75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Le Monde du fleuve
Le Monde du fleuve >

Critique du Roman : Le Monde du fleuve

Avis critique rédigé par Lujayne M. le lundi 9 février 2009 à 1018

L'éternité, c'est long, surtout vers la fin...

Un jour, en zappant, je suis tombée sur le téléfilm "Riverworld", tiré de la série éponyme de Philip José Farmer. Et le sujet m'ayant vraiment plu, je m'étais promis de lire un jour les romans. Eh bien, ce premier tome m'a particulièrement enthousiasmée !

Imaginez que tous les hommes, de la préhistoire au XXIe siècle, se réveillent, après leur mort, le long d'un fleuve gigantesque, toutes époques confondues. Agés de 25 ans, en parfaite santé. Mozart peut cotoyer César, Gandhi ou encore Hitler... Qui les a ressuscités ? Pourquoi ? Comment ? Et, la nature humaine étant ce qu'elle a toujours été, que vont-ils faire ?

Nous suivons ici Richard Burton, pas l'acteur, mais l'explorateur qui tenta de remonter aux sources du Nil. Cet aventurier infatigable s'est réveillé, juste avant sa "résurrection", dans un curieux endroit où des millions de corps flottaient dans le vide. Il décide alors de remonter aux sources du Fleuve, pour connaître le fin mot de l'histoire.

Ici, les humains n'ont pas à se préoccuper de travailler pour se nourrir : les repas leur sont fournis trois fois par jour par de curieuses machines, les "graals". Nourriture, mais aussi tabac, alcool et drogue leur sont ainsi gracieusement donnés. Du coup, que leur reste-t-il à faire ? Il faut bien employer son temps : sexe et lutte pour le pouvoir commencent alors sur les rives du Fleuve. D'autant que la mort n'est que provisoire...

Le héros est particulièrement bien choisi. Durant sa vie terrestre, cet infatigable baroudeur polyglotte n'a-t-il pas été le premier à infiltrer les communautés les plus diverses ? Sans compter sa traduction du Kama-Sutra...

La conclusion de

Autant le dire tout de suite, j'ai été scotchée du début à la fin. Non seulement le sujet est très intéressant et particulièrement prometteur, mais en plus c'est particulièrement bien écrit et inventif. Même si c'est, il est vrai, très pessimiste sur la nature humaine... Le monde décrit est impressionnant : un fleuve gigantesque serpentant sur une planète entière, des milliards et des milliards d'êtres humains rassemblés sur ses rives, aussi bien les héros que les plus vils criminels...

Que faut-il en retenir ?

  • l'idée !
  • le style

Que faut-il oublier ?

  • très pessimiste tout de même !

Acheter Le Monde du fleuve en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Monde du fleuve sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Fleuve de l'éternité

En savoir plus sur l'oeuvre Le Fleuve de l'éternité