75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Prom Night - Le bal de l'horreur
Prom Night - Le bal de l'horreur >

Critique du Film : Prom Night - Le bal de l'horreur

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 29 juillet 2008 à 2249

L’histoire du tueur qui ne regarde pas sous le lit…

Les producteurs hollywoodiens sont-ils tant en mal d’inspiration qu’ils en sont amené à remaker des films mineurs des années quatre-vingt ? Le bal de l’horreur tendrait malheureusement à répondre par l’affirmative à cette question. Seul point positif, on ne craint pas de voir le film original massacré par un remake insipide lorsque le modèle est lui-même une œuvre médiocre.
Prom night, petit slasher surfant sur la mode de Vendredi 13 et de Halloween nous narrait une sombre histoire de vengeance se déroulant en plein milieu d’un bal de fin d’année. Peu connu, généralement catégorisé comme navet par celles et ceux qui l’ont vu, Prom night reste donc avant tout un film très mineur qui ne sort du lot que par la présence au générique de Jamie Lee Curtis et de Leslie Nielsen. C’est donc dans une indifférence généralisée qu’est sorti ce remake.


Passons sur les différences minimes dans le traitement de l’histoire, sur le fond, le thème reste le même : un massacre lors d’un bal de promo. Mais là où l’original mettait en scène la vengeance d’un individu contre un groupe d’adolescents, le remake se focalise sur l’amour qu’a un tueur psychopathe pour une jeune midinette. Probablement pédophile – même si ce n’est jamais dit, les dates font qu’il en tombe amoureux quand elle a treize ans – ce tueur à la psychologie de comptoir fonctionne finalement comme une véritable machine à tuer : il est aux bals de promo ce que Jason Voorhees est à Crystal Lake. Peu importe les raisons qui le poussent à agir, il va décimer, pour le plaisir, celles et ceux qui vont croiser son chemin. Parfois, quand J.S. Cardone est en forme, il trouve une raison intrinsèque au meurtre, mais bien souvent, il ne s’ennuie pas de ces points de détails : les spectateurs ne sont-ils finalement pas venu voir de l’hémoglobine ?
Problème : de l’hémoglobine, il n’y en a finalement pas tant que ça. Une ou deux gerbes de sang éclaboussant un mur tout au plus pour les meurtres les plus sanglants, le reste étant filmé de nuit ou hors-champ. Et c’est justement là que le bas blesse : vu le peu d’intérêt du scénario, il aurait fallu compenser avec une bonne dose de gore, voire un soupçon de suspense. Mais à ce niveau, l’échec est également de mise. Le film souffre ainsi du même syndrome que le récent 2ème sous-sol : on suit un tueur qui ne veut faire aucun mal à l’héroïne. Du coup, vu qu’elle ne se trouve à aucun moment en danger, la totalité des scènes se centrant sur elle tombe à plat.

C’est ainsi que le film s’avère être particulièrement pénible à suivre. En dehors des six meurtres qui ponctuent le long-métrage, on suit ainsi d’une part une bande d’adolescent de vingt-cinq ans et leurs interrogations tellement passionnantes sur la vie (quelles université choisir ? l’amour ou les études ? comment vont-ils se revoir quand ils seront aux quatre coins du pays ?) et d’autre part les efforts des mongols de la police locale pour retrouver le tueur.
Techniquement, Le bal de l’horrreur fait énormément penser aux films de la lignée des Scream-like. Le budget se voit à l’écran, ce n’est jamais cheap et les acteurs, sans être transcendants, s’avèrent relativement convaincants dans leurs personnages sans saveurs. C’est peu, mais c’est déjà ça…

La conclusion de

Accrochez-vous bien à votre siège avant de regarder ce film, car vous risquez d’en tomber en vous endormant ! Remake d’un slasher mineur des années quatre-vingt, Le bal de l’horreur peut se vanter d’être plus mauvais que son modèle pourtant pas très glorieux.

Que faut-il en retenir ?

  • Tient le coup techniquement,
  • Acteurs pas forcément mauvais.

Que faut-il oublier ?

  • Histoire basique,
  • Scénario incohérent,
  • Dialogues longuets et sans intérêt,
  • Personnages fades,
  • Meurtres ratés,
  • Jamais angoissant.

Acheter Prom Night - Le bal de l'horreur en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Prom Night - Le bal de l'horreur sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le bal de l'horreur

En savoir plus sur l'oeuvre Le bal de l'horreur