75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : écran de fumée
écran de fumée >

Critique de la Bande Dessinée : écran de fumée

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 30 juin 2009 à 0625

La femme de l'ombre

Dans un futur où les super-héros n'existent plus et dans lequel les organisations terroristes contrôlent les partis politiques, surgit une nouvelle forme de justicière ; une sorte de fantôme, nommée Madame Mirage. Les truands vont pouvoir enfin avoir peur de leur ombre!

Paul Dini est un scénariste touche-à-tout et – la plupart du temps – oeuvrant dans des productions de qualités. Le scénariste a participé pour la télévision aux séries Batman et Superman au côté de Bruce Timm, il a touché au jeu vidéo avec le futur "Arkham Asylum", et du côté comics il a écrit des titres comme "Batman: Harley and Ivy", "Batman: War On Crime" et bien d'autres titres. Jusqu'à maintenant le seul échec du scénariste est l'adaptation cinématographique de "Double Dragon".

Paul Dini commença à réfléchir au personnage de Madame Mirage au début des années 2000. À l'époque, il envisageait des petits films d'animation pour le web, mais ce dernier du abandonner l'idée, la société avec laquelle il travaillait ayant disparue. C'est donc un peu plus tard qu'il pu ressortir des cartons son personnage, plus particulièrement lorsque Jim McLauchin fut embauché comme responsable éditorial chez Top Cow. Aimant le personnage créé par Dini, il lui demanda d'écrire son histoire pour Top Cow, ce qui conduisit bien entendu à la sortie du titre en 2007 aux Etats-Unis, et enfin chez nous, en France, chez Delcourt, en ce mois de juin 2009.

À la lecture du titre, on sent manifestement que Dini a longtemps travaillé sur le personnage de Batman. Comme pour le justicier de Gotham, l'héroïne qui se cache derrière Madame Mirage ne possède aucun pouvoir et n'utilise qu'un certain nombre de gadgets pour affronter ses adversaires. Comme lui, également, elle affronte des adversaires souvent puissants et dotés de pouvoir parfois surnaturels, et comme lui sa motivation est la vengeance. L'attrait supplémentaire de ce comics se situe dans le fait que cette justicière n'a pas les états d'âme que pourrait avoir un Bruce Wayne devant les criminels. Non, elle serait un peu dans la lignée d'un Spawn. La fameuse madame mirage est donc sans pitié et n'hésite pas une seconde à liquider tous ses ennemies. Un des autres point forts du comics se situe dans la capacité de Paul Dini à maîtriser parfaitement le rythme et toujours trouver le bon équilibre entre action et histoire, on y trouve donc des personnages attachants, plutôt bien construits, avec de très bons morceaux de bravoure.

Madame Mirage

Côté visuel, si le premier des constats est de dire que nous sommes bien face à un produit Top Cow, entendez par là des femmes aux grandes jambes et poitrines surdimensionnées et des hommes tous battis comme Schwarzenegger, l'ensemble est bien au-dessus de la moyenne de ce que l'on peut trouver chez l'éditeur américain. En premier lieu, Kenneth Rocafort a su rendre son ensemble très lisible avec un travail sur ses couleurs rendant parfaitement hommage à son trait. Nous sommes donc face à une parfaite harmonie visuelle, accompagnée d'un découpage minutieux permettant de n'avoir aucun problème de visibilité et une lecture fluide, ce qui n'est pas toujours gagné dans le comics américain - surtout si on se base sur "Hunter Killer", oeuvre dans laquelle Kenneth Rocafort oeuvra et qui ne fut pas toujours un exemple de clarté. Le dessinateur apporte un certain nombre de détails à son trait restituant ici parfaitement l'ambiance qui est amenée par le texte de Paul Dini. Bref, le dessinateur d'"Hunter Killer" a su trouver la parfaite alchimie sur ce titre, le fait qu'il travaille sur tous les aspects graphiques en est peut-être la raison.

À noter que cette édition possède un Sketchbook de 14 pages ce qui nous permet d'admirer encore plus le savoir-faire de Kenneth Rocafort sur cet album. Un bonus de qualité qui complète à merveille cette très belle édition.

La conclusion de

Madame Mirage, est une belle réussite est certainement l'un des meilleurs produits issus du catalogue Top Cow. Paul Dini a réussi à créer un personnage attachant et une ambiance qui n'est pas sans rappeler son travail sur Batman, sans oublier peut-être une influence côté "The Shadow". Kenneth Rocafort signe quant à lui un dessin en tout point remarquable.

Acheter écran de fumée en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de écran de fumée sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+