75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Livre : Le Corbeau et autres Poèmes
Le Corbeau et autres Poèmes >

Critique du Livre : Le Corbeau et autres Poèmes

Avis critique rédigé par Maximilien S. le mercredi 11 février 2009 à 2036

NEVERMORE

On connaît l'Edgar Allan Poe noveliste. On voit l'influence de ses histoires grotesques et sérieuses dans une bonne partie de la production littéraire et cinématographique contemporaines. On connaît pourtant moins l'Edgar Poe Poète, dont on limite souvent l'oeuvre au Corbeau. Et vous m'en voyez fort marri.Le corbeau et autres poèmes se lit en l'espace d'une heure et demie, il s'agit de 29 poèmes assez courts assortis d'une scène de théâtre. Personnellement, il m'aura fallu quelques mois pour tout lire, tant je savourai le moindre vers. Autant vous l'avouer derechef, le présent papier se place sous le signe de la dithyrambe !

Le style de Poe en poésie explique son succès populaire et l'enthousiasme plus mesuré des universitaires. L'auteur écrit généralement en pentamètres iambiques (c'est à dire, pour les heureux non-initiés, à des vers de cinq pieds au rythme binaire, soit le schéma type des poésies antiques et anglo-saxonnes) aux rimes plates. Par exemple, cet extrait de La Dormeuse :

And, softly dripping, drop by drop,

Upon the quiet mountain top,

Les syllabes accentuées sont en gras.

Ce schéma type donne d'habitude naissance à d'affreux poèmes rachitiques et bancals ; seulement le poète est un orfèvre du Verbe et parvient à distiller une densité poétique tout à fait hallucinante (et hallucinée) à ses vers. Les thèmes qu'il aborde sont les piliers du romantisme noir, hérités de la littérature  gothique qui connaissait alors un renouveau aux Etats-Unis. Fantômes, amours éternelles et condamnées, folie, décrépitude, perte de l'être aimé, etc.

Pour peu que l'on soit sensible à cette esthétique, on se laisse tout de suite bercer, puis emporter par la rage et la puissance des mots du Poe-ète. A ce sujet, les traductions des sieurs Charles Baudelairee et Mallarmé, grands parmi les grands, m'ont laissé quelque-peu sceptique. Attention, c'est bien traduit (Mallarmé collant le plus au sens, à mon avis), seulement, toute magie disparaît, pour la simple raison que le système métrique français n'a strictement rien à voir avec le système greco-latin qu'empruntèrent les Britanniques. Seul François Rollinat, poète du XIXeme également,  s'essaya à restituer quelque-chose de la forme. Quel dommage qu'il n'ait traduit que le Corbeau.

Illustrons tout cela avec des morceaux choisis.Le Corbeau, poème au succès interplanétaire, narre le malheur d'un jeune étudiant aux prises avec un nocturne et volubile volatile, un corbeau. Le poème est écrit à l'envers métriquement parlant. Poe accentue ses vers de manière impaire de façon systématique, ce dont il se montre extrêmement fier dans sa préface. L'effet est garanti : on plonge immédiatement dans un songe  bizarre. Quelque-chose ne va pas.  D'ailleurs, l'excellente traduction de l'oublié Rollinat nous le rappelle :

Vers le sombre minuit, tandis que fatigué

J'étais à méditer sur maint volume rare

Pour tout autre que moi dans l'oubli relégué,

Pendant que je plongeais dans un rêve bizarre,

Le Corbeau, oiseau de mauvaise augure s'il en est, vient se percher sur le buste d'Athéna, recouvrant ainsi symboliquement la sagesse du noir manteau de la mort, et prononce le mot : Nevermore (jamais plus). Ce qu'il continuera à répéter tout au long du poème, et qui en constitue la dynamique, car notre jeune romantique va interpréter lui-même la parole du  Corbeau, en l'associant à la mort de sa bien-aimée. Un voyage dans les affres de l'amour sacrifié, de l'affliction, de la folie et de la perversité masochiste (du démon de la perversité, pour reprendre le nom d'une de ses nouvelles).

Dans des poèmes plus légers, Poe chante la beauté d'une jeune fille, dans d'autres il nous fait frémir en évoquant maladies, châteaux en ruines, tout est d'une symbolique aussi simple que gracieuse. On lui doit dans ce recueil le poème qui influença tellement Howard Phillips Lovecraft, The city in the Sea, où Poe décrit une cité cylopéenne enfouie sous les mers, une monstruosité tout en minarets, tours et colonnes, qui devra un jour remonter à la surface des flots tel l'Enfer Hell, rising from a thousand seas, shall do its reverence. C'est la R'lyeh de Howard Phillips Lovecraft, c'est la vision la plus noire de l'Atlantide, c'est tout ce qu'on enfouit au fond de notre inconscient et qui un jour devra refaire surface et balayer ce qui nous reste de santé mentale.

Esthétiquement merveilleux, d'une richesse thématique et lexicale à revoyer Aloysus Bertrand, notre poète gothique national, dans les abysses de ces milliers d'Océans que nous évoque Poe.

 

La conclusion de

Je terminerai par dire qu'il s'agit tout simplement d'un des plus fabuleux recueils du patrimoine mondial, un maelström de couleurs et de visions de folie, de métaphores possédées et de rimes implacables. Et quelle douceur, et quelle densité poétique ! L'oeuvre, autant héritée que fondatrice, n'a cessé de me hanter jusqu'ici, et vous hantera également si vous osez seulement y plonger le regard.

Que faut-il en retenir ?

  • C'est tout simplement du génie.

Acheter Le Corbeau et autres Poèmes en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Corbeau et autres Poèmes sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Corbeau

En savoir plus sur l'oeuvre Le Corbeau