75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Moonlight
Moonlight >

Critique du Manga : Moonlight

Avis critique rédigé par Lionel B. le jeudi 2 juillet 2009 à 2232

Vampires vs cyborgs

Les mangas sur le thème des vampires n'en finissent pas de paraître en France ces derniers temps. Entre Vampire Hunter D, Vampire Chronicles, Blood, The Last Vampire pour ne citer qu'eux, le lecteur friand d'histoires de suceurs de sang ne sait plus où donner de la tête. De plus, en ces temps de crises, le consommateur de mangas doit faire un choix difficile parmi tous les titres susceptibles de l'intéresser. Moonlight peut-il arriver à tirer son épingle du jeu ?

"Les vampires du Monlicht, le Clan de la Lune, régnaient autrefois sur la nuit. Mais au XVIIIème siècle, des cyborgs conçus par le Dr Frankenstein s'employèrent à éradiquer ses membres. Soixante ans plus tard, des survivants du Mondlicht sont découverts au Japon. Une nouvelle confrontation débute alors entre le Mondlicht et les cyborgs."

Ne vous attendez pas une fois de plus à retrouver des vampires tels que le défini Bram Stoker. Il s'agit une fois de plus d'une oeuvre qui revisite le mythe à sa façon et qui l'adapte pour un plus jeune public (mais pour un public averti tout de même). Avec Moonlight, les vampires se trouvent être les gentils, une espèce en voix de disparition qui se voit pourchasser par de méchants cyborgs dans le but de les éradiquer. Tout au long de ce premier tome, nos héros vampiriques vont ainsi passer leur temps à tenter d'échapper aux griffes des vilaines machines à l'apparence humaine et possédant une très belle plastique.
Car en effet, si le manga n'est pas particulièrement violent en comparaison à d'autres mangas du même genre, il nous est montré de très beaux décolletés (et plus) et petites culottes.

L'histoire, sans être révolutionnaire, apparaît distrayante grâce à ses nombreuses scènes de combats. En revanche, il faudra m'expliquer pourquoi Masaki Wachi fait référence au docteur Frankenstein en tant que créateur des cyborgs. Cela apparaît quelque peu déroutant et inutile, tout comme l'idée des cyborgs qui anéantissent les vampires. Est-ce que cela apporte vraiment à l'histoire ? Je n'en suis pas certains...


Si Moonlight possède des failles sur son scénario (de mon avis personnel), il n'en va pas de même sur son dessin. En effet, Yu Tachibana nous offre un dessin de qualité avec un design assez proche de celui de Tsukihime, c'est à dire très orienté manga pour adolescent. Si les décors et les designs de personnages ne font pas dans la complexité, ils s'avèrent suffisamment complet pour donner de la vie au dessin. De plus, Yu Tachibana utilise astucieusement les nuances de gris pour offrir un excellent rendu final.
Enfin, on notera également une très bonne lisibilité de l'action grâce à une mise en page simple et efficace et des plans assez larges dans les scènes de combats, ce qui n'est pas toujours le cas dans les mangas.

La conclusion de

A la lecture de ce premier tome, Moonlight s'avère être un bon manga de divertissement mais ne parvient pas encore à nous offrir plus que cela. Certains choix scénaristiques paraissent encore assez étranges et viennent de ce fait gâcher le plaisir de lecture.

Que faut-il en retenir ?

  • C'est distrayant
  • Un dessin de qualité

Que faut-il oublier ?

  • Certains choix scénaristiques déroutants

Acheter Moonlight en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Moonlight sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+