75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Destin...et tout peut basculer ! >

Critique du Roman : Destin...et tout peut basculer !

Avis critique rédigé par Nicolas W. le mercredi 19 mai 2010 à 0032

Capricieux destins

"C'est si bon de cesser enfin de lutter. Je vais mourir et je me sens presque bien. Presque. Car impossible d'échapper aux remords comme aux regrets."

Force est de constater que le fantastique et la science-fiction sont des genres assez malmenés en France. Par son court recueil de 6 nouvelles, Sylvie Albou-Tabart tente une incursion bienvenue par les temps actuels. Plus connue pour ses livres d'histoire ou encore pour ses Contes D'Egypte, la française nous a concocté 6 histoires dominées par l'étrange. Voyons à présent si le résultat s'avère concluant avec Destin...et tout peut basculer !

Tout commence par Lou, une jeune femme qui n'a qu'un souhait : être publiée. Mais publiée par les prestigieuses éditions Bivert. A sa grande détresse, son manuscrit ne convainc pas l'éditrice... avant que le destin ne s'en mêle. Récit sur la difficulté d'écrire et sur la difficulté du regard critique qui peut briser des rêves en une fraction de secondes, Quel Talent ! jouit d'un thème intéressant servi par un style simple. Malheureusement, l'originalité fait très cruellement défaut  dans le déroulement du texte lui-même mais également dans sa chute...Autre point noir, les dialogues peinent à convaincre par manque de naturel, de fluidité.

On change de registre avec Querelle de voisinage où Sarah doit résoudre le différent qui l'oppose à sa voisine concernant la question cruciale de la tonte de la pelouse le dimanche. Aussi courte que surprenante notamment par son côté franchement gore et décomplexé, l'histoire est pourtant ratée. La faute à un style à la première personne assez calamiteux, très mal huilé et qui laisse perplexe de la part de l'auteure, surtout au vu de la nouvelle qui suit.

Dans celle-ci, un homme narre son calvaire en tant qu'apprenti Robinson Crusoé. Abandonné dans le cadre d'une téléréalité dans un milieu hostile, il réalise qu'il ne pourra jamais gagner... et certainement ne pas survivre. Contrairement à la nouvelle précédente, le style à la première personne se révèle des plus corrects. A cela s'ajoute un thème clairement science-fictif bien trouvé et qui surprendra par sa chute. Une réussite pour ce Jeu Dangereux.

Ma sorcière bien-aimée rappellera des souvenirs à ceux qui ont connu cette série que l'on nommera facilement de culte. Jules, lui, est fasciné par celle-ci. Malgré son inévitable incapacité à bouger son nez comme son héroïne préférée, et par conséquent de provoquer des événements magiques, c'est surtout le harcèlement de la meilleure amie de sa sœur qui le détruit moralement. Débutant sur le thème des problèmes d'enfants et la cruauté dont ils sont capables, le récit tourne court. Encore une fois, l'originalité et l'effet de surprise n'y sont pas. Les personnages apparaissent stéréotypés... et nulle magie ne le sauve de l'oubli.

Il en va malheureusement de même pour Les hommes viennent d'ailleurs où une jeune fille rêve du futur qui l'attend avec son promis. La réalité s'avère plus difficile...Très attendue et assez anecdotique, l'histoire ne passionne guère et rien ne peut vraiment retenir notre attention ici...

Pour clore ce recueil, Sylvie Albou-Tabart offre une nouvelle plus longue (en fait la plus longue de l'ouvrage) intitulée Enfer et Condamnation. Lorsque Louis se retrouve aux urgences suite à un grave accident de voiture, sa femme s'effondre en apprenant la nouvelle... Pourtant la question de savoir ce que pouvait bien faire son mari sur un trajet si éloigné de son itinéraire habituel ne cesse de la tarauder ! Plus longue et donc plus propice à la réflexion, le texte parle de la douleur de l'incertain. Entre vie et mort, l'héroïne affronte un destin capricieux et froidement réaliste. Un sujet délicat mais néanmoins bien négocié. On saluera aussi les idées, notamment médicale avec ce syndrome pas si fréquent mais bien trouvé et servant à merveille le récit. Une bonne pioche.

"Le poing levé en un geste de triomphe, Lou pousse un cri de joie. C'est terminé ! Enfin ! Après des mois de travail, de doutes et d'hésitations, d'exaltation en désillusion, elle vient de taper le point final, celui qui clôt, elle en est sûre, l'œuvre de sa vie."

Merci à Amandine V. pour la relecture.

La conclusion de

Malheureusement, pour cette  incursion littéraire très fantastique, Sylvie Albou-Tabart peine à convaincre. Trop inégal, Destin...et tout peut basculer ! manque cruellement d'originalité et souvent d'un style véritablement marquant. On ne pourra ignorer la qualité de certaines nouvelles mais la globalité du recueil est beaucoup trop faible pour  véritablement retenir l'intérêt là où d'autres écrivains tels que Jérôme Noirez ou Mélanie Fazi font figures de mètre-étalon. Dommage.

Que faut-il en retenir ?

  • Quelques bonnes idées
  • Un jeu dangereux
  • Enfer et condamnation

Que faut-il oublier ?

  • Manque d'originalité
  • Style trop inégal
  • Les hommes viennent d'ailleurs

Acheter Destin...et tout peut basculer ! en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Destin...et tout peut basculer ! sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+