75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Lilliputia >

Critique du Roman : Lilliputia

Avis critique rédigé par Manu B. le vendredi 26 décembre 2008 à 09:15

Lilliputia

"Nul ne sait pourquoi Elcana était Elcana. Pourquoi il avait une si petite taille et un si étrange porénom. Sa hauteur fait l'objet de ce roman. Parlons d'abord du prénom..."
Elcana a une histoire qui trouve ses racines en Europe de l'est, où il naquit, où il passa son enfance et où il grandit, pas très longtemps, mais il grandit un peu. Alors qu'il atteint sa taille adulte, il ne mesurait pourtant pas plus que la moitié d'un homme normal. Il dut partir, car c'est le lot de tous les meurtriers. Il fut ensuite "recruté" pour participer à une grande expérience, pour rejoindre la ville où tous les gens sont comme lui, la ville des petits gens: Lilliputia. Il devint sapeur pompier mais quand on fait partie des soldats du feu, on est au courant de beaucoup de choses sur l'histoire du parc, car Lilliputia n'est pas seulement une ville: c'est aussi un parc d'attractions où Elcana et ses semblables sont comme des poupées animées...
Xavier Mauméjean, diplômé en philosophie et science des religions, est un auteur atypique. Il a commencé à être publié en 2000 avec mémoires de l'homme-éléphant, déjà récompensé par un prix. Il est ensuite remarqué pour ses romans dont la ligue des héros (Prix Bob Morane 2003), puis la Vénus anatomique (Prix Rosny Ainé en 2005), car je suis légion. Il collabore ensuite avec Johan Heliot pour Samouraï city et ils ont ensemble gagné le Grand Prix de l'imaginaire avec Bloodsilver sous le pseudo de Wayne Barrow. Lilliputia est son dernier roman est toujours aussi atypique dans la collection Interstices de Calmann-Levy. Focus.
On s'intéresse ici aux pérégrinations du jeune Elcana, dont la taille n'affecte pas la grandeur de son courage. Il fait partie des petits gens, des nains qui ont la particularité d'être proportionnellement équivalents aux humains de taille normale: des lilliputiens. Il s'agit de personnes mais à échelle réduite, ce qui en fait des êtres uniques, une sacrée manne pour Reynolds et Gumpertz, les propriétaires du parc Dreamland. Et dans cette ville, tout est adapté à la taille des lilliputiens: maisons, rues, voitures et autres. Dans la caserne de pompiers où Elcana a trouvé du travail, tout le matériel s'adapte parfaitement à leurs petites mains. Alors évidemment, tout pourrait être un paradis pour ces êtres si de nombreux secrets concernant l'histoire du parc ne venaient ternir le climat. Et Elcana, qui n'a pas une once d'imagination, a, par contre, beaucoup de bon sens. Il sent rapidement le malaise et va devenir un leader naturel et s'opposer au vrai maître des lieux: SEBASTIAN.
Lilliputia est un roman dans lequel on a du mal à s'immerger immédiatement. L'histoire se déroulant avant l'arrivée à Lilliputia est un peu confuse et on nage dans une drôle de brume scénaristique; elle se dissipe ensuite à Coney Island. Une fois Elcana sur l'île, Xavier Mauméjean se repose sur de solides références historiques qu'il détourne, transforme, modèle à sa sauce pour en faire un outil à sa main. Les parcs de Coney Island, Luna Park, Dreamland et Steeplechase Park ont bel et bien existé. Le Steeplechase Park a brûlé en 1907, sur fond social et économique assez louche. Une fois Elcana enrôlé dans la caserne des pompiers, le roman démarre vraiment. Les références sont nombreuses et l'auteur semble s'amuser pour nous montrer la vie à Lilliputia, les rapports de force entre le conseil municipal, les gangs, la milice des grands; avec des personnages charismatiques tels la princesse schizo "two-face", la chef des majorettes blonde à forte poitrine et aux dents longues, le chef de la milice, le chef de gang underground, le pyromancien capable de prévoir les incendies, Mongo, et j'en passe. Le roman monte indiscutablement en puissance où la dernière partie est un passionnant voyage sur tous les parcs de l'île. Le dénouement est magnifique.

75

Après un début assez poussif, Lilliputia prend son rythme et devient plus passionnant à mesure que les révélations apparaissent. Le dénouement est époustouflant. Xavier Mauméjean fait preuve une fois de plus de l'imagination la plus débridée, à la limite des genres.

Critique de publiée le 26 décembre 2008.

Acheter Lilliputia en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Lilliputia sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !