75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Monstrueux >

Critique de la Bande Dessinée : Monstrueux

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 15 juin 2008 à 19:14

Post-apocalypse now

Petit à petit, la communauté arrive à s’habituer à sa nouvelle vie carcérale qui, selon toute apparence, semble la protéger de la menace extérieure causée par les Zombies. Conscient qu’un excès de prudence n’est jamais préjudiciable, Rick - accompagné de Glenn - décide de mener une dernière expédition à l’extérieur afin de récolter de l’essence - qui pourrait se trouver être nécessaire pour fuir, en cas de dernier recours. C’est au cours de cette sortie qu’ils aperçoivent un hélicoptère dans le ciel qui finit par s’écraser non loin d’eux. Rick retourne à la prison pour avertir ses compagnons puis s’empresse de repartir secourir les survivants du crash.
Robert Kirkman, conscient qu’il faut renouveler les enjeux faute de se répéter, décide d’amener à ce cinquième tome de Walking Dead une nouvelle communauté de survivants, mais qui aurait évolué différemment du groupe que nous suivions jusqu’ici. Cette situation lui permet aussi de rendre hommage à des films post-nuke en apportant un côté Mad Maxien (l’essence rare) et le lot de jeux morbides pour occuper la foule, comme pour New York 1997. Il faut signaler cependant que Robert Kirkman va encore plus loin dans le sadisme puisque les cadavres sont ici destinés à nourrir les Zombies et assouvir leur appétit de chair fraîche.


Si ce cinquième tome n’est pas forcément le plus gore de la série, Robert Kirkman joue sur une violence plus morale, et il va même jusque très loin dans ce domaine. En montrant des êtres humains réduits à un état pire que celui des zombies pour survivre, Kirkman jette un regard assez négatif sur la nature humaine, lui faisant faire un bond en arrière et renaitre la sauvagerie romaine et ses jeux. Les 140 pages de récit, une fois encore, sont délivrées sans temps mort et se terminent sur une attente qui va être douloureuse pour tous les lecteurs tant, dans le dénouement, le suspense est à son apothéose.
Côté Dessin Charlie Adlard conserve son style réaliste et noir & blanc. Un style qui a déjà fait ses preuves, demeure toujours aussi efficace et contribue grandement à instaurer un type d’atmosphère bien particulier. À noter ici quelques moments assez durs capables de choquer certains lecteurs, car dépassant le simple statut de "gore".

92

« Walking Dead » demeure la série du moment ! Toujours aussi palpitant, ce cinquième tome va même encore plus loin dans sa violence puisqu’elle devient morale. Cette bande dessinée réalisée sans compromis donne ses lettres de noblesse à l’horreur dessinée. Interdit aux âmes sensibles !

Critique de publiée le 15 juin 2008.

Acheter Monstrueux en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Monstrueux sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Walking Dead