sur facebook !

Notre critique vous a convaincu ? Pourquoi ne pas l'acheter ?

Nous vous proposons de comparer les prix de ce produit sur différents sites d'achats en ligne dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Constituez votre panier grâce aux liens suivants qui vous proposerons différentes éditions ou des produits similaires.

Trouver ce produit sur Fnac.com Trouver ce produit sur Amazon.fr