75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Recueil de nouvelles : Joyeuses Apocalypses : Nouvelles
Joyeuses Apocalypses : Nouvelles >

Critique du Recueil de nouvelles : Joyeuses Apocalypses : Nouvelles

Avis critique rédigé par Nicolas W. le vendredi 10 juillet 2009 à 1641

Apocalypses, Humour et Humanité

Joyeuses Apocalypses, au-delà des trois romans La Guerre des mouches, L'Homme élastique et La Guerre mondiale n°3, c'est aussi une sélection de 6 nouvelles inédites de Jacques Spitz choisies par Laurent Genefort.

La première nouvelle s'intitule Après l'ère atomique : Le trop plein d'utilisation de l'arme atomique et de ses applications ont finit par perturber la lumière qui voit sa vitesse ralentir, et ainsi le monde ralentir avec elle. Peu à peu l'humanité sombre dans l'immobilisme....La seconde, Le nez de Cléopâtre, voit la mer méditerranée disparaître puis tous les océans de par le monde se transformer en bourbier marécageux à cause d'un apprenti savant anarchiste et de son invention qui va changer selon lui la face du monde, ce fameux nez de Cléopâtre qui enlève toute l'eau de la surface du globe. En fait de changer le monde, il va anéantir l'humanité...Ces deux textes sont des condensés des romans apocalyptiques de Jacques Spitz, sur une dizaine de pages, il nous dresse deux fins du monde causées toujours par la bêtise de l'homme. Sans le développement aussi poussé de ces romans, mais toujours avec le même cynisme, ces deux nouvelles valent le coup d'œil.

Les 3 nouvelles suivantes tiennent d'un autre registre :Dans L'interview d'une soucoupe volante, un homme va découvrir la raison de la présence des extraterrestres sur la Terre et pourquoi ils n'occupent qu'un territoire restreint de la planète, ne prélevant que quelques hommes pour seul tribut en laissant en paix le reste de l'humanité...Pour L'énigme du V51, une équipe envoyée sur La Lune la découvre habitée et par des humains qui plus est...Une chose bien étrange qu'on a du mal à croire sur la Terre....Enfin dans Les Vacances du Martien, la Terre est devenu un grand lieu touristique où il est possible de venir s'amuser et de redécouvrir le pittoresque de cette civilisation disparue...Trois nouvelles cette fois non pas apocalyptiques mais purement science-fictives et bien plus classiques dans leur déroulement. C'est d'ailleurs pour cela qu'elles sont certainement les moins convaincantes du recueil notamment L'énigme du V51 qui n'a finalement vraiment rien d'originale et se trouve cousue de fil blanc, il lui manque même l'humour coutumier de Spitz reléguant le texte bien vite aux oubliettes. Pour les deux autres, on retrouve son pessimisme et son jeu persistant de rire aux dépends de la race humaine, avec une fin appétissante pour L'interview d'une soucoupe volante et quelques trouvailles d'activités farfelues pour Les Vacances d'un Martien. Rien de bien transcendant donc pour ces deux dernières mais un agréable moment.

Enfin, la dernière nouvelle se rapproche plus de L'Homme élastique et surtout de L'oeil du purgatoire. Puisque dans Le Secret des Microbes, un humain arrive à communiquer avec les microbes et se trouve confronté à des révélations auxquelles il ne s'attendait pas du tout. Misanthrope à l'extrême, emblématique de la pensée de Jacques Spitz et non dépourvu de situations coquaces, Le Secret des Microbes est facilement la meilleure nouvelle de ce recueil !

Pour terminer, un mot de la couverture, qui finalement est choisie avec pertinence puisqu'elle reste assez représentative du texte inédit du recueil, La Guerre mondiale n°3, et un mot sur la PostFace de Joseph Altairac qui fait un parallèle intéressant entre deux grands auteurs de SF, Jacques Spitz naturellement et l'anglais Herbert George Wells.

 

La conclusion de

Il est donc temps de conclure, sur ces nouvelles d'abord qui constituent un ajout intéressant pour donner un aperçu des capacités de Jacques Spitz dans la forme courte mais malheureusement on réalisera bien vite qu'on le préfère dans ses romans. A ce titre, Joyeuses Apocalypses est un indispensable pour tout amateur de Science-fiction intelligente, lucide et remplie de trouvailles. Il ne fait aucun doute que cet écrivain mérite bien sa place de pionnier de la SF française. Ces Joyeuses Apocalypses sont là pour vous en convaincre....

Que faut-il en retenir ?

  • Une approche de la forme courte chez Spitz
  • Certaines nouvelles amusantes
  • Le Secret des Microbes très convaicant
  • Quelques trouvailles intéressantes

Que faut-il oublier ?

  • Globalement inégales
  • L'enigme du V51 inutile

Acheter Joyeuses Apocalypses : Nouvelles en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Joyeuses Apocalypses : Nouvelles sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Joyeuses Apocalypses

En savoir plus sur l'oeuvre Joyeuses Apocalypses