75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Veillée funèbre
Veillée funèbre >

Critique de la Bande Dessinée : Veillée funèbre

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 24 mars 2009 à 1135

Légende Russe

Kiev, capitale de l'Ukraine. L'étudiant philosophe Thomas Brutus est convoqué par le recteur du Séminaire. Il lui est demandé expressément de se rendre au chevet de la fille mourante d’un riche seigneur. Arrivé sur les lieux bien trop tardivement pour confesser la jeune fille, Thomas se voit contraint par le seigneur à prier durant trois nuits pour l'âme de la disparue. Une fois installé devant le corps de la fille, Thomas croit reconnaitre la sorcière qu'il avait jadis croisée avec deux autres de ses compagnons, sur les plaines ukrainiennes.

À la base « Veillée funèbre », originalement « Vij », est un conte fantastique de Nicolas Gogol paru pour la première fois autour de 1835. En France, ce conte fut publié dans un recueil de nouvelles russes sous le titre du «  Roi des gnomes ». À noter aussi que le réalisateur Mario Bava en signa une libre adaptation avec « Le Masque du démon ».Une fois ce petit historique mis en place, et sans pouvoir le comparer à l'œuvre originale que je n'ai pas lu, il est temps pour moi d'évoquer cette adaptation en bande dessinée de Martine Muller et Jérome Lereculey.

Je dois avouer que j'ai eu un certain mal à m'impliquer dans ce récit. Tout d'abord, en raison d’ une rentrée en matière bien trop abrupte. Sans avoir eu le temps de se familiariser avec les lieux et le personnage, Martine Muller engage directement le lecteur à suivre un personnage dont on ne connait encore rien. Cela peut aisément se comprendre dans les intentions - Thomas Brutus étant lui-même dans l'obligation de suivre des inconnus - mais cela oblige tous les lecteurs à accepter cette même contrainte. Ce qui, pour ma part, n'a pas fonctionné. Ensuite, par moment, j'ai trouvé le dessin de Jérome Lereculey bien trop rempli, à moins que cela soit dû à la mise en couleurs de Lorenzo Pieri - qui prend par moment une trop grosse importante par rapport au dessin et dont les couleurs numériques semblent bien trop voyantes et foncées. Un raisonnement affirmé par un carnet de croquis – situé en fin d’ouvrage - qui montre très bien que Jérome Lereculey demeure un dessinateur très habile. D'ailleurs, le mini-format noir & blanc envoyé en amont renforce là encore cette impression de mauvaise colorisation.

Même si demeure une impression que tous passe bien trop vite et que les intentions des personnages restent trop peu développées, le récit, au fil des pages, arrive attiser notre curiosité. Une curiosité qui me permettra d'arriver à un final tenant toute ses promesses et qui, du coup, me laisse une impression somme toute positive.

 

La conclusion de

« Veillée funèbre » n'est pas une mauvaise bande dessinée - celle-ci possède un certain nombre d'atouts dans sa poche pour amener à la curiosité - mais l'album aurait certainement gagné à être décliné sur deux tomes et surtout en ayant bénéficié d’une mise en couleur plus agréable.

Que faut-il en retenir ?

  • La conclusion
  • des décors par moment impressionnant
  • le cahier graphique réservé à la première édition

Que faut-il oublier ?

  • Une mise en couleur pas très agréable à l'œil
  • un dessin par moment noyé sous les couleurs
  • des personnages peu développés

Acheter Veillée funèbre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Veillée funèbre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Vij

En savoir plus sur l'oeuvre Vij