75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les Gardes Phénix
Les Gardes Phénix >

Critique du Roman : Les Gardes Phénix

Avis critique rédigé par Sylvain T. le mercredi 6 mai 2009 à 2242

Ennuyeux, vous avez dit ennuyeux ?

Un univers fantaisiste baignant continuellement dans la magie, un joli tableau malheureusement gâché par un roman ennuyeux.

Dans l’immense Empire Dragaeran, un groupe de quatre aventuriers va parcourir mille lieux pour tenter d’atteindre les frontières des royaumes orientaux. Ils ont tous juré de servir l’empereur quoi qu’il en coûte. Pas à pas, nous allons suivre le destin de quatre personnages haut en couleur, qui n’hésiteront pas à mettre leurs vies en danger pour tenter de sauver leurs compagnons. Il y a Tazendra, une puissante magicienne, Khaavren, un guerrier redoutable, tout comme Aerich qui reste toutefois bien mystérieux, et Pel, un combattant rusé qui connaît tout sur tout.

L’aventure commence assez simplement. On suit tout d’abord le jeune Khaavren qui est un noble en manque d’argent, et qui va partir en direction de la capitale pour tenter de renflouer ses caisses où il va faire la connaissance de deux personnages, Tazendra et Aerich. Alors que rien ne les prédestinait vraiment à intégrer la garde Phénix, ils vont pourtant s’y rendre en espérant pouvoir se faire un nom. C’est à ce moment-là qu’ils vont faire la connaissance de Pel avec lequel ils vont se lier d’amitié. Toute l’intrigue est basée sur ce groupe d’amis improbables qui vont tenter une expédition au fin fond de leur pays pour déjouer un complot. Cette mission ne servira en fin de compte qu’à ternir leur honneur. On comprend bien assez tôt que le sort de l’Empire est entre leurs mains, et que les dangers seront terribles.

Le problème du livre ne réside pas vraiment dans l’univers qui nous est décrit - au contraire, il est assez captivant - mais plutôt dans la façon dont il nous est retranscrit. Si l’auteur va prendre un temps considérable pour nous donner tous les détails d’une petite calèche, en étalant la description sur quatre pages, si ce n’est plus, il va en revanche rester muet ou presque, sur le fonctionnement général de la hiérarchie des différentes maisons dont font parties nos compères. Car chaque personnage fait partie d’un clan, appelé « Maison » qui regroupe une sorte de créatures, pas des races puisqu’il peut y en avoir plusieurs par maison, mais nous dirons qu’il s’agit d’une grande famille. Le doute persiste après la lecture du bouquin, car l’on ne s’attarde pas assez sur ce point qui paraît pourtant essentiel à la compréhension des Gardes Phénix.

L’autre point noir du roman concerne les protagonistes du livre : on a énormément de mal à s’identifier à eux. Ce ne sont pas vraiment des humains puisque l’auteur aime nous rappeler qu’ils font preuve d’une durée de vie assez grande pour cette espèce, et pourtant leurs faits et gestes, leurs mimiques restent bien humains. Ils n’ont pas vraiment de signes qui permettent de les différencier de nous, alors on a du mal à croire à ce que l’on nous raconte. De plus, si les situations dans lesquelles on les met restent terriblement haletantes, leurs réactions sont désespérantes. Ils sont caricaturaux au possible et réagissent comme tout bon héros qui se respecte. Un peu de surprise n’aurait vraiment pas été de trop, et c’est précisément cela qui rend l’intrigue difficile à lire. Alors, si en plus l’auteur s’entête à décrire les moindres éléments décoratifs (véridique) à tout bout de champ, le lecteur a vite envie de reposer le livre.

Reste toutefois un plus indéniable : l’histoire nous est racontée comme si nous lisions un ancien journal qu’un grand historien aurait pu écrire. Cette façon d’écrire permet finalement de s’approprier le bouquin, on a, dès les premières lignes, l’impression d’avoir acheté un trésor antique. Chaque début de chapitre est également parsemé d’une courte description de ce que l’on va vivre, une façon de nous prévenir avec un « Dans lequel » bien utile.

La conclusion de

Qu’il m’a été difficile de lire Les Gardes Phénix, trop de détails tuent les détails, et l’on se rend bien vite compte que si l’on enlève les dizaines et dizaines de pages qui regroupent les moments inutiles où l’auteur s’attarde sur un objet sans intérêt pour l’histoire, on pourrait presque se débarrasser des défauts du livre.

Acheter Les Gardes Phénix en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Gardes Phénix sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+