75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Les contes du boudoir hanté >

Critique de la Bande Dessinée : Les contes du boudoir hanté

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 10 juin 2008 à 14:40

Histoire de fantômes chinois

Il était une fois en chine, il y a à peu près 400 ans, 2 jeunes et belles femmes, Qian et Nie, qui ont en commun d’être mortes et sous l’emprise d’une femme démoniaque. Elles ont pour mission, la nuit venue, de séduire des hommes puis de les assassiner afin de nourrir leur maîtresse. Seulement voilà, un jour Nie tombe sous le charme de Ning Caichen, une victime désignée. Mais cela n’empèche pas la créature pour qui elles œuvrent d’espèrer de goûter au charmant jeune homme.
« Les contes du Boudoir hanté » complète la nouvelle collection Ex-Libris dirigée par Jean David Morvan. Il fait donc suite au très bon « Au bord de l’eau», au « Dieu singe » et sort en parallèle à « la légende de Beowulf » la seule des quatre histoires ne s’inspirant pas de légendes asiatiques..
Jean David Morvan pour ce troisième Ex-Libris adapte ici une des nombreuses nouvelles des « Contes étranges du studio du bavard » ou encore « Chronique de l’étrange », écrit par Pu Songling. Ces récits sont loin d’être inconnus, ainsi, depuis 1954 ils ont fait l’objet de plusieurs adaptations cinématographiques. D’ailleurs, parmi celles-ci, l’œuvre la plus célèbre s’inspirant de Pu Songling est « Histoire de fantômes chinois », un film de Tsui Hark. « Les contes du Boudoir hanté, volume 1 » amène les lecteurs dans une fable romantique contant une histoire d’amour entre un esprit esclave et un être vivant. Jean David Morvan ne laisse apparaître aucun temps mort dans le récit, il se dégage ainsi une ambiance merveilleusement soignée et beaucoup de lyrisme. Cependant, malgré ses qualités indéniables, il subsiste un regret de « trop court », la lecture se termine bien trop vite, les dialogues étant pas fréquents, les cases grandes et espacées. Au bout de 20 minutes, on se retrouve à la fin des 48 pages de la bande dessinée.


Jean David Morvan est allé chercher les services de la dessinatrice chinoise – mais vivant en Grande-Bretagne - Yishan Li pour illustrer cette aventure. Le trait de la dessinatrice de même que ses couleurs correspond assez bien à l’histoire et contribue au lyrisme souhaité par la nature du récit. Par contre, on pourra lui reprocher quelques erreurs au niveau des proportions morphologiques humaines ainsi qu’un manque de détails dans les décors - avec souvent de grandes cases quasiment vide dans les arrières plans.

65

« Les contes du Boudoir hanté » est un premier chapitre fort sympathique, mais non dénué de défauts. Entre autres ; une lecture bien trop rapide qui passerait bien pour un petit format style manga, mais qui demeure assez rédhibitoire pour un grand format de 48 pages tel que celui-ci.

Critique de publiée le 10 juin 2008.

Acheter Les contes du boudoir hanté en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les contes du boudoir hanté sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !