75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du recueil de nouvelles : Les Noëls Electriques #2 [2007], par Nicolas W.

Avis critique rédigé par Nicolas W. le mercredi 3 juin 2009 à 21h00

Des Noëls pas comme les autres...

Oh,oh,oh, les Moutons électriques reviennent avec un Fiction Spécial Noël. Dans leur hotte, bien entendu, du Père-Noël, du lutin, du St Nicolas et autres rennes... Reste à savoir le goût du Santa Claus en question, et force est de constater que c'est un vrai banquet qu'on nous offre ! De prime abord, le thème est surprenant. Il est vrai que des nouvelles autour de noël et toutes les traditions qui peuvent l'accompagner ne me donnaient pas trop envie... Peur d'une overdose de niaiseries sûrement...Mais bon, l'objet est beau, bien illustré avec une belle couverture, la plupart des auteurs sont connus alors pourquoi pas ? Surtout que les Anges Electriques étaient bien réussis semble-t-il !

Il devient évident après la lecture du recueil qu'on peut subdiviser les récits en plusieurs groupes. Tout d'abord les nouvelles traditionnelles et/ou mélancoliques, la première nouvelle « Adaptation » rentre dans cette catégorie. Certes, il est possible de ne pas saisir toutes les allusions faites ici au roman de Dickens avec les esprits de Noël, etc. Mais le récit est plaisant, pas transcendant et nous plonge tout de même en douceur dans l'atmosphère de noël. Ca commence donc moyen... Autre nouvelle classique matinée de fantastique, celle de Mélanie Fazi où une femme enceinte vient réapprendre la magie de Noël pour pouvoir la transmettre à son rejeton avec pour se faire des corneilles qui lui ramènent des objets lui rappelant les Noëls passés. Constat meilleur ici puisque la nouvelle est courte, joliment menée avec un brin d'émotion et de mélancolie palpable qui rend l'aventure charmante mais loin d'être inoubliable non plus...Citons ensuite la nouvelle de Beatrice Nicodème, « Noir comme Neige » qui narre la garde d'une infirmière rencontrant une patiente avec un bien lourd secret...Courte, avec une excellente chute non dénuée d'humour noir, assurément un très bon texte... Disons que s'arrêtent là les nouvelles de ce type. On aurait pu également classer « Les Harpes d'or » de James Powell ici mais, elle est tout de même différente des précédentes puisque l'auteur profite du prétexte de Noël pour parler de guerre (ici la première guerre mondiale) et de folie humaine , c'est d'ailleurs cette nouvelle qui est la meilleure des « classiques », vraiment d'un très bon niveau avec une touche de noirceur , de folie et de désespoir tout à fait bien senti, un excellent texte. On en oublierait presque le magnifique et splendide texte de Bernard Jagodzinski consacré au journal d'une petite fille tellement touchante qui croit dur comme fer au pouvoir des étoiles et qui ne veux juste que passer le Noël avec son papa.

