75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
La Marque du destin >

Critique de la Bande Dessinée : La Marque du destin

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 22 mars 2009 à 19:56

Sale temps pour les Légendaires

Ténébris a-t-elle rejoint les légendaires pour de bon ? Quelques-uns des « Légendaires » préfèrent rester sur leur garde, dont Razzia qui, à son contact, se remémore un passé qu'il aurait aimé oublier. Mais, pour l'instant, cela n'est pas la préoccupation principale de nos héros qui naviguent vers l'île d'Erghyr pour essayer de sauver Shimy de sa très sombre destinée.

Voilà maintenant dix albums que nous suivons les « Légendaires». Il aurait été facile pour Patrick Sobral de ne rien toucher à une recette qui fonctionne très bien et ainsi, dans un but de satisfaction purement commerciale, ne jamais déstabiliser son lectorat. Pourtant, probablement afin de ne pas se lasser lui-même de sa série et afin d'apporter un peu de neuf à une formule, l'auteur décide avec ce dixième album de secouer un peu les fondements de sa série.

Légendaires T10

Avec cet album, aucun des « Légendaires » ne reviendra intact de l'aventure. L'auteur va même jusqu'à transformer l'un de ses héros en une réincarnation maléfique et, inversement, faire de Ténébris - jusqu'ici une adversaire - une alliée. Cet album surprend donc sur plusieurs points et un tel esprit d’initiative est, à mon avis, à saluer. D’ailleurs, ce courage est pour le coup amplement gagnant puisque « La marque du destin » devient de facto le meilleur album de la série. En y regardant de près, cet épisode disserte avec son (jeune) lectorat sur la notion de rédemption (avec Ténébris), ou bien encore montre – en utilisant un autre des légendaires - à quel point il est facile de s’égarer sur les chemins du Mal lorsque l'on est guidé par une mauvaise influence.

Si on dénote de grands chamboulements dans l'histoire, le dessin continue à se nourrir de la culture nippone. On retrouve donc un mélange d'Albator, de Cosmocats, de Jayce et les conquérants de la lumière, Dragon Ball, Chevaliers du Zodiaque et bien d'autres encore. Visuellement il n'y a pas beaucoup de changement, hormis l'apparition d'un peu de sang sur cet album, mais pas vraiment de quoi choquer des enfants habitués à bien pire.

70

« Le cycle d'Anathos : la marque du destin » est un album qui m'a énormément surpris… dans le bon sens. Patrick Sobral arrive ici à casser une formule qui lui a jusqu'ici réussi pour complexifier un peu son récit et y apporter du sang neuf. Il en ressort que ce dixième tome des légendaires est le meilleur de la série.

Critique de publiée le 22 mars 2009.

Que faut-il en retenir ?

  • personnage de Ténébris très intéressant
  • l'idée de rédemption
  • l'effet de surprise qui est ici réussie

Que faut-il oublier ?

  • par moment des cases un peu trop chargées

Acheter La Marque du destin en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Marque du destin sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !