75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Jackals
Jackals >

Critique du Manga : Jackals

Avis critique rédigé par Lionel B. le dimanche 10 janvier 2010 à 1604

Un final sanglant

Après sept tomes, voici la fin de Jackals. Shinya Murata et Kim Byung Jin mettent ainsi un point final aux aventures de Nichol et Foa en offrant une conclusion sanglante sous fond de combats incessants.

"C'en est fini de Gabriella ! Déjà fortement ébranlée par la perte de plusieurs sections, toute l'organisation s'écroule avec la mort de Don Salieri. Seul Isaac et son dernier carré de fidèles peuvent encore continuer le combat... Rejoint par Harold le Diable et l'Ange Giulio, ils décident d'investir le quartier général de Tennouren pour venger l'assassinat de leur chef.
Nichol choisit de se joindre à eux, mais son objectif est tout autre : se mesurer une nouvelle fois à sa mère, la terrible Grande Faucheuse... Il ignore encore que Foa Requiem sera lui aussi de la partie !"


Tout au long de cette saga, Shinya Murata nous a présenté un univers sombre, cruel et violent au travers de ce qu'est un Jackal mais également au travers des complots des gangs pour dominer Cicero City. Dans ce tome ultime, nous retrouvons des thèmes récurrents dans le manga tel que la soif de pouvoirs mais également à quel point la violence engendre la violence. Mais contrairement à d'autres mangas, ici cette violence s'avère être la seule issu possible afin de purger le système de Cicero City.
Comme le dit si bien l'auteur dans sa préface : "à quoi bon observer ce principe (la violence est un crime et la vie en société nous ordonne de ne jamais y recourir) au pied de la lettre si nous sommes incapables de discerner le bien du mal à l'aune de notre propre morale ?" Par cette phrase, l'auteur nous fait comprendre que Jackals ne fait pas que dans la violence gratuite mais qu'il tente de nous démontrer ce que pourrait être notre monde sans morale.

Bien sûr, ce manga se veut avant tout un divertissement qui parvient ici à son but en enchaînant les combats de façon à garder un rythme constant jusqu'à cette conclusion, quelque peu dramatique, mais offrant une pointe d'espoir pour l'avenir de Cicero City, et de nos héros...

Jackals ne serait pas sans le talent indéniable de Kim Byung Jin qui parvient à donner vie à ses personnages tant leurs expressions et leurs gestuelles sont maîtrisées. C'est d'ailleurs ces dernières, mais également l'originalité dans certains plans qui, dans les scènes d'actions, donnent du rythme au manga.

La conclusion de

Violent, bourré d'action et très immersif. Voilà en quelques mots ce qui pourrait décrire le mieux l'univers de Jackals. Ce dernier tome ne déroge pas à la règle et nous offre des duels d'anthologies et une fin digne de ce que nous pouvions espérer.

Que faut-il en retenir ?

  • Les dessins de Kim Byung Jin sont magnifiques
  • Des personnages principaux charismatiques
  • La violence du manga

Que faut-il oublier ?

  • Une fin qui n'en est pas vraiment une...

Acheter Jackals en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jackals sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Jackals

  • Voir la critique de Jackals : Un manga qui défoule
    87

    Jackals - Critique du manga par Lionel B.

    Un manga qui défoule : Jackals vous plonge dans un univers chaotique dans lequel baston et hémoglobine font bon ménage. Le tout est accompagné d'une hist…

  • Voir la critique de Jackals : Attention à l'alligator !
    85

    Jackals - Critique du manga par Lionel B.

    Attention à l'alligator ! : Shinya Murata et Kim Byung Jin ont trouvé ici un très bon équilibre : les scènes d'actions sont suffisamment présentes pour appor…

  • Voir la critique de Jackals : Sans foi ni loi
    87

    Jackals - Critique du manga par Lionel B.

    Sans foi ni loi : La recette est à peu près la même que celle de Chonchu. Nous retrouvons dans Jackals un univers immersif, très sombre, violent et …

En savoir plus sur l'oeuvre Jackals