75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : La Petite fille aux araignées
La Petite fille aux araignées >

Critique du Roman : La Petite fille aux araignées

Avis critique rédigé par Lucie M. le lundi 28 avril 2008 à 1500

La petite fille aux araignées

Anne Duguël est en réalité le pseudonyme de l’inénarrable Gudule, grande Dame de la littérature enfantine ainsi que grande Dame de la littérature tout court. Elle utilisa le pseudonyme d’Anne Duguël surtout pour la littérature adulte ; celle de l’effroi dont la plupart des romans parurent dans la défunte collection Frayeur des éditions Fleuve Noir qui fut dirigée par Jean Rollin. La petite fille aux araignées est le tout dernier titre paru dans cette collection qui fut ensuite réédité chez Denoël. Il est d’ailleurs très difficile à trouver ce que je me félicite d’avoir fait sur notre bon vieil Ebay ! Même si la couverture est très moche, je dois dire, c’est un réel plaisir que de posséder la dernière parution de la collection Frayeur. Pour les plus curieux et pour les fans de Gudule, les éditions Bragelonne viennent de publier le premier Intégrale de Gudule, Le Club des Petites Filles Mortes, dans leur collection L’Ombre réunissant ses publications d’horreur et de fantastique entre 1995 et 1998. La Petite fille aux araignées fait partie de cet intégrale tome 1 que vous pourrez donc lire plus facilement.
Après la petite fille aux allumettes, voici la petite fille aux araignées et nous ne sommes pas dans un conte pour enfants. Non il s’agit d’un récit effrayant pour adultes qu’on découvre par le biais d’une petite fille qui se nomme Miquette. Cette petite fille, dont les souffrances de la vie ont fait d’elle une autiste, se raccroche comme elle peut à sa vie quotidienne en élevant des araignées, les nourrissant avec des insectes que Miquette attrape elle-même en compagnie de son seul ami, son pote qu’elle appelle Gogol, un mongolien qui réside également dans le même hôpital psychiatrique où a échoué Miquette. Nous apprendons peu à peu pour quelles raisons la petite Miquette est internée, pourquoi elle refuse de parler et pourquoi elle élève des araignées.
Anne Duguël nous décrit avec humour, tendresse et tragédie cette histoire épouvantable par le biais d’une introspection de l’univers magique de la petite Miquette. Un univers magique qui permet à Miquette de tenir bon. Toutefois, on peut penser que toute cette histoire ne se déroule principalement que dans l’esprit traumatisé de cette petite fille qui a vécu des moments terribles. Des moments qui ne peuvent que rendre son esprit totalement fou. Anne Duguël est réellement une reine de l’écriture. Elle arrive à nous captiver avec un petit roman de 160 pages où nous suivons l’histoire de cette petite fille par le biais de son esprit, par le biais de sa façon de comprendre les choses et de les transformer à sa manière. Une vision enfantine où trône la magie, l’irréalité, un merveilleux sombre et une naïveté qui nous fait sourire tendrement. Toutefois, c’est un récit d’horreur et Anne Duguël n’épargnera rien pour nous épouvanter et nous serons emprisonnés dans une confusion de sentiments tous aussi différents les uns que les autres.

La conclusion de

La petite fille aux araignée est un récit effroyable mais par certains côtés très attendrissant. Anne Duguël s’ingénue à nous faire passer par de nombreuses sensations toutes étrangères les unes aux autres. Ce roman est l’un de ses titres phares durant sa période littéraire d’horreur et de fantastique. Cette auteur qui a beaucoup et continue toujours d’écrire de la littérature enfantine a été couronné par les éditions Bragelonne en février dernier par la publication du premier intégrale de ses récits pour adultes d’horreur et de fantastique qui pour la plupart furent publiés entre 1995 et 1998 par les éditions Fleuve Noir dans leur défunte collection Frayeurs qui fut dirigée par l’incroyable Jean Rollin. Ce premier tome porte d’ailleurs un titre délicieusement tendancieux : Le Club des petites filles mortes ce qui va agréablement bien à cette auteur fabuleuse qu’est Anne Duguël.

Acheter La Petite fille aux araignées en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Petite fille aux araignées sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+