75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Une ombre sur Whitechapel
Une ombre sur Whitechapel >

Critique du Jeu de société : Une ombre sur Whitechapel

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 24 février 2009 à 1815

Jack a dit "je suis visible (ou pas!)"

Les jeux duo, ou jeux à deux, forment à eux seuls un petit univers à part. Destinés presque essentiellement aux couples, ils doivent réunir dans leur structure des éléments aptes à satisfaire des goûts et des aptitudes ludiques souvent divergents. En effet, si, la plupart du temps, on se réunit autour d’une table de jeu avec des partenaires partageant les mêmes visions du jeu, il est très rare que l’on choisisse son conjoint pour ses préférences ludiques (quoique…).

Ces jeux se doivent donc de plaire au plus grand nombre, sous peine de rester assez confidentiels (cela n’empêche pas que certains jeux duo pour gamers soient très bons, comme CIA vs KGB, par exemple). Ils doivent être assez rapides, plutôt accessibles, tout en évitant de tomber dans le domaine du jeu d’apéritif, qui est tout autre chose. Mr. Jack, le jeu de Bruno Cathala et Ludovic Maublanc remplit parfaitement cet exigeant cahier des charges.

Les gamers ne risquent donc pas d’être épatés par la complexité des règles. De toutes manières, Mr. Jack assume son aspect jeu grand public par son design sympathique et ses illustrations de pur style « BD belge ». Mais qui dit grand public ne dit pas forcément simpliste, car Mr. Jack va torturer vos méninges sur une courte durée. 

C’est un jeu de déduction dans lequel les deux joueurs devront remplir des objectifs opposés. Ainsi, l’un des joueurs va interpréter Mr Jack, alors que l’autre va prendre le rôle de l’Enquêteur. Le but de Mr. Jack est de tenir 8 tours de jeu sans être arrêté ou d’arriver à fuir le plateau par l’une des quatre sorties. L’autre joueur va devoir, bien entendu, arrêter Mr Jack… après l’avoir identifié parmi huit suspects. Comment faire ?

Le système est à la fois très simple et sacrément futé. A chaque tour, chaque joueur peut activer quatre personnages tirés au sort dans la pile. L’activation va se faire de manière alternée - pour trouver un équilibre tous les deux tours. Par exemple, au tour 1, l’enquêteur va activer en premier un personnage choisi parmi les quatre posés face visible. Ensuite, Mr. Jack active les deuxième et troisième personnages. Et enfin, l’enquêteur finit le tour avec le personnage restant. Au tour 2, les quatre personnages restant dans la pile sont alors dévoilés face visibles et c’est cette fois-ci Mr. Jack qui a l’honneur de commencer. On obtient ainsi :

(1)XYYX(2)YXXY(3)XYYX(4)YXXY, etc. (X et Y étant l’enquêteur et Mr. Jack). Un balancement qui assure presque un parfait équilibre des parties.

Comme je le disais plus haut, le but de l’enquêteur est d’identifier et arrêter le coupable (il peut accuser au hasard, mais bon, s’il se trompe, il a perdu la partie). Il va devoir donc, comme dans un Cluedo, procéder par déduction et élimination. Pour ce faire, il va utiliser le système de témoignage. Effectivement, il faut savoir qu’un personnage qui, à la fin d’un tour, se trouve à coté d’un réverbère allumé ou d’un autre personnage, est déclaré comme « visible ». A la fin d’un tour, le joueur interprétant Mr. Jack doit déclaré si le coupable (un des 8 personnages, tiré au sort au début du jeu) est visible ou non. En fonction de sa réponse,  l’enquêteur peut innocenter des personnages en retournant leurs pions. Et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il soit certain de l’identité de Mr. Jack. Enfin, un fois ceci fait, il doit utiliser les autres personnages pour l’arreter en le rejoignant sur sa case.

Comme vous pouvez le voir, la mécanique est vraiment simple et pourrait aisément se suffire à elle-même. Cependant, Bruno Cathala et Frederic Maublanc ont décidé de pimenter un peu le jeu via l’utilisation des personnages. En effet, chaque personnage, en plus de sa capacité de déplacement, possède une spécialité. L’un peut traverser les murs, l’autre déplacer les décors mobiles du plateau (réverbère allumés, bouches d’égout, barrière de police) etc… A chaque joueur de bien utiliser les capacités spéciales de ces personnages pour arriver à ses fins.

En ce qui concerne la difficulté, on peut noter que le jeu ne présente pas un contrôle total. On ne situe pas dans le domaine des échecs ou du go, mais dans celui du loisir. L’aspect aléatoire est donc bien présent, via le système d’activation de personnages qui sont piochés dans une pile face cachée. Mais attention, la situation reste en permanence gérable. Le hasard peut vous compliquer un peu les choses, mais, en général, toute victoire ou défaite sera le fruit de votre réflexion (la tâche est un peu plus ardue pour le joueur qui incarne Mr. Jack).  Enfin, si la variété des personnages et le système de tirage favorise un renouvellement des parties, le jeu n’évite pas une certaine sensation de répétition – et de lassitude – si l’on y joue trop souvent (en jeu video, on dirait que Mr. Jack est un jeu de Casual Gamer- joueur occasionnel).

Une fois n’est pas coutume, je vais terminer ma critique par une petite revue du matériel. Comme je le disais plus haut, la cosmétique lorgne vraiment vers un style bande dessinée de style « belge ». C’est vraiment mignon, même si cela évoque peu l’univers sombre de Jack l’Eventreur. Les personnages sont représentés par de très solides cartes cartonnées (vous pouvez même les confier à votre enfant de 5 ans, je suis sur qu’elles supportent les morsures et autres agressions !) et les pions sont bien épais. Bref c’est de la bonne qualité, tout comme le livre de règles (en sept langues !), très clair et bien illustré. Par contre, la boîte est beaucoup trop profonde et se révèle trompeuse sur la quantité de matériel contenue (vous savez, comme ces pots de yaourts avec leur fond trafiqué pour nous tromper sur leur contenance).

La conclusion de

Mr. Jack est vraiment un bon petit jeu, idéal pour les duos de joueurs occasionnels et très récréatif pour les gamers. Le matériel est de bonne qualité, le système et la difficulté bien pensés. Bref, je comprends vraiment que ce jeu connaisse un tel succès.

Que faut-il en retenir ?

  • Mignon comme tout
  • Très accessible, bon dosage de la difficulté
  • Pour tout public

Que faut-il oublier ?

  • A consommer avec modération
  • La boîte, un peu pleine de vide

Acheter Une ombre sur Whitechapel en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Une ombre sur Whitechapel sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Jack L'Eventreur

En savoir plus sur l'oeuvre Jack L'Eventreur