75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : The Clone Wars
The Clone Wars >

Critique du Film d'animation : The Clone Wars

Avis critique rédigé par Vincent L. le vendredi 22 août 2008 à 1121

Sans grand intérêt, mais distrayant…

Et un de plus ! Décidément, on peut dire que George Lucas aura exploité jusqu’au bout le filon de sa prélogie. Pourtant, au vu de la qualité plus que moyenne des premiers épisodes, on pouvait se dire qu’il allait faire profil bas et surtout arrêter de dénaturer sa trilogie par des projets vaguement artistiques, mais dont l’objectif financier ne saurait être caché. Dernier filon en date, la série télévisée La guerre des clones, de Genndy Tartakovsky, qui, après deux saisons de bons et loyaux services se retrouve catapultée au cinéma, le dessin étant ici remplacé par une 3d commercialement plus rentable. Objectif du projet : raconter aux spectateurs la fameuse guerre des clones et ainsi faire le lien entre l'épisode 2 et l'épisode 3.
Le choix de cette période est pourtant malheureux, et ce surtout dans le cadre d’un long-métrage. Si la chose passait aisément dans le format court de la série, son passage cinématographique ne se fait pas sans heurt. En effet, dans la mesure où tout le monde, ou presque, sait ce qui va se passer par la suite, le film est amputé de toute puissance dramatique. Anakin, Obi Wan, Yoda, Amidala, Palpatine, Dooku, tous sont présents dans La revanche des Sith. Impossible, donc, de se dire qu’il puisse leur arriver quelque-chose, le film, fatalement, s’en trouve privé de tout suspens et de tout véritable enjeu.


Vis à vis de son histoire, cet opus cinématographique n’a strictement aucun intérêt. En effet, à l’instar des films et de la série animée, Clone Wars se destine essentiellement a un public jeune, enfantin, bien évidemment pas encore prêt à regarder sur grand écran les horreurs de la guerre. La guerre des clones, c’est ainsi un grand moment de cinéma privé de toute tension dramatique : les méchants sont des robots crétins, les gentils tellement désincarnés sous leurs armures qu’ils sont traités comme des machines et les personnages principaux ne peuvent en aucun cas mourir étant donné qu’ils se trouvent dans les épisodes suivants. La fameuse guerre des clones perd ainsi pas mal de sa superbe. On l’imaginait plus glauque, moins souriante, mais au final, on se trouve dans un esprit enfantin proche de celui de l'épisode 2, plongés dans une guerre visiblement menée par des débiles (il faut voir les tenants et aboutissants de l’histoire pour croire qu’un quelconque génie du mal puisse se trouver derrière !).
Visuellement, le film est très en accord avec ce concept. Optant pour une 3d enfantine aux couleurs criardes, Clone Wars s’offre un petit visuel cartoonesque qui risque d’en refroidir plus d’un. Les divers personnages se voient ainsi modélisés avec des traits beaucoup plus marqués que dans le dessin-animé originel ; le plus ennuyeux, à ce niveau, se situerait plutôt dans leur excessive rigidité : les personnages, qui ne possèdent maximum que deux expressions chacun, ne cassent pas vraiment des briques question charisme. Mais ce sera surtout la piètre qualité de l’animation qui risque de réellement décevoir : passé cet été après Kung Fu Panda et Wall-E, Clone Wars fait bien pâle figure avec son animation totalement dépassée qui s’avère être particulièrement laide par certains moments.

Et pourtant, malgré tout ça, Clone Wars arrive tout de même à fonctionner ! Peut-être parce que le projet se révèle être modeste, peut-être parce que les maladresses inhérentes à la saga passent mieux dans un film d’animation que dans un film live, le long-métrage n’ennuie pas et s’avère même être très distrayant ! La réalisation de Dave Filoni relève ainsi le niveau général en offrant au film un rythme et une cadence ne souffrant d’aucun temps mort, et pour cause, le scénario enchaîne les scènes d’action sans laisser le temps au spectateur de se poser des questions. Bien plus à l’aise dans la représentation des scènes d’action que ne peut l’être George Lucas, Filoni offre ainsi au spectateur des batailles lisibles et rythmées, bien mises en valeur par la très bonne bande-originale de Kevin Kiner dont le travail, bien que très éloigné de l’esprit symphonique de John Williams, s’avère être très efficace.
Enfin, le film est rythmé par un humour cartoonesque qui, bizarrement, fonctionne. Ainsi, si les réactions et les dialogues des robots débiles mentaux ne seraient jamais passés en film live, ils s’avèrent être, dans le cadre de Clone Wars, assez savoureux et offrent finalement de très bon moments.

La conclusion de

Film scénaristiquement sans autre objectif que celui d’amasser des bénéfices, Clone Wars n’a strictement aucun intérêt dans le cadre de la saga Star Wars, d’autant qu’il s’avère être technologiquement dépassé d’au moins plusieurs années. Néanmoins, grâce à sa mise en scène énergique, le film s’avère pourtant être plaisant et distrayant. Ceci étant dit, force est de reconnaître qu’une sortie cinéma n’était pas forcément utile et qu’un film direct to dvd aurait clairement suffit.

Que faut-il en retenir ?

  • Une réalisation rythmée,
  • Une bande originale innovante,
  • Un humour qui fonctionne,
  • Pour le capital sympathie de la saga.

Que faut-il oublier ?

  • L’animation, datée et dépassée,
  • L’histoire, sans aucun intérêt,
  • Aucun puissance dramatique,
  • Aucun intérêt pour la saga.

Acheter The Clone Wars en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Clone Wars sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars

En savoir plus sur l'oeuvre Star Wars