75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : Mia et le Migou
Mia et le Migou >

Critique du Film d'animation : Mia et le Migou

Avis critique rédigé par Sylvain T. le dimanche 13 septembre 2009 à 1828

Visuellement éclatant

Fresque écologique, Mia et le Migou est une création française d’exception réalisée par Jacques-Rémy Gired à qui l’on doit déjà La Prophétie des Grenouilles. Ou quand l’animation se travaille au crayon…

En plein cœur de l’Amazonie, Mister Jekhide veut faire construire un gigantesque complexe immobilier afin d’y faire venir la crème de la crème de la Jet Set internationale. Mais au fil des travaux, des évènements imprévus vont arriver et vont ruiner les plans de l’investisseur qui ne va reculer devant rien pour arriver à ses fins. Mais alors que la nuit règne sur le chantier, d’étranges choses se produisent, un tunnel qui s’effondre, une Mia orpheline, c’est le début d’une aventure hors du commun pour deux familles déchirées…

Mia et le Migou va nous permettre de suivre les aventures d’une jeune fille appelée Mia. Réveillée en sursaut, elle pense que son père est en danger. Dès lors, sa principale préoccupation va être de retrouver celui qui l'a élevée après la mort de sa mère. Mais, durant son périple, elle va faire la rencontre de drôles de créatures: les Migous. Des monstres ? Non, bien au contraire, ce sont les gardiens de la nature, et c’est grâce à eux que le monde tourne rond. Grâce à eux, mais également grâce à un arbre millénaire qu’il ne faut surtout pas détruire. Un scénario digne des meilleurs films d’Hayao Miyazaki, entre Ponyo sur la falaise et Mon voisin Totoro, Mia et le Migou nous emmène en plein cœur d’une aventure écolo avec un engouement certain pour le respect de la nature.

Mais attention, ce n’est pas parce que le scénario nous est familier que le dessin l’est également. Le film de Jacques-Rémy Gired s’éloigne de l’univers plastifié du créateur nippon et nous permet d’admirer un trait complètement à contre-courant de ce que l’on a pu voir dans le domaine de l’animation. C’est le studio Folimage qui nous permet de découvrir ce travail exceptionnel fait sur les nuages, n’hésitant pas à laisser les marques de leur travail, comme une sorte de brouillon baignant dans une ambiance unique. Le réalisateur s’y était déjà essayé dans La Prophétie des Grenouilles. Cependant, ce qui fait la force du récit, c’est la façon dont le scénario entremêle humour et émotion tout en nous transportant au coeur d’un conte nous permettant d’apprécier les décors de l’Amazonie d’une rare beauté. Ce souci du détail avait déjà fait le succès critique de sa précédente réalisation.

Il aura tout de même fallu six ans à l’équipe du film pour peaufiner cette fresque écologique qui n’est pourtant pas là pour devenir un débat politique, mais bien pour nous faire réfléchir sur les conséquences de nos actes sur une nature qui nous est parfois inconnue. Écolo, mais pas ennuyant pour autant, Mia et le Migou est un conte réaliste et touchant dans le sens où finalement, nous sommes bien petits face à un monde gigantesque qui ne demande qu’a être traité dignement.

Les personnages y sont pour quelque chose dans la compréhension du récit puisqu’ils font l’objet d’une attention toute particulière afin de les rendre crédible, de la jeune Mia, mignonne et innocente à l’intrépide Aldrin qui rêve d’aventure. Mais pourtant, l'on ne va pas s’attarder que sur eux, mais bien sur le sujet principal du film, à savoir les Migous. Gros personnages ressemblant à des yétis, ils peuvent devenir gigantesques selon leur humeur. Ils ne sont que quelques-uns et sont intimement liés à l’arbre poussant au milieu de l’eau. Drôles et sympathiques, ils font partie intégrante d’une œuvre convaincante dans son ensemble.

Terminons ce tableau par les comédiens s’étant prêtés au jeu du doublage. Ils sont en effet nombreux à s’être bousculés au micro. Les fans reconnaitront Dany Boon dans les rôles des Migous, et c’est ce qui fait la force de ces créatures, mais aussi celle de Yolande Moreau (la sorcière) ou encore Laurent Gamelon (Jakhide). Bref, autant de voix qui font la personnalité du film, porté par des dialogues simples et pleins de détails à la fois, permettant à petits et grands de bien appréhender le sens du récit.

La conclusion de

Mia et le Migou est un chef d’œuvre de l’animation française. Passionnant et émouvant, on ressort de la projection changé. Grâce à une réalisation unique et un scénario poignant, on est transporté dans un monde dont l’on se souviendra longtemps…

Acheter Mia et le Migou en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Mia et le Migou sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Mia et le Migou

En savoir plus sur l'oeuvre Mia et le Migou