75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Vinyan
Vinyan >

Critique du Film : Vinyan

Avis critique rédigé par Sylvain T. le jeudi 25 septembre 2008 à 0122

Un film qui dérange ?

Film français, belge et anglais, Vinyan est le film choc de la rentrée 2008. Trois ans après la catastrophe du Tsunami en Thaïlande, Fabrice Du Welz se risque au film retraçant l’horreur, en y ajoutant une touche de surnaturel. Convaincant ?
« Incapables d'accepter la perte de leur fils dans le Tsunami de 2005, Jeanne et Paul sont restés vivre en Thaïlande. S'accrochant désespérément au fait que son corps n'a pas été retrouvé, Jeanne s'est persuadée que son enfant a été kidnappé, dans le chaos qui suivit la catastrophe... qu'il est encore vivant. Paul est sceptique, mais ne peut pas briser le dernier espoir de sa femme. Le couple va alors embarquer dans une quête qui les plongera au fin fond de la jungle tropicale, au sein d'un royaume surnaturel où les morts ne sont jamais vraiment morts... »

18977027_w434_h_q80
L’obscurité ambiante de la salle de cinéma laisse place au générique d’ouverture de Vinyan. Troublant, et pourtant terrifiant, j’assiste à la noyade de plusieurs enfants, criant, appelant leurs parents, cherchant désespérément une porte de sortie. Puis peu à peu, l’eau devient un océan de sang, laissant le silence régner en maitre. Voyage mental entre Emmanuelle Béart et Rufus Sewell, Vinyan est avant tout un film doté d’une atmosphère lourde, prenante, qui ne laisse pas de marbre. Mais rapidement, le couple va se perdre dans cette catastrophe qui n’avait vraiment pas besoin d’un film retraçant les méandres d’une aventure psychologique entre la vie et la mort. Le problème qui vient tout de suite à l’esprit, c’est le manque d’implication des acteurs. J’ai l’impression qu’ils ne sont pas là, ils ne parviennent pas à nous transporter dans l’univers du film. Multipliant les effets de styles et les prises de vues dramatiques sur la situation désastreuse qu’est la perte d’un enfant, Emmanuelle Béart, incarnant un personnage de plus en plus fou au fil des minutes, ennuie plus qu’elle n’intéresse. On a du mal à suivre l’actrice puisqu’elle se force en sur-jouant une femme en proie à la douleur mentale…
Malgré une scène d’introduction projetant le spectateur en cœur même du drame qui se joue devant leurs yeux, l’histoire ne démarre pas, elle patauge dans ses détours scénaristiques qui n’ont parfois rien à voir avec le scénario principal. La fin désastreuse, notamment parce que le réalisateur ne sait visiblement pas où il va. Il nous livre en effet une scène finale qui ne répond pas à toutes les questions du film, et laisse le spectateur dans l’expectative d’une œuvre non-finie. Mais ce qui sonne le glas de Vinyan, ce sont les scènes d’horreur cherchant à choquer le spectateur plus qu’à l’intéresser, devant le thème du film, on se demande réellement si ce n’est pas déplacé d’avoir mis ce genre de choses dans le scénario. Rien de plus à dire, merci d'avoir payé, et à la prochaine !

La conclusion de

Dérangeant, Vinyan est un film raté. Difficile de porter un jugement positif à l’œuvre qui m’a été présenté. Ambitieux ? Sans aucun doute. Désastreux ? Également, la question que l’on se pose maintenant, c’est est-ce qu’il fallait vraiment aller si loin pour profiter de la catastrophe de fin 2005 ?

Que faut-il en retenir ?

  • Emmanuelle Béart toujours aussi belle
  • L'introduction

Que faut-il oublier ?

  • Le scénario en entier
  • Scènes chocs dérangeantes
  • Les acteurs catastrophiques

Acheter Vinyan en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Vinyan sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+