75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Détenu 042
Détenu 042 >

Critique du Manga : Détenu 042

Avis critique rédigé par Valérie L. le mercredi 3 février 2010 à 1723

Liberté provisoire...

La peine de mort étant sur le point d'être abolie au Japon, le gouvernement met en place une expérience susceptible d'être une solution de substitution. On commue la peine d'un condamné à mort en travaux d'intérêt généraux à vie. On l'envoie travailler dans un lycée avec une puce implantée dans le crâne, prête à exploser à la moindre pulsion de violence, provoquant un AVC fatal. C'est, fort de cette liberté toute relative, que le détenu 042 est censé se réadapter à la vie en société...

Voici le climat dans lequel va évoluer ce manga en 5 tomes. Dans ce premier tome, l'auteur va planter le décor de sa saga. Le personnage principal est Ryohei Tajima, un prisonnier ( le détenu 042 ) condamné à mort pour avoir commis 7 meurtres. Les circonstances de cette tuerie, perpétuée en plusieurs fois, nous sont révélées petit à petit au cours de l'histoire. On y apprend qu'il a été enlevé, qu'il a subit un lavage de cerveau par une secte religieuse fanatique, et qu'il a participé à des combats à mort pour le compte des yakuzas afin d'éponger les dettes laissées par son père...Un background peu commun qui en fait un personnage intéressant et attachant. Tous les autres acteurs de cette "chronique d'une mort annoncée" graviteront autour de ce personnage énigmatique.
Tout le panel des sentiments humains fera son apparition au moins une fois au cours de l'histoire. La colère, la déception, l'injustice, la compassion, la haine, jusqu'à l'amour.

Bref, encore un excellent manga d'anticipation à faire frissonner dans les chaumières. Parce qu'au delà du scénario, on se retrouve confronté à de vraies questions philosophiques et sociologiques sur la liberté, la loi, la morale, l'objectivité, et, avant toute chose, sur ce qui définit l'être humain dans toute sa compléxité et ses paradoxes...Que vaut la liberté quand on est épié 24/24 h 7/7 jours, dans ses moindres faits et gestes, avec des interdits aussi frustrant que celui, par exemple, de se masturber? Que dire de cette femme qui finit par tomber amoureuse de Ryohei sachant que cet amour est voué à l'échec? Que penser de ces lycéens qui décident de pousser ce "cadavre ambulant" à bout histoire que cette puce lui explose le crâne?...etc. Autant de constats qui rendent ce premier tome exaltant et nous tiennent en haleine pour les suivants.

La conclusion de

Une très belle réussite aussi bien au niveau du récit que du graphisme, avec un trait de crayon léger et fluide, (parfois à la limite du crayonné)mais qui sait s'imposer de manière élégante sans nuire à l'histoire. Un seinen teinté de shojo qui plaira aussi bien aux garçons qu'aux filles. Avec son univers particulier, la mangaka Yua Kotegawa signe ici sa deuxième oeuvre majeure après son tout premier manga: Ottori Sôsa. Entre deux, Elle signera plusieurs autres opus avec notamment Ann Freaks et Line, qui resteront fidèles à ses thèmes de prédilection, à savoir la violence, l'amour naissant entre ses personnages principaux, l'implication de ses protagonistes dans des histoires sordides à la limite du fantastique ( à lire Arcana, l'histoire d'une jeune fille amnésique qui communique avec les morts...).Un auteur à suivre absolument...

Que faut-il en retenir ?

  • Excellent scénario
  • Très beau graphisme

Que faut-il oublier ?

  • Psychologie des personnages un peu naïve parfois

Acheter Détenu 042 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Détenu 042 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+