Puis, on va trouver les nouvelles fantastiques et déjantées, vraiment ce sont elles, plus que celles dont on a déjà parlé, qui rendent ce recueil absolument excellent. Quand on tombe sur « Un contrôle de Noël », on se dit vraiment que là ça devient très intéressant,Johan Heliot imagine un monde où les traditions seraient considérées comme un devoir, et où tout manquement à ce devoir entrainerait la visite de contrôleurs de Noëls et peut-être une déportation… Ce texte est génial, une petite perle mêlant humour noir, propos caustique et horreur, c’est sûr, à partir d’ici, ça décolle ! C'est au tour de Fabrice Colin de court-circuiter les codes dans « Un léger moment d'absence » avec pêle-mêle des lutins dépressifs et largement à gauche, un Père Noël meurtrier et mythomane sans parler des conditions de travail qui poussent à la formation d'un syndicat des lutins ! Encore un texte excellent, peut-être avec une chute un poil décevante mais qui vous tirera plus d'un sourire. Saviez-vous que les Pères Noël pouvaient devenir fous ? Que les lutins avaient des brigades de choc mais aussi des condamnés aux travaux forcés ? Non, eh bien avec James Powell et la surprenante « Evasion à Gui 5 », c'est chose faite. Bourré d'originalité et d'inventivité, ce texte est à mettre au rang des meilleurs du recueil tout simplement. Si Johan Heliot est par ici, alors Xavier Mauméjean n'est pas loin ! Il est lui aussi décidé à réinventer les codes avec une guerre St-Nicolas / Santa Claus. L'intrigue, bâtie sur une enquête policière, est non seulement intéressante mais totalement jouissive grâce à toutes les trouvailles de l'auteur, qu'on se le dise, le chauffage au sol est une arme déterminante dans la guerre ! Moins déjanté que les précédents, «Dans l'antre du Dr Coppelius » est un texte qui mêle fantastique et angoisse, Connie Willis nous conte l'étrange aventure d'un homme perdu au milieu d'un immense magasin de jouets et qui finira même prisonnier de son décor... Pour des dizaines d'années. Intrigante, oppressante et tout à fait représentatiive de la sensation d'égarement du narrateur, cette nouvelle est assurément aussi étrange que réussie, sans parler d'un humour grinçant qui fera mouche à de nombreuses reprises ! Et puis voilà ma chouchoute, non pas Catherine Dufour mais sa nouvelle « La mort des Joujoux »... Quoique... Bâtie comme une chronique de la déchéance du Père Noël depuis ses débuts et sa rencontre malencontreuse avec une fée passablement obsédée sexuelle et peu recommandable, cette petite histoire n'est rien de moins que totalement folle et réussie avec un brin de nostalgie qui fait tout son charme ! Mais où va-telle chercher tout ça (notamment le torchon clermontois avec une seule main, y'en a de l'érudition là-dedans !) ? David Calvo va pour sa part fournir un texte éclaté avec notamment l'avis d'un célèbre scientifique, d'un célèbre économiste et même d'un phoque. Original dans la forme comme dans le fond, porté par l'humour autant que par une certaine réflexion, l'essai est plus que transformé... Et bam, Fabrice Colin, seconde prise. Bon allez, c'est moins bien que la première, c'est vrai que l'idée d'un passage au paradis par les lutins et tout le folklore de Noël n'est pas déplaisante mais le texte est tout de même assez peu convaincant, bien qu'il n'ait pas le défaut d'être trop long... Et oui, « Soudain tout a changé »... Retour de Connie Willis, avec une courte nouvelle très fantastique, « Le Poney », pas très convaincante pour ne pas dire presque insipide, un ratage oui ça arrive mais bon il reste le mystère de la venue du poney pour en débattre... 3ème tour pour James Powell avec le « Père-Noël a des principes » où l'on découvre que le monsieur a quelques soucis de couple avec Mère-Noël qui vont d'ailleurs lui coûter la vie ! Que voulez-vous, de nos jours avec le nombre de fous en costume qui se baladent, ca serait pas de pot que la fée des dents se prenne une balle ! Oui, c'est intriguant comme speech mais c'est rondement mené, toujours bien écrit et encore une fois bien pensé. Quant à Natalie Aubry avec ses « Mystères et boules de Noël », elle nous met dans la peau d'un chat qui va recourir à l'aide de mystérieux amis pour donner le meilleur des Noëls aux enfants de la famille. Même si l'auteur laisse planer des zones d'ombre sur les aides du chat, le texte a la bonne idée d'être court et bien mené. Enfin, dernier texte du recueil, celui de Léa Silhol, est certainement aussi le meilleur. Un homme est embauché et royalement payé pour être le Père-Noël ,enfin, disons surtout classer les lettres qu'il reçoit. Après avoir usé et abusé des merveilleux privilèges dont il jouit grâce à la multinationale Yule qui l'emploie, il découvre que son ordinateur « Lost » pourrait être un des outils d'un odieux complot. Superbement écrit, pensé et surtout bourré d'humour du meilleur aloi, le texte a ici la bonne idée d'être long et on en redemande !

Rajoutons à cela une postface tout à fait intéressante qui nous permet d'apprendre l'histoire des traditions de Noël et tout ce qui gravite autour. Attention à la relecture pourtant, car nombre de coquilles persistent. Vous remarquerez qu'il manque les nouvelles de Hervé Jubert et pour cause, la première est incompréhensible et ne sert à rien, et la seconde si elle l'est un peu plus n'a aucune intrigue digne d'intérêt, ce sont pour moi les seules nouvelles avec le Poney totalement dispensables de l'ouvrage.

Merci à Amandine V. pour la relecture.

La conclusion de à propos du Recueil de nouvelles : Les Noëls Electriques #2 [2007]

Nicolas W.
78

En conclusion, un recueil de Noël jubilatoire qui comblera toutes les attentes et les goûts du lecteur. Les moutons électriques nous ont gâtés et rien que pour les nouvelles de Xavier Mauméjean, Johan Heliot, Catherine Dufour, Léa Silhol et celles du talentueux James Powell, vous devez acquérir les Noëls électriques.

Acheter le Recueil de nouvelles Les Noëls Electriques en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Noëls Electriques sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+