75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de cartes : Oui, Seigneur des Ténèbres [2007], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le samedi 3 mai 2008 à 10h41

Quand Il était une fois rencontre Munchkin...

Initié par le succès du vénérable Il était une fois, les jeux dit “narratifs” sont restés en boutique assez rarissimes. Moins accessibles au grand public que les jeux de plateaux ou de cartes classiques, ce style de jeu demande à ses participants de raconter une histoire à partir d’éléments imposés (généralement des cartes illustrées). Quelque peu élitiste – réservé à ceux qui ont la tchatche ou les références requise – les jeux narratifs se sont donc souvent imposés comme antinomiques des les jeux “familiaux”. Oui Seigneur des ténèbres ! reprend ce bon vieux principe du jeu narratif, mais en tentant de le rendre plus accessible, plus grand public. Le pari est-il réussi ? loin de là... pourtant, le jeu s’avère loin d’être mauvais.


Rigor Mortis, seigneur des ténèbres squelettique et machiavélique, est le plus cruel et le plus puissant génie du mal. Dominer le monde ? il y pense tous les matins en se rasant… Malheureusement, Rigor Mortis est entouré des serviteurs les plus pitoyables et les plus incapables du monde : vous ! Dernièrement, votre maître vous a confié une mission capitale, mission que vous avez lamentablement fait échouer. Il faut maintenant expliquer à Rigor Mortis la raison de ce fiasco, et l’idéal et de tout mettre sur le dos d’un d’entre vous. Malheureusement, vous n’avez réussi à vous entendre sur un même coupable donc vous allez devoir improviser… en vous rejeter la faute.
L’un des joueurs, extérieur au jeu, joue donc Rigor Mortis et tous les autres interprètent ses serviteurs en se rejetant la faute mutuellement, inventant de pitoyables excuses à l’aide de cartes qu'ils ont en main. Dès qu’un joueur ne peut pas renvoyer la faute ou n’a plus d’excuse “cohérente” à sortir, il reçoit un regard noir du seigneur des ténèbres. Trois regards noirs, et il paye pour les autres en devenant le bouc émissaire. À Oui seigneur des ténèbres ! il n’y a donc aucun gagnant, juste un perdant.
Le jeu pourrait être défini comme un cross over entre Munchkin (pour les référence rolistiques) et Il était une fois (pour les histoires racontées). Basé sur un univers graphique réussi, doté de mécanismes aussi simples qu’efficaces, il s’avère pourtant être beaucoup plus accessible que son illustre ancêtre. En effet, là où il fallait bien souvent, dans Il était une fois, faire preuve de malice et de bagou pour prendre la parole, celle-ci vous est ici presque automatiquement donné : dès qu’un joueur vous accusera, vous aurez la parole pour vous défendre et rejeter la faute sur quelqu’un d’autre.

Mais même si au niveau “mécanique de jeu”, on ne peut que féliciter Oui seigneur des ténèbres ! d’être bien pensé, il apparaît tout de même qu’il ne s’agit là que d’un jeu de niche : un jeu de rôliste, fait par des rôlistes pour des rôlistes. À l’instar de Munchkin – absolument sans intérêt pour les non rôlistes - le jeu ne présente d’intérêt que si vous êtes initié aux univers médiévaux-fantastiques des jeux de rôles : les cartes vont dans ce sens, la thématique de jeu également. Si vous possédez ses codes, vous serez en territoire connu et familier, et il sera ainsi facile d’improviser ; à défaut, vous vous retrouverez très vite largué.
De plus, comme pour Il était une fois, on ne s’amuse à Oui seigneur des ténèbres que si les joueurs font preuve de beaucoup d’imagination. Si vos joueurs n’ont pas plus de tchatche que ça, la durée de vie du jeu sera très très courte. Une partie réussie demande donc la réunion d’ingrédients pas franchement grand public : des rôlistes, du bagou, beaucoup d’imagination, un grand sens de l’humour. À défaut, vous risquez de vous ennuyer sévèrement.

La conclusion de à propos du Jeu de cartes : Oui, Seigneur des Ténèbres [2007]

Vincent L.
70

Bien que doté de mécaniques plus fluides qu'Il était une fois, Oui seigneur des ténèbres ! n'est malheureusement pas un jeu familial. Humour et référence de rôlistes pimentent ce jeu narratif qui s'adresse, de fait, à un public bien particulier. Si vous n'en possédez pas les codes et si vous êtes du genre timide, le jeu risque de vous ennuyer très rapidement. Personnellement, j'ai apprécié, mais je suis un rôliste...

Que faut-il en retenir ?

  • Enfin un nouveau jeu narratif !
  • Une mécanique simple et fluide,
  • Une unité graphique réussie,
  • Très référencé.

Que faut-il oublier ?

  • S'adresse presque uniquement aux rôlistes,
  • Demande bagou et humour.

Acheter le Jeu de cartes Oui, Seigneur des Ténèbres en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Oui, Seigneur des Ténèbres sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Kragmortha